Et si, au lieu d’acheter puis de lire, vous commenciez par le lire, ensuite par l’offrir ?

« Vénus a deux visages », c’est le récit d’un voyage intemporel. Citadin perdu dans la ville, Nino Lanzani est victime d’une machination orchestrée par Boris Zakowski, un détective qui ne cherche pas à nuire aux intérêts des personnes qu’il surveille mais, au contraire, à permettre à celles-ci d’aller jusqu’au bout d’elles-mêmes. Quitte à ce que cela soit à leur corps défendant…

Ainsi, pour des raisons que l’on découvre dans le roman, Boris met en place un stratagème afin d’obliger Nino à s’engager dans un cirque : « Le Balbar Circus ». Là, l’occasion lui est donnée de participer à un spectacle de traversée de miroir et ainsi de vivre, en une vie, deux vies : l’une dans le Monde-du-Réel ; l’autre dans le Monde-du-Rêve. Jusqu’au jour où, lors d’un bal organisé dans le Monde-du-Rêve, un des invités lui fera comprendre qu’il ne pourra profiter indéfiniment des avantages de chacun des mondes. Tôt ou tard, il devra faire un choix.

« Vénus a deux visages » c’est donc l’histoire de ce choix — douloureux et irréversible — auquel Nino Lanzani sera confronté et qui lui permettra, au bout du compte, de se réconcilier avec lui-même. Dans l’obligation de choisir entre deux univers antagonistes et complémentaires, entre des gens attachants dans le Monde-du-Réel et des personnages séduisants dans le Monde-du-Rêve, Nino accomplit pleinement son destin.

Pour partager l’aventure de Nino, il faut nécessairement avoir « la tête dans les nuages ». En effet, pour s’embarquer dans cette odyssée déconcertante qui mène à la frontière de la raison et de la déraison, chacun d’entre nous doit accepter l’idée — au moins le temps de la lecture du livre — que le rêve existe tout autant que le réel et qu’il a le même poids, la même présence, la même consistance, bref la même réalité… C’est là un vrai parti pris !

En conséquence, la lecture de ce livre est formellement déconseillée aux cartésiens qui ne croient qu’en la raison et aux réalistes qui ne croient qu’en ce qu’ils voient.

Pour en découvrir un extrait lu, cliquez sur le lien suivant : Chapitre 3 : La souricière. 

Couverture VA2V

Pour lire « Vénus a deux visages » dans son intégralité, roman illustré par Sandra Savajano, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous. Bonne lecture à vous !

fichier pdfVénus a deux visages - Texte intégral

*     *      *      *     *

Dans des registres différents, découvrez toutes mes nouvelles en cliquant sur les liens ci-dessous.

1/ Blancs, bleus et ocres

2/ Forestius, entre ciel et terre

3/ Entre deux mondes

4/ Torride effeuillage

5/ Les fous du stade

6/ Les tribulations de Paul

7/ L‘envol de Noémie

*     *      *      *     *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Blog créé le 3 janvier 2011 — Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est. À bientôt donc…

Couverture SCH

                                                  

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 320 : L’aigle et les amants

Il y a quelques jours, je découvrais sur Twitter un écrit de Catherine Martinez : « On s’est reconnu ». Touché par l’extrême économie […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 250 : L’envol de l’aigle

L’aigle royal est un rapace de la famille des accipitridés. D’une taille allant de 60 cm à 1 m, d’une […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 217 : L’aigle cerf-volant

Le cerf-volant est un objet plus lourd que l’air et porté par le vent qu’on manœuvre du sol à l’aide […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 3 : L’aigle et l’enfant.

Photo bouleversante, dans ce face-à-face, deux destins se croisent. Qu’il s’agisse de l’homme ou de la bête, tous deux cherchent […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 403 : Apprends à écouter la mer…

Lorsque l’on ressent le besoin de se ressourcer, épuisé par la charge mentale que représente la gestion des soucis quotidiens, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 402 : Ecoute le chant du vent

Amateur d’éternelles errances à travers le monde — qu’il s’agisse des terres ou des mers, des plaines ou des montagnes, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 401 : Fin des faims

Jean détestait venir en ce lieu où son frère avait été placé d’office… Lui qui l’avait connu jadis débordant d’enthousiasme, […]

Philippe Parrot : Tous mes poèmes contemporains par ordre chronologique (401 à 500)

Vous aimez mes poèmes, partagez cette page ! Vous contribuerez ainsi à leur diffusion. Merci. Le 21 mars dernier, c’était […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 400 : Chiens de garde

Dans nos sociétés de consommation où le mode de production capitaliste est le principe fondateur de notre économie, indépendamment des […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 399 : Dichotomie

S’il n’est jamais évident de définir avec précision ce qu’est la pensée, il s’avère plus difficile encore de cerner ce […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus