Alfons MUCHA est né à Ivancice, le 24 juillet 1860, dans le Sud de la Moravie, aujourd’hui intégrée à la République Tchèque. Très tôt, il se met à dessiner. Hélas, très peu de ses croquis de jeunesse ont été conservés.

 1/ Ses années de formation :

 Après avoir obtenu en 1871 une place de choriste dans la capitale morave, Brno, il revient en 1875 dans sa vie natale où il réalise, parallèlement à son travail de greffier, des travaux de décoration. En 1879, il part pour Vienne, embauché par la plus grande entreprise de décors de théâtre. Congédié en 1881 à la suite d’un incendie, il revient en Moravie et se lance dans des aménagements intérieurs et des portraits. Puis, en 1885, il part poursuivre ses études artistiques à Munich, parrainé par le comte Karl Khuen de Mikulov dont il avait décoré le château Hrusovany Emmahof.

2/ Son séjour à Paris :

MUCHA arrive Paris en 1887 où il s’inscrit à l’Académie Julian puis à l’Académie Colarossi, tout en réalisant des affiches publicitaires et en illustrant livres et catalogues. En 1889, après avoir quitté ces deux académies, le soutien financier du comte cessant, il est embauché par la maison d’édition Armand Colin. MUCHA s’installe de 1890 à 1893 au-dessus d’un petit restaurant, rue de la Grande-Chaumière, dont il décorera la façade aujourd’hui disparue. En décembre 1894, il réalise l’illustration de «Gismonda», pièce jouée par Sarah Bernhardt au Théâtre de la Renaissance où il est engagé pour six ans.

 3/ Son voyage aux États-Unis et le retour aux sources :

Aussitôt son mariage avec Maruska Chytilova, MUCHA s’installe aux États-Unis de 1906 à 1910. Cependant ses peintures à l’huile ne rencontrent pas le succès escompté. Il revient donc à l’affiche et à l’illustration avec, comme objectif, de peindre vingt immenses toiles pour illustrer l’histoire des Slaves. C’est l’homme d’affaires Charles R. Crane qui fournira à MUCHA l’argent nécessaire pour lui permettre de s’installer à Prague et de réaliser son «Épopée Slave», léguée à cette ville en 1928. Il y meurt le 14 juillet 1939. Son corps est jeté dans une fosse commune, l’église catholique lui refusant l’inhumation sous prétexte qu’il était franc-maçon.

4/ L’originalité de son œuvre :

Aujourd’hui, MUCHA est surtout connu pour avoir réalisé, durant son séjour à Paris, des peintures et affiches publicitaires — appartenant au style «Art Nouveau» dont il fut l’un des plus illustres représentants — où étaient magnifiées des jeunes femmes séduisantes, «aux chevelures ondoyantes, vêtues de robes néoclassiques aux drapés flottants, souvent couronnées de fleurs formant un halo au-dessus de leur tête». Son style, souvent copié, n’a jamais pu être égalé.

Philippe Parrot

 

Belle endormie d'Alphonse Mucha

Belle endormie d’Alfons MUCHA

Image de prévisualisation YouTube

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « Ma belle endormie », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 90 – Ma belle endormie

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le mercredi 22 avril 2015

Et terminé le samedi 25 avril 2015

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

*      *      *      *      *

Pour découvrir la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                             Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 211 : Rue Mouffetard

La rue Mouffetard, située dans le Vème arrondissement, est l’une des rues les plus anciennes de Paris. Tracée par les […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 199 : Crazy Horse

Le « Crazy Horse » est un cabaret de strip-tease créé par Alain Bernardin en 1951. Situé dans le quartier des Champs-Elysées, […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 189 : Le zinc

À l’heure où chacun d’entre nous s’affiche sur les réseaux sociaux, prêt à se livrer corps et âme, il résulte […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 187 : Rêver d’amour dans le métro

La RATP lançait en mars dernier son concours du Grand Prix Poésie 2016 — présidé cette année par Zabou Breitman […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 357 : Balbar

Nino n’est personne sinon qu’un citadin à la dérive qui se cherche, en vain, depuis des décennies… Un jour, manipulé […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 356 : Envoûtements et anatomie

Quelle que soit la profondeur des liens qui unissent deux êtres — faits le plus souvent d’amour, d’admiration, de respect […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 355 : Moustic

Aujourd’hui, les chevaux sont abattus soit pour des raisons économico-financières, leur propriétaire n’ayant plus les moyens de les entretenir ou […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 354 : Amer pressentiment

Quand une personne qui nous est chère disparaît, il est réconfortant de croire qu’elle continuera de « vivre » aussi longtemps que […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 353 : S’aimer

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 352 : Sales va-t-en-guerre !

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus