Matthieu savait que cette sortie avec son fils était la dernière. En phase terminale de cancer, son temps était compté et reporter à un autre jour ne lui permettrait pas de faire ce qui lui tenait à cœur. Après en avoir discuté avec les médecins, il avait donc obtenu l’autorisation de quitter l’hôpital une journée.

Main dans la main, il se promenait avec son enfant dans le parc où il l’avait souvent amené, à l’époque où il était en pleine forme. Et, s’il avait toujours refusé qu’il fasse de la balançoire, le jugeant trop petit, Matthieu savait que c’était cet après-midi ou jamais qu’il devait lui en donner l’autorisation.

-) Romain, tu sais où nous allons ?

-) Non !

-) Sur l’aire de jeux pour que tu puisses monter à la balançoire. Tu en as toujours rêvé, n’est-ce pas ?

-) Oh oui ! Mais pourquoi aujourd’hui, papa ?

-) Tu verras…

Romain, assis sur la planche, les mains agrippées aux cordes, s’élançait toujours plus haut, imprimant à son corps l’impulsion nécessaire pour que sa vitesse augmente. Face à lui, Matthieu se tenait droit, les bras grand ouverts, prêt à le réceptionner dès qu’il sauterait comme il le lui avait demandé.

-) Saute, fiston, maintenant !

Confiant, Romain lâcha prise et, projeté dans les airs, atterrit dans les bras de Matthieu qui l’enlaça très fort, comme jamais il ne l’avait fait auparavant. Ainsi, recommencèrent-ils plusieurs fois, sans se lasser l’un et l’autre, Romain, troublé par la puissance des étreintes paternelles.

Intrépide, le garçon riait quand, à une énième tentative, alors qu’il venait de s’éjecter, il vit avec effroi son père baisser ses bras et se mettre de côté, le laissant tomber sur le sable, les quatre fers en l’air et les fesses endolories. Il se redressa, choqué et les larmes au bord des yeux.

-) Papa, pourquoi t’as fait ça ! Tu t’es esquivé au dernier moment pour que je tombe et me fasse mal.

-) Romain, c’était justement ce que je voulais que tu comprennes à cette heure. Les premières fois, tu as ressenti ce qu’est l’amour. Mais, au final, je désirais que tu perçoives aussi ce qu’est la vie. Celle qui t’attend… Voilà qui est fait !

Et c’est ainsi qu’ils reprirent le chemin de l’hôpital, Romain grandi par l’expérience.

Philippe Parrot – Texte écrit le samedi 13 septembre 2014

*      *      *      *      *

La balançoire

Photo de Yann JOUAN

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 131 : Baiser de la Camarde

À peine nés, nous voilà tous assez vieux pour mourir ! Inhérente à la condition humaine, la mort se présente comme […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 116 : Le vieil homme et la feuille morte

Un vieil homme, las et désabusé, marche le long d’un chemin. C’est l’automne et le soleil se couche à l’horizon […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 98 : Du fard sur ses cils.

Il avait pris la communication machinalement, tant accaparé par ses soucis professionnels qu’il était bien décidé à s’en prendre à […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 26 : L’ange des ténèbres.

À l’inverse des hommes, lâches ou paresseux, qui cherchent trop souvent à reporter à demain ce qu’ils pourraient faire aujourd’hui, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 380 : Un coup dans l’aile

MON PROCHAIN POÈME LE DIMANCHE 28 AVRIL 2019 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( auteur […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 379 : Notre-Dame de Paris

Lundi 15 avril 2019, peu avant 19 heures, l’alarme incendie se déclenchait deux fois à l’intérieur de la nef de Notre-Dame […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 378 : Gueule cassée, âme perdue

Lettre imaginaire d’un Poilu : « Ma Matoune. En cette aube du 13 octobre 1916, sous une pluie glaçante qui traverse […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 377 : Danseuse au Crazy Horse

Le « Crazy Horse » est un cabaret de strip-tease créé par Alain Bernardin en 1951. Situé dans le quartier des Champs-Élysées, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 376 : Halte en bord de mer de nuit

C’est en songeant à Claude Monet (1840/1926) qui peignit, entre 1892 et 1894, la Cathédrale de Rouen à des heures […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 375 : Halte en bord de mer de jour

Il y a quelques jours, en allant sur le profil de l’association « Les Sabots du Cœur » créée par Hassen Bouchakour, […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus