Si le Temps, en tant qu’évanescent présent, est cette durée où la jouissance de l’instant, dans la solitude ou le partage, permet à l’esprit comme au corps de vivre d’inoubliables moments surtout quand la connivence avec l’objet ou l’être posé face à soi s’avère magique il est aussi, en tant qu’agent corrosif, ce cadre qui, loin de contribuer aux échappées de l’âme comme aux ivresses de la chair, transforme, par un effet de distanciation croissant, les émois vécus jadis en impressions de plus en plus ténues.

Aussi consternant et douloureux que soit un tel processus, cette fonction du Temps s’avère néanmoins positive. En effet, à neutraliser l’intensité de nos joies et de nos souffrances d’hier par la métamorphose de nos souvenirs en réminiscences, il permet à chacun de se détacher du passé, transfiguré dés lors en une sorte de « comédie dramatique » que chacun peut visionner à sa guise dans sa tête sans pour autant en être bouleversé, le personnage principal n’étant plus soi mais, par un étrange avatar, un acteur qui nous ressemble.

Seuls responsables de cette salvatrice substitution et seuls capables de la réaliser, il faut donc être redevable aux mois et aux années qui passent de nous redonner, chaque jour une peu plus, la force d’aller de l’avant. Ravis, grâce à leur sortilège, de nous abandonner une fois encore aux gens, aux choses, bref, à ce sursis que l’existence nous accorde…

Philippe Parrot.

Image de prévisualisation YouTube

Avec le temps… Léo Ferré (1916/1993)

 *      *      *      *      *

Pour lire le poème « Tu verras, ça ira ! Tout s’effilochera… », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 160 – Tu verras, ça ira ! Tout s’effilochera…

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le samedi 27 février 2016

Et terminé le dimanche 28 février 2016.

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

 I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 388 : Embrouillamini

Une nouvelle fois l’envie m’a pris de m’imposer une kyrielle de contraintes en vue d’écrire un texte a priori absurde […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 343 : Sens, colonnes et lignes

À la manière d’un saltimbanque sur une piste de cirque, jongler avec les mots comme avec des balles. Les lancer […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 435 : L’aigle, le Temps et l’Infini

Dans les fêlures du Temps et les failles de l’Espace qui avaient béé brusquement devant lui, ouvertes dans un fracas […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 434 : Les Oubliés du Covid

Le « 9-3 », département de la Seine-Saint-Denis situé au Nord-Est de Paris, est constitué d’une population nombreuse, jeune et pauvre. Qu’ils […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 433 : La prison, après…

Quatre, dans dix mètres carrés à peine ! Et que des mecs ! Une telle promiscuité, il ne l’avait jamais connue […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 432 : L’oreille du peintre

Un artiste obscur, barbouilleur de son état, lui devait une telle somme d’argent à consommer, en galantes compagnies, tant et […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 431 : Covid, quand tu nous tiens !

Rex, le lion, Babar, l’éléphant et King-Kong, le singe, déambulaient dans les rues vides de la ville, là où, quelques […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 430 : Le Monde-d’Après

Inspirer longuement… lentement… profondément… régulièrement… Et toujours par le nez pour obliger cet air qui me manque tant à pénétrer […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus