Archive | mai 2014

Philippe Parrot : Poème contemporain 41 : Corps et âme, au diable !

Le Prince des ténèbres

Ah ! Sentir en soi la vie bouillonner, envahi par des désirs, bien ancrés dans le ventre, qui nous submergeraient pour exacerber nos émotions, bien enracinées dans le cœur, quelle indicible ivresse… Oui, laisser aller notre nature profonde, sans limite, sans frein, pour vivre jusqu’au bout nos passions, emporté par d’inextinguibles élans qui nous donneraient […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 40 : Que de « sans » dans nos coeurs !

Trop de  sans

Le maillage institutionnel est si prégnant dans nos existences qu’aucun d’entre nous ne peut échapper au formatage idéologique dominant, à travers l’inculcation de valeurs, de règles et de lois. Du coup, à rentrer dans le rang en intériorisant ces normes, nous renonçons tous à nos désirs les plus profonds et les plus intimes — ceux […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 39 : A nos différences.

A nos différences

À l’opposé du principe d’égalité qui conduit à formater les hommes et à occulter leur singularité, prôner le respect de la différence invite à mettre en avant l’individualité de chacun, son inaliénable identité, bref, son irréductible spécificité. Ce parti pris accepté, reste à favoriser l’expression de chacun, à travers la découverte des corps et des […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 220 : Retrouvailles

Voilà trois décennies qu’ils correspondaient à l’occasion des vœux du Nouvel An, chacun dans des villes distinctes, lié par des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 173 : Salle des Pas Perdus

S’asseoir sur un banc, dans la Salle des Pas Perdus d’une gare, c’est comme aller au théâtre, sauf que la […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 46 : Quai de gare

Une gare n’est rien d’autre qu’une immense « Salle des Pas Perdus » où des centaines de voyageurs transitent quotidiennement par […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun de se recueillir quelques instants au passage de celle qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 347 : Le tiroir du secrétaire

Cela avait été, jadis, le vœu de sa grand-mère sur son lit de mort. Que les objets contenus dans son […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 346 : L’étoile et le funambule

Giorgio n’avait jamais eu de cesse, tout au long de sa carrière de funambule, de tendre son filin d’acier toujours […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus