Archive | juin 2016

Philippe Parrot : Poème contemporain 189 : Le zinc

Café de Joinville-le-Pont

À l’heure où chacun d’entre nous s’affiche sur les réseaux sociaux, prêt à se livrer corps et âme, il résulte d’un tel exhibitionnisme qu’à réduire le dialogue à de la communication et l’intimité à du voyeurisme, l’ère numérique a substitué à la perception sensible de l’autre une représentation virtuelle, toute fantasmagorique. Seul bastion à résister […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 188 : De la matière à l’esprit…

188 - De la matière à l'esprit

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Quoi de plus déroutant que l’esprit humain, seul capable de prendre conscience de sa singularité à travers la perception du processus qui conduisit de l’Univers à la Terre, de la Terre à des êtres vivants, enfin, des hommes à […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 187 : Rêver d’amour dans le métro

187 - Rêve d'amour dans le métro

La RATP lançait en mars dernier son concours du Grand Prix Poésie 2016 — présidé cette année par Zabou Breitman — afin de présenter les écrits retenus lors d’une campagne d’affichage organisée cet été. Désireux de mettre en valeur la spécificité de l’entreprise, j’envoyais un poème conçu sous la forme d’un exercice de style où […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 186 : A vos amours

A vos amours

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Confondant sosie de Marilyn Monroe, cette jeune femme a bien quelques-uns des attributs qui firent de cette actrice une star mondialement connue dans les années 1950/1960. Même couleur de cheveux, même air angélique, même pâleur du visage, même maquillage […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 185 : Incapables de parler

185 - Oser parler !

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Aujourd’hui, s’il faut impérativement « se faire voir » pour être, savoir parler renforce néanmoins l’impact de cet « être-vu ». Mais, entendons-nous bien ! Il ne s’agit pas de dialoguer sous couvert d’échanges susceptibles de révéler l’intimité de chacun mais uniquement de communiquer […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 184 : La libellule

184 - La libellule

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Elle était pourtant sacrément tranquille dans son coin, la libellule ! Larve dans une mare aménagée au milieu du jardin d’une famille a priori sympathique, elle avait coulé des jours heureux dans ce premier état . En effet, bassin pourvu […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 148 : Deux coquelicots

Deux amants reviennent en pèlerinage sur les lieux de leurs premières amours : un creux douillet derrière une haie qui les […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 13 : Rose noire

Que nul ne s’y trompe. La Black Baccara n’est pas synonyme de mort, bien au contraire. La rose noire symbolise […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 340 : Sois insoumis !

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 22 JUILLET 2018 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 339 : L’oiseau et le roseau

Un oiseau, une plante… Une cage, une berge… Un canari dans sa prison dorée, un roseau au bord d’une rivière… […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 338 : Souffle, libère nos âmes !

Le chambellan, un ange déchu condamné à demeurer dans l’antichambre de « l’Éternel Éther » pour en faciliter l’accès, avançait […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 337 : Paulette Wright… Pourquoi ?

Suite à un avis de recherche lancé le samedi 16 juin 2018, le corps inanimé de Paulette Wright a été […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 335 : La sirène et les marins

Tapie dans un abysse, confortablement allongée sur un banc de sable, elle devinait qu’à la surface de la mer, c’était […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus