Aujourd’hui que Forestius et Palatouche existent bel et bien, dotés d’un corps et d’une silhouette à travers des illustrations ; d’un cœur et d’un esprit à travers des mots, il est temps de présenter leur incroyable aventure. Corps, cœur, esprit ! N’est-ce pas ce que nous sommes ? Pareils à nous, il s’avère impossible d’ignorer plus longtemps ces drôles d’êtres, aussi déconcertants soient-ils ! Forestius pourra ainsi aller jusqu’au bout de son étrange quête et Palatouche vivre pleinement son insolite amour.

Quant à leur avenir, il dépend désormais de vous… Que vous souhaitiez lire et voir leur histoire, impatients de leur ouvrir les portes de votre imaginaire afin qu’ils se faufilent dans ce qui demeure tapie en vous : votre âme d’enfant ! Ainsi, au fil des lectures, acquerront-ils toujours plus de liberté et d’autonomie, vivant leur propre existence dans l’imaginaire de chacun, enfin libérés de la tutelle de l’auteur et de l’illustratrice ! Souhaitons leur bon vent !

Philippe Parrot

Présentation de Forestius, entre ciel et terre, illustré par Sandra Savajano.

Forestius est un arbre géant qui trône sur le sommet d’une île perdue au milieu des océans. Unique par ses branches qui s’élèvent très haut dans le Ciel et par ses racines qui s’enfoncent très profond dans la Terre, il se distingue aussi par son tronc qui cache un esprit tourmenté entre ses cernes.

Phare des marins, il mène une existence singulière, cherchant à combler en permanence les aspirations contradictoires de son bois. Tantôt il s’efforce de répondre aux exigences de ses branches, toujours en quête de lumière, de pureté et d’élévation ; tantôt il veille à satisfaire les désirs de ses racines, toujours en mal de ténèbres, de chevauchements et de chaos.

À contenter à tour de rôle ces facettes opposées, la vie de Forestius n’est qu’un perpétuel écartèlement, tiraillé à chaque instant entre clarté et obscurité, privation et luxuriance, sacrifices et conquêtes. Jusqu’au jour où — las d’osciller entre ces pôles qui ne lui apportent ni paix ni plénitude — il fait le pari de trouver une troisième voie qui lui ouvrira les portes de la félicité. De quelle manière y parviendra-t-il ? Ce sera là le curieux chemin de Forestius. Quant à savoir s’il touchera au but, seule l’histoire le dévoilera…

Une question se pose néanmoins. Cette quête, aboutissement d’une vie, Forestius l’aurait-il menée à bien sans appui ? On peut en douter. Contraint à l’immobilité, il n’aurait pu qu’en rêver, rongé par l’amertume de n’avoir pas été jusqu’au bout de son projet. La Providence va heureusement s’en mêler. Une tempête va précipiter son destin et lui faire partager une expérience à laquelle il ne croyait plus, trop vieux, trop solitaire, trop égoïste. Le Grand Amour, en la personne de Palatouche, une femelle écureuil débarquée là un soir d’orage !

Incompréhensible alchimie de la passion, ces êtres si dissemblables vont pourtant s’aimer, gagnés au fil des ans par l’inexplicable sentiment qu’ils se complètent malgré ce qui les sépare et les oppose, chacun la véritable moitié manquante de l’autre. Et ces deux-là finiront par ne plus pouvoir se passer l’un de l’autre ! Aussi léger qu’une bulle magique, leur sage et fol amour les emportera ailleurs, haut et loin, leur permettant de se révéler à eux-mêmes et de s’accomplir pleinement, dans l’union des consciences et la fusion des cœurs.

Même si Palatouche ira bien au-delà de ce qu’il est possible et raisonnable d’exiger d’un être, bien décidée à tenir sa promesse quoi qu’il lui en coûte. Quitte à en payer le prix fort…

Philippe Parrot


Forestius

 Palatouche, au pied de Forestius, son arbre-de-vie.

Pour découvrir les pérégrinations de Forestius et de Palatouche, veuillez cliquer sur l’icone ci-dessous. Je vous souhaite une agréable lecture, vous invitant par ailleurs à me faire part de vos commentaires sur ce blog. Si vous en avez le temps et l’envie, bien sûr ! Car, indépendamment du plaisir d’écrire et de lire, nous pourrions apprécier aussi d’échanger. À vous d’en décider… Merci.

*      *      *      *      *

fichier pdf Forestius, entre ciel et terre.

*      *      *      *      *

                   Philippe Parrot : Nouvelle n°2 : Forestius, entre ciel et terre. dans Nouvelles Sandra-Savajano-300x177

Ci-dessus, Sandra Savajano en train de donner corps à Forestius et à Palatouche… Un grand merci à cette artiste pour ce travail créatif énergivore qui exigea, de sa part, tant d’efforts et de constance aujourd’hui récompensés. À chacun désormais d’admirer ses illustrations au fil des pages ! Mais Sandra Savajano m’a, par ailleurs, autorisé à présenter l’intégralité de ses illustrations dans un unique album. Chaque lecteur peut ainsi les visionner à la manière d’un diaporama ce qui permet de mieux apprécier la beauté de chaque dessin, enfin libéré de l’emprise de mes mots (ou presque…). Vous pouvez les consulter de suite, en cliquant sur l’icône ci-dessous.

Sandra Savajano - Forestius, entre ciel et terre.
Album : Sandra Savajano - Forestius, entre ciel et terre.
Présentation de l'intégralité des illustrations dessinées par Sandra Savajano pour la nouvelle Forestius, entre ciel et terre.
21 images
Voir l'album

Dans des registres différents, découvrez mes autres nouvelles en cliquant sur les liens ci-dessous. Et bonne lecture à vous !

1/ Entre deux mondes

2/ Blancs, bleus et ocres

3/ Torride effeuillage

4/ Les fous du stade

5/ L’envol de Noémie

*      *      *      *      *

 

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de copier texte et image ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Blog créé le 3 janvier 2011 — Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 374 : Qui et qui

C’est en me remémorant le film de Blake Edwards : « Victor, Victoria » sorti en 1982 que l’idée d’écrire ce texte m’est […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 329 : Braises ou cendres

Gilles arpentait la Place Clichy, à Pigalle, lorsqu’un rabatteur l’avait accosté pour l’inviter à découvrir une boite de strip-tease. Légèrement […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 212 : Inoubliable mâle amour

La magie, avec l’écriture, c’est qu’elle permet non seulement de « sortir de son antre » alors qu’on demeure journellement scotché […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 11 : Une si belle journée d’été

C’est le temps des vacances, de l’insouciance et des abandons. Seules, nues, main dans la main, pour échapper aux regards […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 384 : Coup de foudre

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 26 MAI 2019 Venue de New-York pour conclure une affaire, Ruth avait prévu de ne rester […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 383 : L’ultime pont

Zone tampon entre deux aires que la Nature a séparées par une rivière, un fleuve ou un bras de mer, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 382 : Métamorphose

Les libellules appartiennent à l’ordre des anisoptères. Ce sont des insectes prédateurs qui se nourrissent d’insectes (mouches, éphémères, etc). Elles […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 381 : Le chat, le pissenlit et le merle

C’était il y a peu. Un vent du Nord m’avait arraché d’un pied enraciné dans un lointain coteau. Bien arrimé […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 380 : Un coup dans l’aile

Un catalogue à la Prévert ! Des strophes sans queue ni tête ! Des propos d’alcoolo au dernier degré ! Des absurdités […]

Philippe Parrot : 1 000 000 de lecteurs ! Le seuil est franchi. Merci !

1 000 000 DE LECTEURS ! CETTE FOIS, LE CAP EST BEL ET BIEN PASSÉ. ET GRÂCE À VOUS ! […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus