Loû, strip-teaseuse de son état, fait son show sur ce blog. Hélas, à l’inverse de Gilda, son exhibition dans le bouge d’un port va vite dégénérer. Pourtant et contre toute attente, au terme d’une véritable descente aux enfers, Loû rencontrera Lucas, un homme de nulle part, si touchant dans ses maladresses et ses pudeurs qu’elle voudra bien croire, une fois encore, en la possible noblesse du cœur des hommes. Et en leur éventuelle rédemption ! Candide ou niaise, seule l’histoire le dira.

En guise d’introduction, lisez les commentaires de Sandra Savajano, à propos de cette nouvelle en cliquant sur : « Torride effeuillage ».

Philippe Parrot : Nouvelle n°4 : Torride effeuillage dans Nouvelles gilda-300x210

Photo tirée du film Gilda, réalisé par Charles Vidor, où la sublime Rita Hayworth s’effeuille tout en chantant, n’exhibant au final que… ses bras. Mais avec quelle sensualité et quel art ! Une page d’anthologie du cinéma. Pour visionner cette scène-culte, cliquez sur la photo ci-dessus.

Pour découvrir ce texte, veuillez cliquer sur le fichier PDF ci-dessous :

*      *      *      *      *

fichier pdf N 4 : Torride effeuillage

Avertissement : certains passages de cette nouvelle pourraient heurter des personnes sensibles.

*      *      *      *      *

 

Dans des registres différents, découvrez mes autres nouvelles en cliquant sur les liens ci-dessous. Et bonne lecture à vous !

1/ Blancs, bleus et ocres

2/ Forestius, entre ciel et terre

3/ Entre deux mondes

4/ Les fous du stade

5/ L’envol de Noémie

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Blog créé le 3 janvier 2011 — Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

/

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 148 : Deux coquelicots

Deux amants reviennent en pèlerinage sur les lieux de leurs premières amours : un creux douillet derrière une haie qui les […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 13 : Rose noire

Que nul ne s’y trompe. La Black Baccara n’est pas synonyme de mort, bien au contraire. La rose noire symbolise […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 340 : Sois insoumis !

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 22 JUILLET 2018 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 339 : L’oiseau et le roseau

Un oiseau, une plante… Une cage, une berge… Un canari dans sa prison dorée, un roseau au bord d’une rivière… […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 338 : Souffle, libère nos âmes !

Le chambellan, un ange déchu condamné à demeurer dans l’antichambre de « l’Éternel Éther » pour en faciliter l’accès, avançait […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 337 : Paulette Wright… Pourquoi ?

Suite à un avis de recherche lancé le samedi 16 juin 2018, le corps inanimé de Paulette Wright a été […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 335 : La sirène et les marins

Tapie dans un abysse, confortablement allongée sur un banc de sable, elle devinait qu’à la surface de la mer, c’était […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus