Initialement, il s’agissait dans mon esprit d’écrire une « histoire un peu longue » pour marquer la présentation de mon 150ème poème. Rien de plus ! Dès lors, à la fin de la première strophe, je n’imaginais pas un seul instant m’embarquer dans une aventure aussi bizarre qui m’accaparerait le cœur et l’esprit pendant neuf jours, allant jusqu’à me réveiller certaines nuits, habité par de subites idées…

Mais, pris à mon propre jeu, les visions se sont succédées les unes après les autres, s’imposant à moi avec une telle force qu’il fallait me soumettre à leur évidence au fur et à mesure qu’elles surgissaient. Plus d’une semaine de transe ! À vivre hors du temps, dans un état de quasi hébétude, ailleurs en permanence, dépossédé de moi-même par ce déferlement d’illuminations…

Dense, long ─ très long ! ─ et totalement délirant, maintenant que ce texte est achevé et que toutes mes émotions se sont taries, je me demande encore comment j’ai pu écrire un récit aussi décousu, incapable de savoir d’où me vint cette foisonnante inspiration. Et, à cette heure où j’en suis enfin détaché, je sais que je n’aurai aucune réponse à cette question. Autant dire, lecteurs, qu’il ne faudra surtout pas chercher à comprendre ce voyage, pour la bonne et simple raison qu’il n’y a strictement rien à comprendre. Ne vous restera plus alors ─ bien calés dans un fauteuil avec le désir de prendre le temps de lire et de relire mes mots ─ qu’à vous laisser porter par l’incongruité des scènes, et, peut-être à cette occasion, qu’à chavirer brutalement, propulsés dans un univers onirique où tout existe, même les plus incroyables invraisemblances…

Philippe Parrot

Naissance de Vénus - Botticelli

Naissance de Vénus – Botticelli

 *      *      *      *      *

Pour lire le poème « Oniriques errances en Pays Imaginaire », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdfP150 – Oniriques errances en Pays Imaginaire

Avertissement : Ce texte est exclusivement réservé aux Fous…

Poème-fleuve écrit par Philippe Parrot

Commencé le jeudi 7 janvier 2016

Et terminé le vendredi 15 janvier 2016

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Si vous aimez ce genre, découvrez un autre poème-fleuve ! Un conte fantastique qui risque de vous faire perdre la tête…

Poème 18 : Belle iroquoise – 211212

Retour à la page d’accueil

*      *      *      *      *

 I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 249 : Mes mains sur tes seins

Ils s’étaient rencontrés quelques heures plus tôt, tout à fait par hasard, dans un restaurant bondé où le patron les […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 152 : Au chaud contre son sein

Jeune et pimpante, avec son chignon tout ébouriffé qui lui donnait l’air d’une éternelle adolescente, vêtue d’un jean et d’un […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 413 : Différents mais pareils

UN NOUVEAU POÈME LE 22 DÉCEMBRE 2019 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : Geralt )

Philippe Parrot : Poème contemporain 412 : L’ordre et le sang

MON PROCHAIN POÈME LE 15 DÉCEMBRE 2019 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com  ( Auteur : OpenClipart-Vectors )

Philippe Parrot : Poème contemporain 411 : Haïkus à la fête

Un exercice de style écrit à la va-vite, purement ludique ! Enchaîner quelques haïkus comme l’on enfile des perles, pour, au […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 410 : L’oeil

Plus qu’un organe, l’œil est un point de tangence. Trait d’union entre la subjectivité de l’homme et l’objectivité des choses, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 409 : Égorgement

Pour tant est qu’il existe — et quelle que soit la dénomination qu’on lui donne en fonction de sa culture […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 408 : Qu’adviendra-t-il demain ?

Il n’y a que l’être humain pour se convaincre que son imagination et sa pensée peuvent discerner ce qui va « nécessairement » […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus