Affirmer qu’un artiste « a » une muse est une ineptie. En effet, il ne peut prétendre en avoir une pour la bonne et simple raison que c’est elle qui « l’a », possédé qu’il est par ses grâces ! Pour des motifs qui ne s’expliquent pas, il ne la choisit pas. C’est elle qui s’impose à lui avec une évidence qui relève du miracle ou de la magie, de Dieu ou du Diable, sans qu’il puisse s’opposer à cet envoûtement et sans qu’il puisse imaginer une autre jouer ce rôle dans son existence. À jamais habité par cette égérie dont la beauté, l’intelligence et la sensibilité le fascinent, le nourrissent et le grandissent, il la sent journellement s’emparer de son corps et de son esprit à travers les émotions qu’elle éveille chaque matin, les sentiments qu’elle suscite chaque jour, les désirs qu’elle provoque chaque nuit. À ce titre, elle est bien sa première et unique et dernière « maîtresse » ! Celle avec laquelle il dort ou voudrait dormir mais aussi celle qui lui enseigne et lui transmet le plus subtil des savoirs : celui qui permet de donner un sens à sa vie ! Éternellement redevable à cette personne — qu’elle soit à ses côtés ou non — de lui faire découvrir ce qui lui manque, reste à l’artiste à lui souhaiter de trouver en retour et pour elle-même – auprès de lui ou d’autres – cette plénitude qu’elle répand dans son âme, sans en avoir pleinement conscience…

Philippe Parrot

Charis Wilson, muse de Weston

Charis Wilson, muse du photographe Edward Weston

*      *      *      *      *

Image de prévisualisation YouTube

Hommage au talent d’Edward Weston et à la beauté de Charis Wilson, sa muse, née le 5 mai 1914 et décédée le 20 novembre 2009, à 95 ans.

 *      *      *      *      *

Pour lire le poème « Vis ta vie, sans ça crie ! », à propos d’un homme qui se sépare de la femme qu’il aime, veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 60 – Vis ta vie, sans ça crie !

Poème écrit par Philippe Parrot

 Commencé le dimanche 02 novembre 2014

Et terminé le samedi 08 novembre 2014

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

À l’inverse, pour découvrir le poème « Adieux », à propos d’une femme qui se sépare de celui qu’elle aime, veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous. Merci.

fichier pdf P 65 – Adieux

 I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : 1 250 000 lecteurs ! Le seuil est franchi. Merci !

1 250 000 LECTEURS ! AUJOURD’HUI, UN NOUVEAU CAP EST BEL ET BIEN FRANCHI. ET GRÂCE À VOUS ! Suite […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 250 : L’envol de l’aigle

L’aigle royal est un rapace de la famille des accipitridés. D’une taille allant de 60 cm à 1 m, d’une […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 217 : L’aigle cerf-volant

Le cerf-volant est un objet plus lourd que l’air et porté par le vent qu’on manœuvre du sol à l’aide […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 145 : Divagations

Au départ, il s’agissait dans mon esprit de laisser libre cours à mon imagination et d’écrire un texte totalement déstructuré […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 3 : L’aigle et l’enfant.

Photo bouleversante, dans ce face-à-face, deux destins se croisent. Qu’il s’agisse de l’homme ou de la bête, tous deux cherchent […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 436 : Altière conquête

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 14 JUIN 2020 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : Alexas_Fotos )

Philippe Parrot : Poème contemporain 435 : L’aigle, le Temps et l’Infini

Dans les fêlures du Temps et les failles de l’Espace qui avaient béé brusquement devant lui, ouvertes dans un fracas […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 434 : Les Oubliés du Covid

Le « 9-3 », département de la Seine-Saint-Denis situé au Nord-Est de Paris, est constitué d’une population nombreuse, jeune et pauvre. Qu’ils […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 433 : La prison, après…

Quatre, dans dix mètres carrés à peine ! Et que des mecs ! Une telle promiscuité, il ne l’avait jamais connue […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 432 : L’oreille du peintre

Un artiste obscur, barbouilleur de son état, lui devait une telle somme d’argent à consommer, en galantes compagnies, tant et […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus