Archive | décembre 2015

Philippe Parrot : Poème contemporain 147 : Torturant démon

Possession

Gérer le quotidien pour un artiste — comme pour toute autre personne d’ailleurs — c’est composer avec les tourments qui l’assaillent comme avec les devoirs qui l’obligent afin d’agir au mieux. Confronté journellement à ces difficultés, si différentes dans leur nature, il lui faut donc faire des choix. Mais, contrairement aux gens plus raisonnables, ses décisions […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 146 : Insomnie

Gitane endormie Douanier Rousseau

Henri Rousseau, né en 1844 à Laval et mort en 1910 à Paris, est un des représentants majeurs de l’art naïf. Issu d’une famille très modeste, il travaille un temps comme commis d’avocat à Nantes avant de s’engager dans l’armée. Libéré à la suite du décès de son père en 1868, il monte à Paris. […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 145 : Divagations

Divagations

Au départ, il s’agissait dans mon esprit de laisser libre cours à mon imagination et d’écrire un texte totalement déstructuré où, d’association d’idées en association d’idées, je ne ferais que juxtaposer des images sans aucun lien entre elles. Une sorte de parti pris d’écriture automatique libérant l’inconscient de la tutelle d’une raison trop pesante. Mais, […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 144 : Contre le front de Marine, trop tout contre !

Contre le front de Marine

Contrairement à ce que pouvaient laisser craindre les résultats du premier tour des Régionales, la vague bleu marine n’a pas déferlé comme prévu et c’est très bien. Si son reflux est spectaculaire, il faut cependant constater que la base électorale du Front National ne cesse de progresser ces dernières années, opérant même lors des élections […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 143 : Satyre et nymphe

143 - Satyre et nymphe

À l’inverse de la touche d’érotisme, délicate et légère, qui se dégage toujours des fêtes galantes peintes par Antoine Watteau, ici, dans ce tableau, loin de toute prévenance et de toute retenue, il peint le désir dans ce qu’il a d’animal, voire de bestial, dégageant une ravageuse sensualité qui peut mettre mal à l’aise. En effet, […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 142 : Fais-moi jouir avec la langue !

Jouir avec la langue

La langue est un instrument parfaitement adapté à l’usage qu’en font les amants dans leurs relations amoureuses. Subtil outil facilitant les rapprochements, elle donne en effet à chacun la possibilité de partager un moment privilégié avec l’être aimé, en « touchant » avec une efficacité confondante ce qu’il y a de plus intime, en lui […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 141 : Cri dans le silence

Le cri d'Auguste Rodin

Poussés par le courant de nos tumultueuses existences qui génèrent stress et fatigue, peurs et doutes, nous nous débattons chaque jour pour rester la tête hors de l’eau, accomplissant vaille que vaille les tâches qui sont les nôtres, un bras tendu vers le ciel dans l’espoir qu’une main ne le saisisse et, croyons-le, nous sorte […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 140 : Chimérique ondine

140 - Chimérique ondine 2

En fait — à y regarder de plus près ! — nos existences se résument à la réalisation de ces tâches nécessaires au fonctionnement de la famille comme à l’accomplissement de ces devoirs nécessaires à l’organisation de la société. Qui veut résister à l’inévitable usure des sentiments qu’engendrent ces engagements, répétitifs et bien trop raisonnables, […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 213 : La mer et la mourante

Dans la chambre impersonnelle de l’hôpital où elle séjournait depuis des semaines, avec, comme seul horizon, des murs écrus et […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 207 : Pèlerinage en bord de mer

L’après-midi était bien avancée et, à l’approche de la fin de l’été, elle voulait absolument profiter de ce jour ensoleillé […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 124 : Voir la mer

Perdus dans la frénétique agitation des cités, las du regard jugeant des foules comme de la bêtise sans fond de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 45 : Couple en bord de mer

Chaque année, en juillet et en août, nous ne songeons plus qu’aux vacances. Congés et été deviennent alors deux mots […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 392 : Féminicides

Le terme « féminicide » commença à être juridiquement utilisé en Amérique Latine (notamment après les meurtres des sœurs Mirabal, toutes trois […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 391 : Sous nos pas, la vie s’en va…

La sensation d’écoulement du Temps est une perception très subjective. Selon son âge, son état d’esprit et ses priorités du […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 390 : L’homme au tatouage

Il avait très vite eu la certitude qu’elle allait littéralement le « posséder », envoûté qu’il était par sa beauté, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 389 : Déconnade

Des images — toutes plus absurdes les unes que les autres — qui s’enchaînent : des virgules dragueuses de points ; des diables […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 388 : Embrouillamini

Une nouvelle fois l’envie m’a pris de m’imposer une kyrielle de contraintes en vue d’écrire un texte a priori absurde […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 387 : Deux araignées

Sœurs jumelles, elles ne s’étaient jamais séparées, ne concevant pas un seul instant de faire quoi que ce soit sans […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus