Archive | juillet 2014

Philippe Parrot : Poème contemporain 47 : Sniper

Sniper

Alors qu’à cette heure, à des milliers de kilomètres de l’Europe, soldats et miliciens s’entre-tuent avec acharnement, les uns pour pérenniser l’existence de leur État, les autres pour défendre leur territoire envahie, la liste des morts, des ruines et des humiliations ne cessent de s’alourdir. À ranimer ainsi les vieilles rancœurs des populations civiles ; à […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 46 : Quai de gare

Amoureux sur un quai de gare

Une gare n’est rien d’autre qu’une immense « Salle des Pas Perdus » où des centaines de voyageurs transitent quotidiennement par obligation comme par plaisir. À cette occasion, chacun perçoit cet espace impersonnel comme une invisible frontière qui sépare deux territoires : celui où l’on n’est déjà plus là et celui vers lequel on se rend. No […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 45 : Couple en bord de mer

Couple en bord de mer à Lisbonne

Chaque année, en juillet et en août, nous ne songeons plus qu’aux vacances. Congés et été deviennent alors deux mots magiques, synonymes de plage, de mer, d’insouciance et d’abandons. Car cette période estivale — marquée par un soleil qui échauffe nos sens — est l’occasion rêvée pour rompre avec une vie familiale routinière, un cadre de […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Tous mes poèmes contemporains par ordre chronologique (1 à 100)

Bord de mer

Vous aimez mes poèmes, partagez cette page ! Vous contribuerez ainsi à leur diffusion. Merci. Le 21 mars dernier, c’était la  Journée Mondiale de la Poésie ! Voilà un bon prétexte pour décider de vous faciliter l’accès à tous mes poèmes, en les rassemblant dans un même article. Vous pourrez ainsi, en fonction de votre […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 220 : Retrouvailles

Voilà trois décennies qu’ils correspondaient à l’occasion des vœux du Nouvel An, chacun dans des villes distinctes, lié par des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 173 : Salle des Pas Perdus

S’asseoir sur un banc, dans la Salle des Pas Perdus d’une gare, c’est comme aller au théâtre, sauf que la […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 46 : Quai de gare

Une gare n’est rien d’autre qu’une immense « Salle des Pas Perdus » où des centaines de voyageurs transitent quotidiennement par […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun de se recueillir quelques instants au passage de celle qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 347 : Le tiroir du secrétaire

Cela avait été, jadis, le vœu de sa grand-mère sur son lit de mort. Que les objets contenus dans son […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 346 : L’étoile et le funambule

Giorgio n’avait jamais eu de cesse, tout au long de sa carrière de funambule, de tendre son filin d’acier toujours […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus