Édith Piaf est née le 19 décembre 1915 à Paris. Son père, Louis Alphonse Gassion, est artiste de cirque et Annetta Maillard, sa mère, chanteuse de rue. Après l’avoir confiée à l’âge de 18 mois à sa grand-mère paternelle, son père la reprend en 1922 pour lui faire partager sa vie de saltimbanque. En 1930, elle quitte son père et chante en duo dans la rue avec Simone Berteaut. En 1932, elle rencontre son premier amour, Louis Dupont dont elle aura une fille qui meurt à l’âge de deux ans.

À l’automne 1935, elle est découverte par Louis Leplée, gérant du cabaret. Il l’engage et devient son mentor, lui choisissant comme nom d’artiste « la môme Piaf ». En 1936, elle enregistre son premier disque et connaît un succès immédiat. Suite à l’assassinat de Leplée, elle est remarquée par Raymond Asso qui, devenu son nouveau pygmalion, la fait travailler pour faire d’elle une chanteuse à part entière. Elle passe la même année à Bobino puis à l’Alhambra. Au printemps 1937, elle est de nouveau à Bobino puis à l’ABC, le plus prestigieux music-hall parisien.

Au printemps 1944, elle se produit au Moulin Rouge où Yves Montand passe en première partie de son spectacle. C’est le coup de foudre. Elle va propulser sa carrière en lui présentant des gens influents. En 1945, Piaf écrit « La Vie en rose », sa chanson la plus célèbre. En 1946, séparée d’Yves Montand, elle rencontre Les Compagnons de la chanson, avec lesquels elle interprétera le célèbre morceau « Les Trois Cloches ». En 1948, alors qu’elle est en tournée triomphale à New York, elle vit la grande histoire d’amour de sa vie avec le boxeur, Marcel Cerdan, sacré champion du monde de boxe en septembre 1948. C’est durant cette période qu’elle compose « l’Hymne à l’amour ». Le 28 octobre 1949, Marcel Cerdan meurt dans un accident d’avion sur le vol Paris-New York.

En 1951, Charles Aznavour devient son homme de confiance. Il lui écrit quelques chansons. En contrepartie, Édith Piaf lance sa carrière. En 1952, elle épouse le chanteur français Jacques Pills à New York. En 1955, après plusieurs cures de désintoxication, elle se libère de la morphine mais, du fait de sa polyarthrite rhumatoïde, elle abuse de la cortisone et de l’alcool. C’est au cours de cette période qu’elle devient une immense vedette internationale, en particulier aux États-Unis où elle fait un triomphe en 1956 au Carnegie Hall de New York. Cette même année, elle divorce. De février 1958 à février 1959, elle connaît une histoire d’amour avec Georges Moustaki, qu’elle lance dans la chanson. Elle enregistre la chanson « Milord », l’un de ses plus grands succès.

En 1959, Édith s’effondre sur scène durant une tournée à New York. Elle subit plusieurs opérations chirurgicales et revient à Paris très diminuée. En 1961, à la demande de Bruno Coquatrix, Édith Piaf donne à l’Olympia une série de concerts parmi les plus marquants de sa carrière. Le 9 octobre 1962, âgée de 46 ans, épuisée et malade, elle épouse Théo Sarapo, un chanteur âgé de 26 ans. Ils chantent en duo « À quoi ça sert l’amour ? ». Édith Piaf meurt le 10 octobre 1963 à Grasse à l’âge de 47 ans. Elle est enterrée au Père-Lachaise, à Paris.

Philippe Parrot (source internet)

Edith Piaf

Image de prévisualisation YouTube

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « Remember me ! », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 97 – Remember me !

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le mercredi 20 mai 2015 

Et terminé le lundi 25 mai 2015

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                                   Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 216 : Ainsi séparent les différences

Ce texte témoigne de la curieuse et incompréhensible envie, apparue il y a quelques jours, d’écrire une nouvelle version de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 39 : A nos différences.

À l’opposé du principe d’égalité qui conduit à formater les hommes et à occulter leur singularité, prôner le respect de […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 353 : S’aimer

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 21 OCTOBRE 2018 DANS LA MATINÉE De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 352 : Sales va-t-en-guerre !

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 351 : Idées noires

Pour peu qu’une peine de cœur nous abatte ou qu’une douleur au corps nous épuise, il y a toujours dans […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 350 : Faim des mots

Défait par les angoisses que génère son mode de vie ; tourmenté par la quête d’un sens à sa vie qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun de se recueillir quelques instants au passage de celle qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus