Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux essences indissociables et distinctes qui, insérées au cœur de l’univers, contribuent au souffle de l’énergie originelle, à l’œuvre dans tout phénomène.

Le « Taijitu », symbole du Yin et du Yang, se présente sous la forme d’un cercle, expression d’un cosmos qui tourbillonnerait sur lui-même, mû par le S intérieur qui sépare et unit le Yin et le Yang. Ainsi, le mouvement originel qu’il représente n’est pas impulsé par le centre mais par l’imbrication dynamique de ces deux entités qui se marient parfaitement. Il faut d’ailleurs noter qu’à l’inverse de la philosophie orientale, la pensée occidentale a tendance à penser trop souvent la dualité en terme d’opposition, et non de complémentarité.

Le Yin (noir ou bleu) représente le féminin, la lune, le sombre, le froid, le négatif, etc. Le Yang (blanc ou rouge) représente le masculin, le soleil, la clarté, la chaleur, le positif, etc. Ces deux entités, tantôt définies comme des forces, tantôt comme des substances, sont tellement liées entre elles qu’elles ne peuvent exister l’une sans l’autre. C’est la dynamique de leur imbrication qui constitue tout à la fois le moteur et l’unité de l’univers.

Les symboles Yin et Yang renvoient non seulement à des relations d’interdépendance, l’un ne se concevant pas sans l’autre, mais aussi à des relations de transmutation, l’un se transformant en l’autre. Le « Taijitu » est donc une figure d’ordre, d’équilibre et de transformation — fondée sur le principe de complémentarité — qui porte concomitamment en elle l’idée du mouvement tourbillonnaire. En fait, dans cette harmonie contrastée et mouvante, l’unité et le devenir résultent des différences de l’un par rapport à l’autre, différences dont les interactions réciproques génèrent des actions qui modifient constamment la nature des deux acteurs.

Les points de couleurs opposées au centre de chaque entité rappellent cependant qu’il y a du noir dans tout ce qui est blanc, et inversement qu’il y a aussi du blanc dans tout ce qui est noir. Ainsi, les choses et les êtres ne peuvent être considérés comme constitués d’une seule caractéristique. Les unes comme les autres possèdent des propriétés dominantes mais aussi, en eux, leurs contraires.

Philippe Parrot

              Philippe Parrot : Poème contemporain 22 : Lumières d'une vie - Yang. dans Poésie yin-et-yang-32                                yin bien dans Poésie

*       *       *       *       *  

C’est en fait sur cette dynamique-là — prônant tantôt les idées d’opposition et de ténèbres tantôt les idées de complémentarité et de lumières — que je me suis appuyé pour rédiger deux textes dont l’un est présenté ci-dessous.

À ce propos, quelques précisions s’imposent. Comme avec « Un ara entre ses mains » — poème où je me fixais comme règle que le lecteur puisse le lire de haut en bas et de bas en haut — avec « Ténèbres d’une vie » et « Lumières d’une vie », je me suis là aussi imposé un exercice de style. Pour que chaque poème soit très exactement le pendant de l’autre et que tous deux s’inscrivent dans une dualité, à l’image du Yin et du Yang indissociablement liés l’un à l’autre quoique distincts, j’ai veillé à ce que, pour les deux poèmes, les premiers verbes de chaque strophe soient identiques et renvoient tous à un même thème, l’ensemble couvrant au final ce qu’on pourrait considérer comme les grandes étapes d’une vie. Ensuite, je me suis astreint à ce que le verbe de chaque fin de phrase se retrouve impérativement au milieu de la phrase qui suit, là aussi pour chacun des deux poèmes. Il s’ensuit qu’ils se ressemblent parfaitement dans leur structure mais s’opposent totalement dans leur philosophie.

Ces contraintes stylistiques étant fortes, il en résulte que ces deux textes pourront sembler arides à première lecture, trop pauvres en images, trop riches en idées, les rendant de ce fait quelque peu « indigestes ». Pour y trouver éventuellement un intérêt, il faudra donc avoir envie de les apprivoiser et de les comparer, en prenant le temps de les lire et de les relire l’un après l’autre.

*     *      *      *     *

Pour lire le poème « Lumières d’une vie », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 22 – Lumières d’une vie

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le 24 avril 2013

Et terminé le 30 avril 2013.

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

*     *      *      *     *

Découvrez son exact pendant : « Ténèbres d’une vie » !

*     *      *      *     *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Blog créé le 3 janvier 2011 — Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 363 : Accroché à ton sein

Jeune mère depuis peu, Maude allaite son enfant… Cependant, lorsque les grands-parents le gardent et qu’elle part se prélasser avec […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 356 : Envoûtements et anatomie

Quelle que soit la profondeur des liens qui unissent deux êtres — faits le plus souvent d’amour, d’admiration, de respect […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 249 : Mes mains sur tes seins

Ils s’étaient rencontrés quelques heures plus tôt, tout à fait par hasard, dans un restaurant bondé où le patron les […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 152 : Au chaud contre son sein

Jeune et pimpante, avec son chignon tout ébouriffé qui lui donnait l’air d’une éternelle adolescente, vêtue d’un jean et d’un […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 376 : Halte en bord de mer de nuit

UN NOUVEAU POÈME DIMANCHE 31 MARS 2019 DANS LA MATINÉE   Un homme et un chien face à la mer, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 375 : Halte en bord de mer de jour

MON PROCHAIN POÈME DEMAIN DIMANCHE 24 MARS 2019 DANS LA MATINÉE Hassen Bouchakour et son cheval Peyo – Photo de […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 374 : Qui et qui

C’est en me remémorant le film de Blake Edwards : « Victor, Victoria » sorti en 1982 que l’idée d’écrire ce texte m’est […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 373 : Etre une comète

Le pouvoir de l’esprit est si fort qu’il suffit bien souvent de fermer les yeux pour qu’aussitôt l’imaginaire nous propulse […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 372 : Sur la piste de danse

Nouvel exercice de style, ce poème est composé de six quatrains en alexandrin, ces vers formés de douze syllabes, scindés […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 371 : Trace s’efface

C’était l’été. Un dimanche d’août ! Gilles et Samantha avaient décidé, la veille, de se lever à l’aube pour aller se […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus