Paul de Férignac, un hobereau avisé, s’était enfin résolu à marier sa fille unique, Agathe, même si l’idée de s’en séparer lui était insupportable. Cependant, maintenant qu’elle était une jeune femme, l’heure était venue pour elle de quitter le manoir familial.

Mais à une condition ! Fort de son expérience de la vie et des hommes, il savait que l’appât du gain, le goût du pouvoir et les tentations de la chair sont toujours plus forts que l’amour. Il informa donc Agathe qu’il donnerait sa main au premier qui parviendrait à la rejoindre dans la demeure où il l’enjoignait d’aller sur le champ. Elle accepta l’étrange marché et partit aussitôt.

Il annonça la nouvelle à son entourage et cinq cavaliers se mirent bientôt en route.

*       *       *       *       *

Dans une taverne, alors que les heureux prétendants buvaient, un paysan, impotent depuis peu et seul au monde, les apostropha de sa table toute proche.

— Eh, qui voudrait de mes terres ? Je les lui donne.

— Moi ! dit le plus travailleur des cinq.

Et ils reprirent la route à quatre… Sur le chemin, ils croisèrent un propriétaire terrien, baluchon sur le dos et seul au monde, qui partait refaire sa vie ailleurs. Il se planta devant eux pour les obliger à s’arrêter.

— Eh, qui voudrait de mes terres et de ma maison ? Je les lui donne.

— Moi ! dit le plus casanier des quatre.

Et ils reprirent leur périple à trois… Au sommet d’une colline, ils croisèrent un aristocrate, désespéré et seul au monde, qui s’apprêtait à se pendre.

— Eh, qui voudrait de mes terres, de ma maison et de mon titre ? Je les lui donne.

— Moi ! dit le plus arriviste des trois.

Et ils continuèrent leur voyage à deux... Quand, lors d’une halte dans un château, le seigneur, à l’agonie et seul au monde, les supplia.

— Eh, qui voudrait de mes terres, de ma maison, de mon titre et de mon pouvoir ? Je les lui donne.

— Moi ! dit le plus ambitieux des deux.

Et le dernier quitta les lieux… Dans une contrée lointaine, il fut reçu par un monarque, vieux débauché et seul au monde, qui voulait entrer dans les ordres.

— Eh, qui voudrait de mes terres, de ma maison, de mon titre, de mon pouvoir et de mes maîtresses ? Je les lui donne.

L’homme, a priori nullement intéressé, garda silence et s’en alla. Quand il arriva à destination, Agathe l’accueillit avec joie, ravie qu’il ait pu parvenir jusqu’à elle. Car elle connaissait assez son père pour savoir qu’il avait tout fait pour le détourner de son but.

— Dites moi, Monsieur, qui êtes-vous pour avoir surmonté les épreuves que ma famille vous a imposées. J’étais convaincue que personne ne franchirait ce seuil. Comment avez-vous fait ?

L’étranger ne répondit pas. Il se contenta de lui tendre une lettre. Elle l’ouvrit et lut : « Dans le cas où ce pli vous serait présenté, veuillez excuser Cheik Achraf Al-Kâtib de ne pas comprendre et parler notre langue. Il est arrivé seulement le mois dernier dans notre pays ».

Ils se dévisagèrent longuement et, pleine de compassion, elle lui ouvrit ses bras, heureuse d’épouser celui qu’une noble réserve rendait sage, désintéressé et pugnace.

Philippe Parrot

Texte écrit entre le 18 et 21 septembre 2014.

L'homme idéal

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 22 : Lumières d’une vie – Yang.

Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux essences indissociables et distinctes qui, insérées au cœur de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 21 : Ténèbres d’une vie – Yin.

Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux essences indissociables et distinctes qui, insérées au cœur de […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 26 AOÛT  2018 DANS LA MATINÉE Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 343 : Sens, colonnes et lignes

À la manière d’un saltimbanque sur une piste de cirque, jongler avec les mots comme avec des balles. Les lancer […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 342 : Brindille

« La Brindille » est un film français réalisé par Emmanuelle Millet. Sorti en 2012 — avec Christa Theret dans le rôle […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 341 : Manières d’être

Inféodé à une société de consommation qui vise à produire toujours plus de biens ; prisonnier d’un monde de l’image qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 340 : Jeune et rebelle

C’est aux premières lueurs de l’aube qu’Erwan avait entendu des petits coups secs contre la vitre. Il avait ouvert les […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus