Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci.

1/ Biographie d’Andrew Newell Wyeth :

Andrew Newell Wyeth est né le 12 juillet 1917 à Chadds Ford, dans la banlieue de Philadelphie, en Pennsylvanie (U.S.A). Suite à des problèmes de santé, ses parents décident de ne plus l’envoyer à l’école à partir de 1932 et c’est son père, Newell Converse Wyeth, illustrateur de renom, qui devient son précepteur, l’initiant à l’art du paysage. Plus tard, il apprend à maîtriser les techniques de l’aquarelle à base d’œuf : la tempera.

En 1937, il expose pour la première fois ses créations à la Macbeth Gallery de New York où il rencontre un vif succès. Plus tard, en 1948, il peint Christina’s World, son chef-d’œuvre exposé aujourd’hui au Museum of Modern Art de New York. Tout à la fois champêtre et humaine, légère et oppressante, cette grande huile présente une svelte jeune fille handicapée, à la fois brisée et courageuse, en train de gravir une colline, le regard en direction d’une maison. La minutie du rendu des herbes dans le pré comme des cheveux flottant dans le vent ; la demeure très « hitchcockienne » qui se profile à l’horizon ; l’extrême maigreur des bras déformés, bref, la minutie de tous ces détails dégage au final une sourde gêne. Atteinte par la poliomyélite, Christina Olson était la voisine du ­peintre. « Diminuée physiquement, pas spirituellement », explique-t-il, « Le défi pour moi était de rendre justice à son extraordinaire conquête de la vie, alors que tous la privaient d’espoir ». Le sentiment de malaise dans sa pose tient à ce que la jeune femme semble vouloir atteindre la bâtisse tandis que son corps à demi-couché, tout en tensions, laisse craindre qu’elle ne puisse se lever et encore moins atteindre son objectif, le spectateur notant inconsciemment ses bras et ses mains atrophiés…

Entre 1971 et 1985, Andrew Newell Wyeth exécute plus de deux cents portraits, notamment des nues de sa voisine Helga Testorf. Il meurt le 16 janvier 2009, à 91 ans, dans sa ville natale de Chadd’s Ford.

2/ Sa démarche artistique :

Bien qu’il ait été souvent taxé de sentimentalisme, voire d’académisme, la popularité d’Andrew Newell Wyeth ne s’est jamais démentie. En fait, il doit sa notoriété dans son pays en ce qu’il sut représenter avec un réalisme magique les constructions, champs, collines et personnages de ce monde rural dans lequel il baignait en permanence, son œuvre le plus souvent associée à deux régions : la Brandywine Valley où se trouve Chadds Ford et les environs de sa maison d’été à Cushing, dans le Maine.

Andrew Newell Wyeth apparaît donc comme un peintre régionaliste et réaliste, garant de la mémoire américaine. Chantre de la ruralité, il peint souvent dans des nuances de bruns et de gris qui rappellent la terre. La fermeté de son trait et sa précision quasi photographique — à l’image d’Edward Hopper — ne l’empêchent pourtant pas de donner une note émotionnelle aux scènes qu’il saisit, témoignant ainsi d’une réflexion angoissée sur le Temps et la faillible fugacité de nos vies.

Philippe Parrot (source internet)

Helga de profil- Tableau d'Andrew Wyeth

Helga de profil – Tableau d’Andrew Wyeth

Christina's World - Andrew Wyeth

Christina’s world – Tableau d’Andrew Wyeth

Image de prévisualisation YouTube

Œuvres d’Andrew Wyeth (1917/2009)

 *      *      *      *      *

Pour lire le poème « De la chair à l’esprit », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous. Merci.

fichier pdf P 151 – De la chair à l’esprit

Poème écrit par Philippe Parrot,

Le mercredi 27 janvier 2016.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : En route vers le million de lecteurs !

Suite à ma décision de présenter dans leur intégralité mes maximes, mes poèmes, mes haïkus, mais aussi mon roman « Vénus […]

Philippe Parrot : Poème d’hier n°250 : L’envol de l’aigle

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci ! L’aigle royal est […]

Philippe Parrot : Poème d’hier n°238 : Grand-Duc

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci ! Toute plaisanterie mise […]

Philippe Parrot : Poème n°331 : Homme dans les ténèbres

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Retiré dans quelque pièce […]

Philippe Parrot : Poème n°330 : Dans les pinces du Crabe

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Photo libre de droit […]

Philippe Parrot : Poème n°329 : Braises ou cendres.

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Gilles arpentait la Place […]

Philippe Parrot : Poème n°328 : Beauté à contre-jour

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Chaque fin de semaine, […]

Philippe Parrot : Poème n°327 : Esprit, enivre-moi !

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Il vient un temps […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus