Qu’elle frappe le français Hervé Gourdel, décapité mercredi 24 septembre, ou qu’elle frappe les américains James Foley et Steven Sotloff, exécutés de la même manière, la barbarie vient encore nous interpeller violemment, relayée par les médias qui analysent les conséquences géo-politiques de ces événements et les Chefs d’État qui décident des actions à mener pour tenter de « neutraliser » ces Fous-de-dieu qui prétendent instaurer la terreur et la dictature au nom de la religion.

Cependant, à chaque fois, ces louables et nécessaires réactions occultent délibérément le rappel de ce que ces trois otages pourraient avoir vécu, au plus profond de leur être, à leurs derniers instants. Tant il est difficile et hasardeux, reconnaissons-le, de vouloir rendre compte de l’indicible et du tragique qui marquent toujours les ultimes secondes d’une vie…

Quelles sensations ont-ils éprouvées, quels sentiments ont-ils ressentis à l’heure de mourir ?

Le poème qui suit est une tentative – sans aucun doute vaine et illusoire – de rendre hommage à ces suppliciés, en tentant tout à fait arbitrairement d’imaginer ce qui put tourmenter l’esprit et le cœur de Steven Sotloff au cours de la macabre mise en scène de son exécution, juste avant que douleurs et souffrances ne viennent submerger sa conscience et qu’elle ne bascule dans le néant.

Philippe Parrot

Hervé Gourdel et ses geôliers

Hervé Gourdel et ses geôliers

Steven Sotloff et son bourreau

Steven Sotloff et son bourreau

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « Seul, face au bourreau », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 56 – Seul, face au bourreau

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le dimanche 21 septembre 2014

Et terminé le mardi 23 septembre 2014

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                                   Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Sur le thème de la guerre, des génocides et de la barbarie, découvrez mes autres poèmes en cliquant sur les titres ci-dessous :

Poème 3 : L’aigle et l’enfant – 100112

Quand deux destins se croisent au cœur de l’Afrique, à la vie à la mort…

Poème 47 : Sniper – 200714

Lorsque la barbarie sévit des deux côtés.

Poème 55 : Plongée dans nos tempétueux abysses

Quand la barbarie avance masquée, toute vêtue de noir

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 378 : Gueule cassée, âme perdue

Lettre imaginaire d’un Poilu : « Ma Matoune. En cette aube du 13 octobre 1916, sous une pluie glaçante qui traverse […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 352 : Sales va-t-en-guerre !

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 332 : Bois Belleau

Il y a maintenant tout juste cent ans, à quelques mois de la fin de la Première Guerre Mondiale, avaient […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 99 : Mères de soldats.

Le rapport d’un père à ses enfants est essentiellement affectif. Un fort sentiment le lie certes à ses fils mais […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 408 : Qu’adviendra-t-il demain ?

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 17 NOVEMBRE 2019 Il n’y a que l’être humain pour se convaincre que son imagination et […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 407 : A l’assaut

La Première Guerre Mondiale voit la technologie bouleverser les manières de combattre. Avec le développement de l’artillerie, des mitrailleuses, des […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 406 : Pour ne jamais oublier

Heureusement que la mémoire nous permet de stocker, de hiérarchiser — voire, quand cela s’avère vital, d’évacuer — les représentations […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 405 : Mourir en exil

Au vu du réchauffement climatique qui provoquera dans les prochaines décennies une montée du niveau des mers ( à l’origine […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 404 : Manuscrit retrouvé

À l’écart des espaces de vie fréquentés journellement, le grenier est cet endroit de la maison où chacun entasse — […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 403 : Apprends à écouter la mer…

Lorsque l’on ressent le besoin de se ressourcer, épuisé par la charge mentale que représente la gestion des soucis quotidiens, […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus