La « voie verte » aménagée entre Néris-les-Bains et Montluçon, dans l’Allier, suit le tracé de l’ancienne ligne de chemin de fer qui reliait Montluçon à Gouttières par la gare de Néris. Suite à la signature d’une convention entre le Ministère des Travaux Publics et La Compagnie du Chemin de Fer de Paris à Orléans, cette dernière en obtient la concession en 1913. Toutefois, du fait de la Première Guerre Mondiale, les travaux ne commenceront qu’en 1921 pour s’achever dix ans plus tard, en 1931, avec la mise en service de la ligne qui, victime de l’importante diminution des curistes les années suivantes, ne sera jamais rentable.

Déclassée en 1972, après avoir été déferrée, elle fut aménagée en un chemin de randonnée en 1976. Longue de 6 kilomètres, cette route pittoresque passe par plusieurs viaducs, dont celui de Pérassier, le plus impressionnant avec ses neuf arches et ses 51 mètres de haut, qui offre un point de vue imprenable sur la région.

Philippe Parrot

Viaduc Néris-les-Bains Montluçon

Viaduc de Pérassier entre Néris-les-Bains et Montluçon

 *      *      *      *      *

Pour lire le poème « Viaduc », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 67 – Viaduc

Poème écrit par Philippe Parrot

 Commencé le vendredi 26 décembre 2014

Et terminé le lundi 29 décembre 2014

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

*      *      *      *      *

Pour découvrir la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

                  Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

                        Découvrir tous mes poèmes                                                            Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 177 : Elle se donne à la mer

Elle avait attendu la nuit pour prendre le chemin longeant les Calanques et surplombant d’une centaine de mètres la mer, […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 126 : Le galet

Elle avait gagné à pied la plage qui descendait en pente douce vers la mer, d’un bleu si limpide que […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 125 : Femmes sur la plage

Sur un coup de tête, tout à fait conscientes que cette journée resterait à jamais gravée dans leur mémoire, elles […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 38 : Baignade

Cette jeune femme qui joue avec un dauphin, semble ravie. Comme si — à batifoler dans l’eau avec cet animal […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 389 : Déconnade

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 30 JUIN 2019 DANS LA MATINÉE Des images — toutes plus absurdes les unes que les autres […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 388 : Embrouillamini

Une nouvelle fois l’envie m’a pris de m’imposer une kyrielle de contraintes en vue d’écrire un texte a priori absurde […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 387 : Deux araignées

Sœurs jumelles, elles ne s’étaient jamais séparées, ne concevant pas un seul instant de faire quoi que ce soit sans […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 386 : Viens en moi !

Je t’attends sous le drap, nue. Glisse-toi dans la soie et pose tes mâles mains sur ma peau ! Voyageuses, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 385 : Rap d’enragé

Comme le SMS l’indiquait, Marmoud devait rejoindre l’arrière-salle du café « Au croissant chaud », en plein cœur de Barbés. Parti du […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 384 : Coup de foudre

Venue de New-York pour conclure une affaire, Ruth avait prévu de ne rester à Paris que le temps de la […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus