News récentes

Catégories:

Philippe Parrot : Poème d’hier 383 : L’ultime pont

383 - L'ultime pont

Zone tampon entre deux aires que la Nature a séparées par une rivière, un fleuve ou un bras de mer, le pont est bel et bien une sorte de no man’s land suspendu entre ciel et eau, un espace neutre qui n’appartient à aucune des deux berges. Ni celle d’où l’on vient, ni celle vers […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 67 : Viaduc

Viaduc Néris-les-Bains Montluçon

La « voie verte » aménagée entre Néris-les-Bains et Montluçon, dans l’Allier, suit le tracé de l’ancienne ligne de chemin de fer qui reliait Montluçon à Gouttières par la gare de Néris. Suite à la signature d’une convention entre le Ministère des Travaux Publics et La Compagnie du Chemin de Fer de Paris à Orléans, cette dernière […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 14 : Au Petit Pont Perdu.

pont

Au cours d’une promenade sur le chemin de halage, à l’écart de la ville, je ne songeais à rien, trop heureux d’oublier les tracas quotidiens. D’un pas lourd et traînant, car l’âme vagabonde, je marchais vers l’écluse où les bateaux font halte. Solitaire et tranquille… Mais quand je l’ai croisée, allongée sur la rive, légèrement […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 428 : Les amants du Vougot

428 - Les amants du Vougot

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 5 AVRIL 2020 « Remorques » est un long métrage réalisé par Jean Grémillon et sorti, en France, en novembre 1941. Les dialogues sont de Jacques Prévert. Le tournage du film, commencé en juillet 1939 à Brest et à Guissény (notamment la fameuse scène où Jean Gabin et Michèle Morgan se trouvent sur […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 427 : Sous la voûte céleste

427 - Sous la voûte céleste

En ces temps de confinement où nous devons désormais rester cloîtrés, claquemurés dans un espace fini et familier qui n’avait jamais généré d’angoisse jusqu’alors — si libres de nos mouvements que nous étions ! — le voilà soudain qui revêt, coronavirus oblige, l’aspect oppressant d’une cellule de prison. Condamnés à la réclusion, non pas à perpétuité mais tout […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 426 : Ça se saurait…

426 - Ca se saurait...

Ces dernières décennies, le néo-libéralisme — sacralisé par les oligarchies financières transnationales — a poussé jusqu’à ses plus extrêmes limites la logique du capitalisme, via la mondialisation. Conséquence de la course effrénée au renouvellement constant des biens de consommation et contrecoup du développement forcené des médias et des réseaux sociaux, l’individu, pris dans cet infernal […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : 1 200 000 lecteurs ! Le seuil est franchi. Merci !

1 200 000 lecteurs  190320 -

1 200 000 LECTEURS ! AUJOURD’HUI, UN NOUVEAU CAP EST BEL ET BIEN FRANCHI. ET GRÂCE À VOUS ! 19 mars 2020 – Le cap des  1 200 000 lecteurs est franchi. Suite à ma décision de présenter dans leur intégralité mes maximes, mes poèmes, mes haïkus, mais aussi mon roman « Vénus a deux visages » […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 425 : L’amour en triolets

425 - L'amour en triolets

Le triolet est un poème très codifié, apparu en France au 13ème siècle. Sa forme fixe, fondée sur la répétition, est constituée de 8 vers articulés exclusivement sur 2 rimes et ordonnés de la manière suivante : les premier, quatrième et septième vers sont identiques, ainsi que les deuxième et huitième. Par ailleurs, le mètre d’un […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 424 : Le despérado et la mort

424 - Le despérado et la mort

Des changements climatiques profonds ; des richesses naturelles épuisées ; des oligarchies hors sol ; des élites plus riches ; des peuples plus pauvres… Des envies irrépressibles de renouvellement constant des besoins ; des communautés trop sectaires qui sacralisent le rejet ; des ego trop narcissiques qui fuient le « Collectif »… Au final — cocktail mortifère ! […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 423 : Love’s Banana

P 423 - Gorge profonde 2

Cléa se rendait chez son amant, impatiente de dîner en sa compagnie. Rituel installé depuis des années, elle quittait chaque jeudi soir l’appartement qu’elle partageait avec Lucie, sa compagne, pour rejoindre Éric, « son » homme dont elle ne pouvait se passer, quand bien même leurs charnelles amours ne se consommaient qu’hebdomadairement. Lucie avait toujours accepté cette […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 422 : Fin des visites

P 422 - Fin des visites

Hospitalisé en service de gériatrie, suite à un malaise qu’il avait fait en pleine rue alors qu’il se rendait au cimetière, Jacques pressentait qu’il ne retournerait plus jamais à son domicile. Vivre seul durant tant d’années — après la mort de sa fille et de son épouse — avait été une longue épreuve qu’il avait assumé avec […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 421 : L’aigle et l’archange

421 - L'aigle et l'archange

Elles étaient tellement désespérées de voir à quel point violence et cupidité régnaient ici-bas qu’à s’étioler, dépitées par les ignominieux agissements des hommes, elles avaient implorés l’Aigle-des-Cieux, messager des dieux, de venir les chercher afin de les conduire vers les Nues où elles pourraient, enfin, vivre en harmonie avec leur nature. Impassible, en accord avec […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 420 : Quoi sous nos masques ?

420 - Histoire sans fin

Ô noirs désirs qui hantent nos consciences ! Pareils à des tourments qui oppressent la poitrine et plombent le jugement, au fil des jours qui passent, vous êtes à l’affût, toujours partants pour assouvir vos élans à la moindre occasion. Inextinguibles, tapis sous les multiples masques de nos rôles sociaux, vous avez la patience des […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 419 : Retour au port

419 - Retour au port

Du poste de commandement du cargo, Yann dirigeait les ultimes manœuvres avant que le navire n’accoste le quai. Cette opération délicate, il l’avait tant effectuée en quarante ans de voyages au long cours qu’il aurait pu l’accomplir les yeux fermés, songeait-il en esquissant un demi-sourire, emprunt d’une certaine mélancolie. En effet, aujourd’hui n’était pas un […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 418 : Canaris et monde à la masse

418 - Canaris et monde à la masse

Y a un loup, dans l’ bois, qu’est vorace ! Heureusement qu’ Fatou, aux abois, est véloce ! C’est pas l’ tout, dans l’étang, l’amphibien — une grenouille ! — y s’en rend compte, haletant, qu’ c’est pas bien, quelle trouille ! D’autant… qu’elle se rase en haillons et voit pas qu’elle écrase des grillons ! Tandis qu’ dans la […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 417 : L’Ange déchu

417 - L'ange déchu

Il avait eu pour mission, mandaté par le Maître-des-Cieux, d’aller observer, sans parti pris, le mode de vie des « Ceux-d’en-bas », des créatures tout à la fois raisonneuses et impulsives, organisées et imprévisibles, qui s’avéraient dans les faits aussi créatrices dans la gestion du Bien que dans l’exercice du Mal. Il avait à peine posé pied […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 416 : Sauter dans le cercle

416 - Sauter dans le cercle

À l’aube d’une décennie où chacun constate, avec colère et effroi, que les démocraties trahissent leurs principes ; que les économies libérales mènent à l’impasse ; enfin, que les changements climatiques conduisent à l’apocalypse, conserver un semblant d’optimisme dans un tel contexte relève de la gageure. En effet, quand l’angoisse gangrène les cœurs et pourrit les esprits, […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 415 : C’était il y a longtemps

415 - C'était il y a longtemps

Penses-tu parfois à moi ? Es-tu même encore de ce monde ? Tu étais tout juste bachelière et, l’envie tenaillée au corps de fêter l’événement à ta manière, au lendemain d’un mai 68 qui t’avait dessillé les yeux, tu avais plaqué parents et amis pour filer droit vers le Midi sans demander ton reste. En stop ! […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 414 : Le lac-aux-âmes

414 - Le lac-aux-âmes

Aériennes et évanescentes, ballottées entre les champs magnétiques qui sillonnent l’Espace, les courants qui traversent les océans, enfin, les secondes qui s’égrènent au fil du Temps, les âmes, vagabondes par nature, errent… À passer d’un corps à l’autre, d’un être à un autre, immatérielles et invisibles, elles donnent du sens à ses actions comme à […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 413 : Différents mais pareils

412 - Différents mais pareils

Tous différents mais, sur le fond, tous semblables… Embarqués sur la même Terre, confrontés à la même fin, obligés d’affronter, les uns comme les autres, problème sur problème, quoique nous ne vivions pas au même endroit, ne parlions pas la même langue, ne partagions pas la même culture, maints points communs nous lient, faisant de […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 412 : L’Ordre et le sang

412 - L'ordre et le sang

Sur une Terre où chaos et guerres régnaient depuis des lustres, il était l’un des derniers à professer qu’il était encore possible de restaurer l’Ancien Monde au sein duquel les hommes s’étaient épanouis durant des siècles, parfaitement en accord, dans leurs actes, avec les valeurs de fraternité et de liberté qui habitaient alors leur esprit. […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 411 : Haïkus à la fête

411 - Haïkus à la fête

Un exercice de style écrit à la va-vite, purement ludique ! Enchaîner quelques haïkus comme l’on enfile des perles, pour, au bout du compte, accoucher d’un poème sur la beauté cachée dans les choses, la passion ancrée dans les cœurs, l’envie tapie dans les ventres, toutes là pour occulter la scandaleuse brièveté de nos vies, inscrite […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 410 : L’oeil

410 - L'oeil

Plus qu’un organe, l’œil est un point de tangence. Trait d’union entre la subjectivité de l’homme et l’objectivité des choses, il se trouve très exactement à l’intersection de l’intime — du ressort de l’être — et de l’universel — du ressort de l’espace et du temps. Sans passer par la médiation de l’esprit et des […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 409 : Égorgement

Pour tant est qu’il existe — et quelle que soit la dénomination qu’on lui donne en fonction de sa culture […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 408 : Qu’adviendra-t-il demain ?

Il n’y a que l’être humain pour se convaincre que son imagination et sa pensée peuvent discerner ce qui va « nécessairement » […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 407 : A l’assaut

La Première Guerre Mondiale voit la technologie bouleverser les manières de combattre. Avec le développement de l’artillerie, des mitrailleuses, des […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 406 : Pour ne jamais oublier

Heureusement que la mémoire nous permet de stocker, de hiérarchiser — voire, quand cela s’avère vital, d’évacuer — les représentations […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 405 : Mourir en exil

Au vu du réchauffement climatique qui provoquera dans les prochaines décennies une montée du niveau des mers ( à l’origine […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 404 : Manuscrit retrouvé

À l’écart des espaces de vie fréquentés journellement, le grenier est cet endroit de la maison où chacun entasse — […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus