Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci.

Dans nos sociétés frappées de plein fouet par le chômage, l’emploi est si rare qu’il faut parfois aller le chercher là où il se trouve, très loin, obligeant les postulants à rompre avec leurs attaches amoureuses quand bien même leurs sentiments sont forts et nourriciers.

Dès lors, c’est à eux seuls qu’il revient de réfuter le vieil adage « Loin des yeux, loin du cœur » en s’organisant de manière à ne pas rendre l’éloignement trop douloureux et, au final, la séparation inéluctable. Mais le Temps est si sournois et assassin, et les obligations si pesantes, qu’il n’est pas rare de voir au fil des mois l’intensité des ressentis s’émoussant insidieusement malgré le désir de se revoir les liens se distendre, poussant un beau jour chacun à emprunter des chemins différents…

Philippe Parrot

Homme face à la merPhoto trouvée sur internet – Auteur non identifié

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « Dis, quand te reverrai-je ? », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous. Merci.

fichier pdf P 198 – Dis, quand te reverrai-je ?

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le mardi 16 août 2016

 Et terminé le mercredi 17 août 2016

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : En route vers le million de lecteurs !

Suite à ma décision de présenter dans leur intégralité mes maximes, mes poèmes, mes haïkus, mais aussi mon roman « Vénus […]

Philippe Parrot : Poème d’hier n°250 : L’envol de l’aigle

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci ! L’aigle royal est […]

Philippe Parrot : Poème d’hier n°238 : Grand-Duc

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci ! Toute plaisanterie mise […]

Philippe Parrot : Poème n°331 : Homme dans les ténèbres

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Retiré dans quelque pièce […]

Philippe Parrot : Poème n°330 : Dans les pinces du Crabe

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Photo libre de droit […]

Philippe Parrot : Poème n°329 : Braises ou cendres.

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Gilles arpentait la Place […]

Philippe Parrot : Poème n°328 : Beauté à contre-jour

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Chaque fin de semaine, […]

Philippe Parrot : Poème n°327 : Esprit, enivre-moi !

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Il vient un temps […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus