Dans nos sociétés marchandes qui transforment les choses en produits, les individus en agents et les relations sociales en protocoles, seul compte le profit, moteur des multinationales financières, industrielles ou communicantes qui régissent le devenir de nos « démocraties ». À ce titre, même s’ils prétendent le contraire, les États se portent seuls garants de la pérennité de ces organisations en formatant les individus à travers les Appareils Médiatiques. Ces derniers n’ayant d’autre fonction que d’inciter, par le biais de techniques de manipulation diverses, à acheter et consommer toujours plus, contribuant ainsi à alimenter la production et à conforter ses bénéfices…

Cependant, pour qu’il n’y ait point de fin à ce désir d’appropriation et d’accumulation de biens, il faut que chaque consommateur prenne plaisir à les afficher ostensiblement et à en changer constamment. Voilà pourquoi, les idéologies dominantes néo-libérales lui inculquent, par le biais des Appareils Formateurs, la conviction que le bonheur se confond de nos jours avec la réussite professionnelle et sociale, elle-même mesurée au prorata des richesses acquises et exposées. Et c’est ainsi qu’à travers cette aliénation, le mode de production perdure, les pouvoirs en place demeurent et les inégalités s’accroissent…

Mais, à devoir s’exhiber de la sorte pour avoir le sentiment d’être, il s’ensuit que la société de consommation s’est transformée en une société du spectacle où la mise en scène de nos moindres faits et gestes — d’une personne lambda à l’homme politique, en passant par le capitaine d’industrie ou l’artiste — constitue désormais une de nos raisons d’être. Au point qu’à travers les réseaux sociaux et les médias, il est devenu flatteur de faire étalage de son intimité comme de son train de vie, entraînant une confusion totale entre les sphères « privé » et « public ». Néanmoins, c’est au prix de cette médiatisation outrancière que chacun contribue à la circulation des biens et à leur renouvellement, faisant du voyeurisme une de nos activités principales et un des facteurs nécessaires à la pérennisation du système.

Au cours de ces dernières décennies, les citoyens ont cependant pris conscience que cet exhibitionnisme, loin de contribuer au dévoilement de la vérité « toute nue », allait de pair avec une théâtralisation de nos actes, génératrice de faux-semblants savamment entretenus qui — loin de dévoiler les hommes ainsi exposés tels qu’ils sont — ne faisaient qu’en donner une représentation fallacieuse et tronquée ! Prise de conscience renforcée, il est vrai, par la divulgation de scandales révélant que, derrière les prises de paroles « vertueuses » des élites, se cachaient en fait des pratiques occultes qui masquaient des agissements illégaux. Voilà pourquoi une exigence de plus en plus forte d’authenticité dans la communication et dans l’action apparaît aujourd’hui.

À constater que les joutes médiatiques n’ont d’autre finalité que de dissimuler l’existence de secrets qui conditionnent le « bon » fonctionnement de nos sociétés, on peut donc s’interroger pour savoir s’il est tout à la fois souhaitable et possible de mettre un terme à cette opacité organisée qui règne dans nos institutions. Tels sont les enjeux que pose la problématique de la transparence.

Philippe Parrot

Pouvoir et transparence

*      *      *      *      *

fichier pdf Structures économique et culturelle de la société

*      *      *      *      *

Dans le même registre de réflexion, découvrez les courts articles suivants :

1/ Authenticité et jeu

2/ Le virtuel, outil d’exaspération du désir

3/ Vision du monde et enjeux

4/ Mises en scène et aliénation

5/ L’école au service de l’inégalité

6/ Vision du mon de et renversement

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Blog créé le 3 janvier 2011 — Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 22 : Lumières d’une vie – Yang.

Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux essences indissociables et distinctes qui, insérées au cœur de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 21 : Ténèbres d’une vie – Yin.

Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux essences indissociables et distinctes qui, insérées au cœur de […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 26 AOÛT  2018 DANS LA MATINÉE Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 343 : Sens, colonnes et lignes

À la manière d’un saltimbanque sur une piste de cirque, jongler avec les mots comme avec des balles. Les lancer […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 342 : Brindille

« La Brindille » est un film français réalisé par Emmanuelle Millet. Sorti en 2012 — avec Christa Theret dans le rôle […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 341 : Manières d’être

Inféodé à une société de consommation qui vise à produire toujours plus de biens ; prisonnier d’un monde de l’image qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 340 : Jeune et rebelle

C’est aux premières lueurs de l’aube qu’Erwan avait entendu des petits coups secs contre la vitre. Il avait ouvert les […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus