Le « Crazy Horse » est un cabaret de strip-tease créé par Alain Bernardin en 1951. Situé dans le quartier des Champs-Elysées, au 12 avenue Georges V, à Paris, il tire son nom du légendaire chef sioux Thasunka Witko, traduit ainsi en anglais.

Mêlant avec brio érotisme et esthétisme, grâce à des jeux de lumières très travaillés qui habillent littéralement le corps des danseuses, les numéros de nues sont néanmoins entrecoupés de spectacles plus traditionnels (magiciens, ventriloques, chanteurs).

Le succès du « Crazy Horse » tient essentiellement au fait qu’Alain Bernardin sut façonner un style de « femme fatale » très sophistiquée, aux faux cils sans fin, aux talons aiguilles vertigineux, aux rouges à lèvres écarlates et aux perruques au carré et à frange.

Philippe Parrot

Image de prévisualisation YouTube

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « Crazy Horse », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 199 – Crazy Horse

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le samedi 20 août 2016

 Terminé le dimanche 21 août 2016

Et dédié, non sans malice, à Adrien et Quentin.

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

 I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 407 : A l’assaut

La Première Guerre Mondiale voit la technologie bouleverser les manières de combattre. Avec le développement de l’artillerie, des mitrailleuses, des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 378 : Gueule cassée, âme perdue

Lettre imaginaire d’un Poilu : « Ma Matoune. En cette aube du 13 octobre 1916, sous une pluie glaçante qui traverse […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 332 : Bois Belleau

Il y a maintenant tout juste cent ans, à quelques mois de la fin de la Première Guerre Mondiale, avaient […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 419 : Retour au port

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 02 FÉVRIER 2020 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur :  Three-shots )

Philippe Parrot : Poème contemporain 418 : Canaris et monde à la masse

Y a un loup, dans l’ bois, qu’est vorace ! Heureusement qu’ Fatou, aux abois, est véloce ! C’est pas l’ tout, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 417 : L’Ange déchu

Il avait eu pour mission, mandaté par le Maître-des-Cieux, d’aller observer, sans parti pris, le mode de vie des « Ceux-d’en-bas », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 416 : Sauter dans le cercle

À l’aube d’une décennie où chacun constate, avec colère et effroi, que les démocraties trahissent leurs principes ; que les économies […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 415 : C’était il y a longtemps

Penses-tu parfois à moi ? Es-tu même encore de ce monde ? Tu étais tout juste bachelière et, l’envie tenaillée au corps […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 414 : Le lac-aux-âmes

Aériennes et évanescentes, ballottées entre les champs magnétiques qui sillonnent l’Espace, les courants qui traversent les océans, enfin, les secondes […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus