Voilà un destin de femme qui devait être, au départ, d’une banalité confondante ! Jeune femme parvenue au terme de ses études, Kahane veut profiter de la vie. Désireuse de s’expatrier pour quitter une famille bien étouffante et une société trop matérialiste, elle décide de travailler au sein d’une organisation caritative afin de servir une « juste » cause.

Mais, en acceptant de partir dans un pays en pleine Révolution, l’existence de Kahane va basculer. Quelques courriers où elle se raconte ingénument… Quelques photos prises à la sauvette et c’est tout à coup un engrenage infernal qui s’enclenche sans qu’elle puisse empêcher l’escalade.

En effet, dès que la machine bureaucratique des États totalitaires se met en marche, rien ne peut plus l’arrêter. Au nom d’une raison qui déraisonne ou d’une foi qui s’institutionnalise, elle va jusqu’au bout de son implacable logique. Kahane l’apprendra à ses dépens…

Avertissement : Cette histoire particulièrement dramatique pourrait heurter des personnes sensibles.

Philippe Parrot : Nouvelle 5 : Les fous du stade dans Nouvelles kahane-300x243

Une sorte d’hommage à toutes les Doaa du monde,

victimes des certitudes et de l’aveuglement des hommes…

*      *      *      *      *

Pour lire la nouvelle, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous.  Merci !

fichier pdf Les fous du stade

*      *      *     *      *

Dans des registres différents, découvrez mes autres nouvelles en cliquant sur les liens ci-dessous. Et bonne lecture à vous !

1/ Blancs, bleus et ocres

2/ Forestius, entre ciel et terre

3/ Entre deux mondes

4/ Torride effeuillage

5/ L’envol de Noémie

 *      *     *     *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Blog créé le 3 janvier 2011 — Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 378 : Gueule cassée, âme perdue

Lettre imaginaire d’un Poilu : « Ma Matoune. En cette aube du 13 octobre 1916, sous une pluie glaçante qui traverse […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 352 : Sales va-t-en-guerre !

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 332 : Bois Belleau

Il y a maintenant tout juste cent ans, à quelques mois de la fin de la Première Guerre Mondiale, avaient […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 99 : Mères de soldats.

Le rapport d’un père à ses enfants est essentiellement affectif. Un fort sentiment le lie certes à ses fils mais […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 408 : Qu’adviendra-t-il demain ?

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 17 NOVEMBRE 2019 Il n’y a que l’être humain pour se convaincre que son imagination et […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 407 : A l’assaut

La Première Guerre Mondiale voit la technologie bouleverser les manières de combattre. Avec le développement de l’artillerie, des mitrailleuses, des […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 406 : Pour ne jamais oublier

Heureusement que la mémoire nous permet de stocker, de hiérarchiser — voire, quand cela s’avère vital, d’évacuer — les représentations […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 405 : Mourir en exil

Au vu du réchauffement climatique qui provoquera dans les prochaines décennies une montée du niveau des mers ( à l’origine […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 404 : Manuscrit retrouvé

À l’écart des espaces de vie fréquentés journellement, le grenier est cet endroit de la maison où chacun entasse — […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 403 : Apprends à écouter la mer…

Lorsque l’on ressent le besoin de se ressourcer, épuisé par la charge mentale que représente la gestion des soucis quotidiens, […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus