Henri Rousseau, né en 1844 à Laval et mort en 1910 à Paris, est un des représentants majeurs de l’art naïf. Issu d’une famille très modeste, il travaille un temps comme commis d’avocat à Nantes avant de s’engager dans l’armée. Libéré à la suite du décès de son père en 1868, il monte à Paris. Marié en 1869, après le guerre de 1870 il est embauché comme gabelou à l’Octroi de Paris, travail qui lui vaut d’être surnommé par Alfred Jarry le « Douanier Rousseau ».

C’est à partir de cette période qu’il démarre sa carrière de peintre, en pur autodidacte, produisant un grand nombre de toiles d’une déconcertante candeur : des portraits de personnages, au visage inexpressif, qui paraissent massifs dans le décor, du fait du manque de toute perspective ; des paysages intemporels ou urbains ; enfin et surtout — thématique principale de son œuvre ! — des grandes jungles où il met en scène, dans une végétation exubérante aux multiples nuances de vert, des combats entre fauve et proie ou des portraits apaisés d’animaux.

En 1886, il participe pour la première fois au Salon des Indépendants mais ce n’est qu’à partir des années 1891 qu’il commence à recevoir des critiques positives, notamment avec son premier tableau représentant un tigre dans une flore luxuriante. En 1893, il prend sa retraite de l’Octroi de Paris pour se consacrer à la peinture, vivant avec de maigres revenus. Il se lie d’amitié avec Robert Delaunay, Guillaume Apollinaire et Pablo Picasso. Décédé à l’hôpital Necker, il est inhumé au cimetière de Bagneux, d’abord dans une fosse commune, ensuite dans une concession trentenaire. En 1947, ses restes sont transférés à Laval où il repose toujours.

Nullement inféodée à la tradition ou à l’avant-garde, la peinture du Douanier Rousseau, marquée par un exotisme débridé qu’il puise dans ses visites au Jardin des Plantes, au Jardin d’Acclimatation ou dans la lecture des revues illustrées de son époque, est totalement inclassable. On lui reprochait ses portraits de face de personnages figés, son manque de perspective, ses couleurs vives, sa naïveté et sa maladresse mais, en nostalgique de l’enfance, il faut voir en lui une sorte de passeur — à la frontière entre raison et merveilleux, entre civilisation et nature, entre rêve et réalité — qui nous fait oublier la grisaille de nos vies quotidiennes grâce à la flamboyance de ses décors, soutenue par une palette d’où jaillissent des couleurs éclatantes, souvent dissonantes.

Philippe Parrot

Gitane endormie Douanier Rousseau

Gitane endormie – Douanier Rousseau

 *      *      *      *      *

Pour lire le poème « Insomnie », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 146 – Insomnie

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le  vendredi 18 décembre 2015

Et terminé le dimanche 20 décembre 2015

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                                   Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 131 : Baiser de la Camarde

À peine nés, nous voilà tous assez vieux pour mourir ! Inhérente à la condition humaine, la mort se présente comme […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 116 : Le vieil homme et la feuille morte

Un vieil homme, las et désabusé, marche le long d’un chemin. C’est l’automne et le soleil se couche à l’horizon […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 98 : Du fard sur ses cils.

Il avait pris la communication machinalement, tant accaparé par ses soucis professionnels qu’il était bien décidé à s’en prendre à […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 26 : L’ange des ténèbres.

À l’inverse des hommes, lâches ou paresseux, qui cherchent trop souvent à reporter à demain ce qu’ils pourraient faire aujourd’hui, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 380 : Un coup dans l’aile

MON PROCHAIN POÈME LE DIMANCHE 28 AVRIL 2019 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( auteur […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 379 : Notre-Dame de Paris

Lundi 15 avril 2019, peu avant 19 heures, l’alarme incendie se déclenchait deux fois à l’intérieur de la nef de Notre-Dame […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 378 : Gueule cassée, âme perdue

Lettre imaginaire d’un Poilu : « Ma Matoune. En cette aube du 13 octobre 1916, sous une pluie glaçante qui traverse […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 377 : Danseuse au Crazy Horse

Le « Crazy Horse » est un cabaret de strip-tease créé par Alain Bernardin en 1951. Situé dans le quartier des Champs-Élysées, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 376 : Halte en bord de mer de nuit

C’est en songeant à Claude Monet (1840/1926) qui peignit, entre 1892 et 1894, la Cathédrale de Rouen à des heures […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 375 : Halte en bord de mer de jour

Il y a quelques jours, en allant sur le profil de l’association « Les Sabots du Cœur » créée par Hassen Bouchakour, […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus