News récentes

Catégories:

Philippe Parrot : Poème d’hier 88 : Ma chatte ronronneuse

Philippe Parrot : Poème d’hier 88 : Ma chatte ronronneuse

Je lui ouvre la porte et elle me quitte chaque matin pour aller mener une existence sans moi, désireuse sans doute de se laisser porter par l’instant et l’instinct — au hasard de ses pérégrinations et de ses rencontres — sans que je puisse interférer sur son destin et sur ses choix. Cette vie périlleuse, […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 68 : Dans les yeux des chats

Philippe Parrot : Poème d’hier 68 : Dans les yeux des chats

La domestication des chats est liée à la sédentarisation des hommes, suite à l’apparition de l’agriculture. Face à la nécessité de stocker les grains qui attiraient souris et rats, il est apprivoisé environ 7 000 ans avant J.C dans les régions du Croissant Fertile, au Proche-Orient, au départ pour protéger les denrées alimentaires de ces […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 446 : Soleil Levant

Philippe Parrot : Poème contemporain 446 : Soleil Levant

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 16 AOÛT 2020 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com (Auteur : Pexels)

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 445 : Dans l’attente. De lui ou d’elle ?

Philippe Parrot : Poème contemporain 445 : Dans l’attente. De lui ou d’elle ?

Lycéenne tourmentée, Claire ne sait que penser, ne sait qu’oser. Décontenancée par les métamorphoses de son corps en quelques mois, déboussolée par l’émergence du désir en elle, étrangement, elle se sent comme au milieu d’un gué, ne sachant vers qui se tourner pour assouvir des envies qui la taraudent désormais sans cesse, troublée tout autant […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : 1 300 000 lecteurs ! Le seuil est franchi. Merci !

Philippe Parrot : 1 300 000 lecteurs ! Le seuil est franchi. Merci !

1 300 000 LECTEURS ! AUJOURD’HUI, UN NOUVEAU CAP EST BEL ET BIEN FRANCHI. ET GRÂCE À VOUS ! Suite à ma décision de présenter dans leur intégralité mes maximes, mes poèmes, mes haïkus, mais aussi mon roman « Vénus a deux visages » et mes nouvelles, illustrés par Sandra Savajano et Catherine Collin, un véritable bouleversement […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 444 : Plaines et marais

Philippe Parrot : Poème contemporain 444 : Plaines et marais

Jamais nous ne devinons quand nous parcourons plaines et vallées, pays et régions, villes et villages, routes et chemins, portés par nos propres projets, mus par nos propres désirs, que nos pas foulent à tout instant les traces des innombrables vies qui nous ont précédés, faites de drames, de souffrances, de joies et d’espérances. Bien […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 443 : La route

Philippe Parrot : Poème contemporain 443 : La route

Qu’on soit un jeune en quête d’identité ou un adulte en quête de sens, la route s’avère souvent cette voie périlleuse — à l’asphalte déroulé dans l’espace à la manière d’un étroit ruban débobiné sans fin — qui, en reliant des régions et des villes entre elles, permet aux hommes voyageurs de jeter des ponts entre ce […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 442 : Quand chat s’en va…

Philippe Parrot : Poème contemporain 442 : Quand chat s’en va…

Si touchants qu’ils soient quand ils sautent sur nos genoux pour s’y lover en boule ou qu’ils viennent miauler à nos pieds tout en se frottant contre nous, les chats restent d’altiers félins qui ne se laissent « apprivoiser » qu’en apparence. Aussi, faut-il vite s’ôter de l’esprit qu’ils vont obtempérer, en « gentil minou », à nos moindres […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 441 : Bientôt femme

Philippe Parrot : Poème contemporain 441 : Bientôt femme

Gladys émergeait lentement du sommeil, après une longue et délicieuse nuit à serrer tout contre elle son « Nin-Nin ». Voilà pourtant plus d’un mois qu’elle s’était décidée à s’en séparer le soir, estimant qu’à quatorze ans, elle n’était plus d’un âge à dormir en compagnie d’un nounours. À l’instant d’éteindre sa lampe, elle le posait donc […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 440 : Aladin et l’albatros

Philippe Parrot : Poème contemporain 440 : Aladin et l’albatros

Altéas, l’albatros, s’ennuyait ferme. À devoir demeurer toute sa vie dans l’anfractuosité de la falaise squattée depuis des lustres par son clan, il rêvait de quitter cette existence routinière, appelé, le sentait-il, à vivre autrement comme l’avait fait, bien des décennies plus tôt, l’illustre Jonathan Livingstone le goéland.  Aventurier dans l’âme, les exploits de cet […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 439 : George Floyd – I can’t breathe

Philippe Parrot : Poème contemporain 439 : George Floyd – I can’t breathe

Le lundi 25 mai 2020, en début de soirée, à Minneapolis (Minnesota, USA) George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, est interpellé par des policiers dans sa voiture, soupçonné d’avoir acheté des cigarettes avec un faux billet. Il est extrait de son véhicule, menotté et plaqué au sol sur le ventre. Durant tout le temps […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 438 : Un jour gris…

Philippe Parrot : Poème contemporain 438 : Un jour gris…

Un déménagement est toujours l’occasion de faire le tri, surtout quand le nouveau domicile s’avère plus petit que l’ancien. Alors, afin de pouvoir mettre en caisses ce que l’on juge constituer le strict nécessaire, l’on investit grenier, cave, armoires, tiroirs pour exhumer et tirer de l’oubli des tas de choses accumulées au fil des années. […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 437 : Le batteur cubain

Philippe Parrot : Poème contemporain 437 : Le batteur cubain

Une fois de plus, le spectacle terminé, après avoir fait danser des couples toute la nuit au rythme trépidant du mambo, Pedro tournait la clé dans la serrure, se réjouissant déjà de la retrouver quand, avant même d’ouvrir la porte, un détail l’intrigua. D’habitude, elle laissait un post-it sur la poignée, avec ses mots : « […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 436 : Altier maître

Philippe Parrot : Poème contemporain 436 : Altier maître

Il y a un vrai paradoxe à être fasciné par l’aigle. Seul dans le ciel, à tournoyer avec lenteur et grâce au gré des vents ascendants ou non, à planer au-dessus de nos têtes, si haut dans le ciel, bien loin de nos triviales préoccupations, il s’impose à nous comme l’image même de cette hauteur […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 435 : L’aigle, le Temps et l’Infini

Philippe Parrot : Poème contemporain 435 : L’aigle, le Temps et l’Infini

Dans les fêlures du Temps et les failles de l’Espace qui avaient béé brusquement devant lui, ouvertes dans un fracas d’apocalypse qui déchirait ses tympans, l’aigle avait saisi dans une intuition fulgurante — survenue tandis qu’il se laissait porter par un vent ascendant — qu’il devait saisir l’opportunité qui lui était offerte et quitter son aire […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 434 : Les Oubliés du Covid

Philippe Parrot : Poème contemporain 434 : Les Oubliés du Covid

Le « 9-3 », département de la Seine-Saint-Denis situé au Nord-Est de Paris, est constitué d’une population nombreuse, jeune et pauvre. Qu’ils soient salariés formant l’essentiel des rangs des « premiers de corvée » (agents hospitaliers, aides-soignants, caissières, livreurs, éboueurs) ou familles nombreuses confinées dans des logements exigus, voire insalubres, les habitants de cette banlieue ont payé un lourd […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 433 : La prison, après…

Philippe Parrot : Poème contemporain 433 : La prison, après…

Quatre, dans dix mètres carrés à peine ! Et que des mecs ! Une telle promiscuité, il ne l’avait jamais connue dans l’exigu trois-pièces que sa famille, nombreuse et bruyante, occupait au cœur de la Cité. Là-bas, même s’ils vivaient les uns sur les autres, dans une précarité constante que compensait mal une kyrielle d’aides sociales, […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 432 : L’oreille du peintre

Philippe Parrot : Poème contemporain 432 : L’oreille du peintre

Un artiste obscur, barbouilleur de son état, lui devait une telle somme d’argent à consommer, en galantes compagnies, tant et tant d’alcool — prestations fournies l’une comme l’autre par la maison — que le maître des lieux, ignare et cupide, s’était lassé de voir l’ardoise s’allonger sans espoir d’être un jour payé. Certes, le peintre […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 431 : Covid, quand tu nous tiens !

Philippe Parrot : Poème contemporain 431 : Covid, quand tu nous tiens !

Rex, le lion, Babar, l’éléphant et King-Kong, le singe, déambulaient dans les rues vides de la ville, là où, quelques semaines plus tôt, il eut été impensable qu’ils puissent s’y trouver, toutes réservées aux hommes. Mais la pandémie était passée par là… Tandis que les humains s’étaient auto-emprisonnés par décret, les animaux, eux, en avaient […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 430 : Le Monde-d’Après

Philippe Parrot : Poème contemporain 430 : Le Monde-d’Après

Inspirer longuement… lentement… profondément… régulièrement… Et toujours par le nez pour obliger cet air qui me manque tant à pénétrer ma poitrine et à oxygéner mes poumons ! Puis expirer pareillement, mais cette fois par la bouche ! Voilà ce que me répète sans cesse l’infirmière, avec une constance qui force l’admiration.  Gantée, casquée, masquée, blousée — invraisemblable […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 429 : Le portail du Néant

Philippe Parrot : Poème contemporain 429 : Le portail du Néant

À la sortie du village, perdu dans l’arrière-pays et ceinturé de champs, sur la gauche du chemin vicinal, il y avait un bois surnommé « l’antre du Sage ». Là, au milieu de l’unique clairière, s’était installé, il y a plus d’une décennie maintenant, un étranger. Nul ne savait d’où il venait, quel passé avait été […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 428 : Les amants du Vougot

Philippe Parrot : Poème contemporain 428 : Les amants du Vougot

« Remorques » est un long métrage réalisé par Jean Grémillon et sorti, en France, en novembre 1941. Les dialogues sont de Jacques Prévert. Le tournage du film, commencé en juillet 1939 à Brest et à Guissény (notamment la fameuse scène où Jean Gabin et Michèle Morgan se trouvent sur la plage du Vougot) est interrompu en […]

Lire la suite... 0 commentaires

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus