Ville natale du fabuliste Jean de la Fontaine (1621/1695), Château-Thierry est une commune d’environ 15 000 habitants, située au sud de l’Aisne le long de la vallée de la Marne, rattachée à la Picardie quoique très liée à la Champagne par ses coteaux, ses vignes et son histoire.

L’origine du nom de la ville remonterait à l’époque mérovingienne, plus précisément, au 8ème siècle, quand Charles Martel, alors Maire du Palais, décide en 721 d’y faire construire un château fort. Après le décès du roi Chilpéric II, il fait couronner Thierry IV (713/737), enfermé jusqu’alors à l’abbaye de Chelles, l’obligeant néanmoins à rester confiné jusqu’à sa mort dans cette forteresse, lui-même conservant le pouvoir exécutif et législatif.

De par sa situation géographique, Château-Thierry a souvent dû se relever de ses ruines, au cœur d’importantes batailles, notamment au 19ème et 20ème siècle.

Ainsi, le 12 février 1814, les armées russes et prussiennes tentent d’empêcher les troupes napoléoniennes de franchir le pont sur la Marne. Les combats se déroulent dans les rues de la ville mais les Russes et les Prussiens sont repoussés vers Soissons. Au matin du 13 février, Napoléon s’installe pour la journée à l’Auberge de la Poste.

Le 1er juin 1918, durant la troisième bataille de l’Aisne, la 10ème division d’infanterie coloniale et la 2ème division d’infanterie des États-Unis arrêtent l’offensive allemande.

Enfin, en 1940, la ville fut le théâtre d’âpres combats lors de la Bataille de France, durant la Seconde Guerre Mondiale.

Philippe Parrot

Place des Etats Unis 1

Château-Thierry (02400)

Place des États-Unis dans les années 60 – Maison donnant sur la dite Place dans les années 90

*      *      *      *     *

Pour lire le poème « Aires magiques de l’enfance », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdfP 84 – Aires magiques de l’enfance

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le vendredi 27 mars 2015

Et terminé le lundi 30 mars 2015

Dans le même désir d’un retour aux sources, découvrez cet autre poème : Poème n°243 : Hélène au carré

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

*      *      *      *      *

I need you

*      *      *      *      *

Pour découvrir la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                  Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 220 : Retrouvailles

Voilà trois décennies qu’ils correspondaient à l’occasion des vœux du Nouvel An, chacun dans des villes distinctes, lié par des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 173 : Salle des Pas Perdus

S’asseoir sur un banc, dans la Salle des Pas Perdus d’une gare, c’est comme aller au théâtre, sauf que la […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 46 : Quai de gare

Une gare n’est rien d’autre qu’une immense « Salle des Pas Perdus » où des centaines de voyageurs transitent quotidiennement par […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

MON PROCHAIN POÈME DEMAIN DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 2018 DANS LA MATINÉE Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 347 : Le tiroir du secrétaire

Cela avait été, jadis, le vœu de sa grand-mère sur son lit de mort. Que les objets contenus dans son […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 346 : L’étoile et le funambule

Giorgio n’avait jamais eu de cesse, tout au long de sa carrière de funambule, de tendre son filin d’acier toujours […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus