Réalisé en 2015 par Tom Hooper et sorti en janvier 2016, « The danish girl » s’inspire d’une histoire vraie : le poignant amour de Gerda Wegener (Alicia Vikander) et d’Einar Wegener (Eddie Redmayne), artiste danois qui fut la première personne à subir une chirurgie afin de changer de sexe. Devenue femme en 1930 sous le nom de Lili Elbe, l’étrange ménage à trois Einar/Lili/Gerda s’aventure dès lors dans un monde méconnu : la transsexualité jusqu’en 1931, année où Lili décède au cours de sa dernière opération.

Au début du film, Einar et Gerda sont deux artistes bohèmes et mariés. Installés à Copenhague, Einar dessine des paysages, Gerda, des portraits. Un jour, à cause d’une cliente qui tarde à venir poser, Gerda demande à son mari de prendre sa place, une robe posée sur ses épaules. Einar caresse l’habit et voilà que le temps s’arrête tout à coup. Bouleversé par l’émotion, il sent naître — mieux re-naître — en lui l’obscur désir d’être une femme. Les époux se piquent au jeu et créent Lili. Dès lors, commence ce long périple qui mènera Einar d’un sexe à l’autre car Lili va rapidement exiger de prendre plus de place, refusant de n’être qu’une simple apparition lors de mondanités. Jusqu’au jour où, lasse de l’incompréhension des médecins, elle décidera de se débarrasser physiquement d’Einar afin d’exister bel et bien…

Remarquables dans la justesse de leur interprétation, Eddie Redmayne et Alicia Vikander laissent entrevoir le douloureux cheminement d’un couple tiraillé dans leur chair et leur esprit que d’indestructibles sentiments parviendront néanmoins à sauver malgré les épreuves. En fait, parallèlement à l’émouvant récit de la naissance de Lili, « The Danish Girl » évoque la puissante alchimie d’un amour inconditionnel : l’attachement d’une épouse pour un être qui fut jadis son époux et l’attachement d’un être pour la seule femme qu’il aimât.

Au travers d’une mise en scène tout en nuances et sensibilité, Tom Hopper rend un vibrant hommage à ces deux personnages qui ne peut qu’émouvoir le spectateur. Chaque scène parfaitement cadrée, à l’esthétique particulièrement soignée, est un subtil mélange de drames et de passions, d’humanité et de détermination, de beauté et de grâce, sublimés non seulement par d’éblouissants décors comme la reconstitution du Paris et du Copenhague des années 30, mais aussi par ce duo d’acteurs qui s’approprient magistralement leur rôle et le transcendent à l’écran.

Romance aussi tragique qu’envoûtante, « The danish girl », en s’attachant au destin d’un homme qui ose s’affirmer femme, célèbre le courage d’être soi-même contre vents et marées, quitte à en payer le prix fort. Une exigence toujours d’actualité en ces temps de crises identitaires ! À ce titre, poignant, fort et engagé, ce film est à voir absolument.

Philippe Parrot

Image de prévisualisation YouTube

The danish girl

    Einar Wegener/Lili Elbe (Eddie Redmayne)

 *      *      *      *      *

Pour lire le poème « The danish girl », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 155 – The danish girl

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le mardi 9 février 2016

Et terminé le mercredi 10 février 2016.

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

 *      *      *      *      *

I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 22 : Lumières d’une vie – Yang.

Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux essences indissociables et distinctes qui, insérées au cœur de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 21 : Ténèbres d’une vie – Yin.

Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux essences indissociables et distinctes qui, insérées au cœur de […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

MON PROCHAIN POÈME DEMAIN DIMANCHE 19 AOÛT 2018 DANS LA MATINÉE « Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 343 : Sens, colonnes et lignes

À la manière d’un saltimbanque sur une piste de cirque, jongler avec les mots comme avec des balles. Les lancer […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 342 : Brindille

« La Brindille » est un film français réalisé par Emmanuelle Millet. Sorti en 2012 — avec Christa Theret dans le rôle […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 341 : Manières d’être

Inféodé à une société de consommation qui vise à produire toujours plus de biens ; prisonnier d’un monde de l’image qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 340 : Jeune et rebelle

C’est aux premières lueurs de l’aube qu’Erwan avait entendu des petits coups secs contre la vitre. Il avait ouvert les […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 339 : L’oiseau et le roseau

Un oiseau, une plante… Une cage, une berge… Un canari dans sa prison dorée, un roseau au bord d’une rivière… […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus