Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci.

Quand la barbarie avance masquée, toute vêtue de noir…

Quoiqu’il soit évident qu’il faille condamner les exécutions sommaires de ces dernières semaines, orchestrées, dans des conditions horribles, par des groupes extrémistes qui s’appuient sur la religion et la terreur pour légitimer et asseoir leur pouvoir, il ne faudrait pas pour autant en conclure que le « barbare », c’est l’autre. En matière d’atrocités commises, l’Europe a montré, au cours du 20ème siècle, ce dont elle fut capable, elle qui n’hésite toujours pas à s’afficher comme « la Mère des civilisations ».

En fait, dans chacun d’entre nous, il y a certes des aspirations spirituelles et altruistes qui nous élèvent et nous rassemblent mais aussi des élans charnels, des pulsions sexuelles, des prémices de volonté de puissance et des bribes d’instinct de conservation qui nous aveuglent et nous séparent, mettant en évidence notre irréductible part de sauvagerie. Ainsi, ne peut-on préjuger de ce que nous pourrions devenir ou faire dans une société totalitaire qui disposerait d’innombrables moyens de pression tous plus odieux les uns que les autres pour nous contraindre, vous et moi, à faire des choix inacceptables et à commettre des actes inqualifiables. Car, ne nous leurrons pas, l’Histoire nous formate plus comme elle l’entend que nous nous façonnons comme nous le souhaiterions.

Que des bouleversements politiques radicaux surviennent dans nos sociétés pacifiées, conduisant à l’affrontement et à la violence, nul ne peut savoir à l’avance s’il se conduirait en saint ou en démon, tributaire dans ses décisions des conditions politico-sociales qui s’imposeraient alors à lui ! En conséquence, dès l’instant où nous sommes confrontés à un monstre, arrêtons-le, jugeons-le, condamnons-le mais sans jamais oublier que — soumis, nous aussi, à des logiques de mort et de terreur — peut-être pourrions-nous à notre tour sombrer dans l’innommable, contraint de devenir cet autre…

À méditer en toute humilité…

Philippe Parrot

Tempête

Image de prévisualisation YouTube

Gaëtan Roussel – La Barbarie

Live au Krakatoa de Mérignac – 13 mars 2014

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « Plongée dans de tempétueux abysses », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous. Merci.

fichier pdf P 55 – Plongée dans de tempétueux abysses

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le lundi 15 septembre 2014

Et terminé le jeudi 18 septembre 2014

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

*      *      *      *      *

Sur le thème de la guerre, des génocides et de la barbarie, découvrez mes autres poèmes en cliquant sur les titres ci-dessous :

Poème 3 : L’aigle et l’enfant – 100112

Quand deux destins se croisent au cœur de l’Afrique, à la vie à la mort…

Poème 47 : Sniper – 200714

Lorsque la barbarie sévit des deux côtés.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 148 : Deux coquelicots

Deux amants reviennent en pèlerinage sur les lieux de leurs premières amours : un creux douillet derrière une haie qui les […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 13 : Rose noire

Que nul ne s’y trompe. La Black Baccara n’est pas synonyme de mort, bien au contraire. La rose noire symbolise […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 340 : Sois insoumis !

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 22 JUILLET 2018 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 339 : L’oiseau et le roseau

Un oiseau, une plante… Une cage, une berge… Un canari dans sa prison dorée, un roseau au bord d’une rivière… […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 338 : Souffle, libère nos âmes !

Le chambellan, un ange déchu condamné à demeurer dans l’antichambre de « l’Éternel Éther » pour en faciliter l’accès, avançait […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 337 : Paulette Wright… Pourquoi ?

Suite à un avis de recherche lancé le samedi 16 juin 2018, le corps inanimé de Paulette Wright a été […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 335 : La sirène et les marins

Tapie dans un abysse, confortablement allongée sur un banc de sable, elle devinait qu’à la surface de la mer, c’était […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus