Matthieu savait que cette sortie avec son fils était la dernière. En phase terminale de cancer, son temps était compté et reporter à un autre jour ne lui permettrait pas de faire ce qui lui tenait à cœur. Après en avoir discuté avec les médecins, il avait donc obtenu l’autorisation de quitter l’hôpital une journée.

Main dans la main, il se promenait avec son enfant dans le parc où il l’avait souvent amené, à l’époque où il était en pleine forme. Et, s’il avait toujours refusé qu’il fasse de la balançoire, le jugeant trop petit, Matthieu savait que c’était cet après-midi ou jamais qu’il devait lui en donner l’autorisation.

-) Romain, tu sais où nous allons ?

-) Non !

-) Sur l’aire de jeux pour que tu puisses monter à la balançoire. Tu en as toujours rêvé, n’est-ce pas ?

-) Oh oui ! Mais pourquoi aujourd’hui, papa ?

-) Tu verras…

Romain, assis sur la planche, les mains agrippées aux cordes, s’élançait toujours plus haut, imprimant à son corps l’impulsion nécessaire pour que sa vitesse augmente. Face à lui, Matthieu se tenait droit, les bras grand ouverts, prêt à le réceptionner dès qu’il sauterait comme il le lui avait demandé.

-) Saute, fiston, maintenant !

Confiant, Romain lâcha prise et, projeté dans les airs, atterrit dans les bras de Matthieu qui l’enlaça très fort, comme jamais il ne l’avait fait auparavant. Ainsi, recommencèrent-ils plusieurs fois, sans se lasser l’un et l’autre, Romain, troublé par la puissance des étreintes paternelles.

Intrépide, le garçon riait quand, à une énième tentative, alors qu’il venait de s’éjecter, il vit avec effroi son père baisser ses bras et se mettre de côté, le laissant tomber sur le sable, les quatre fers en l’air et les fesses endolories. Il se redressa, choqué et les larmes au bord des yeux.

-) Papa, pourquoi t’as fait ça ! Tu t’es esquivé au dernier moment pour que je tombe et me fasse mal.

-) Romain, c’était justement ce que je voulais que tu comprennes à cette heure. Les premières fois, tu as ressenti ce qu’est l’amour. Mais, au final, je désirais que tu perçoives aussi ce qu’est la vie. Celle qui t’attend… Voilà qui est fait !

Et c’est ainsi qu’ils reprirent le chemin de l’hôpital, Romain grandi par l’expérience.

Philippe Parrot – Texte écrit le samedi 13 septembre 2014

*      *      *      *      *

La balançoire

Photo de Yann JOUAN

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 352 : Sales va-t-en-guerre !

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 99 : Mères de soldats.

Le rapport d’un père à ses enfants est essentiellement affectif. Un fort sentiment le lie certes à ses fils mais […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 47 : Sniper

Alors qu’à cette heure, à des milliers de kilomètres de l’Europe, soldats et miliciens s’entre-tuent avec acharnement, les uns pour […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 371 : Trace s’efface

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 24 FÉVRIER 2019 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 370 : Pensées en vrille

Il arrive parfois que l’on ait brusquement envie de lâcher prise et de n’en faire qu’à sa tête, sans se […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 369 : Trop les boules…

À devoir faire face à nos obligations et soucis quotidiens, nous occultons l’essentiel. Quel que soit notre âge : jeune, adulte ou […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 368 : Guerres de religion

Dans bien des religions, sous couvert de Livres « Sacrés » censés transcrire les paroles d’un dieu omniscient et omnipotent, les Fidèles […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 367 : Pensées ou jouissances ?

Aujourd’hui que la toute-puissante Raison, par le biais de la Technique et, plus récemment encore, de l’Intelligence Artificielle, s’immisce dans […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 366 : Trahison de printemps

Elle était l’unique fleur alentour et nulle vie, autre que la sienne, n’existait en ces lieux. Haut perchée sur sa […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus