Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci.

« La vieillesse » est une étape de la vie humaine située entre « l’âge mûr » où la personne, totalement indépendante, est à l’apogée de ses aptitudes mentales et physiques et « la sénilité » où elle rentre, au contraire, dans la dépendance, suite à la disparition de ses facultés intellectuelles et physiques. Si, naguère, un homme entre 50 et 70 ans était considéré comme un vieillard, les progrès de la médecine comme de la diététique ont permis aujourd’hui, dans les sociétés développées, de repousser cette limite après 80 ans.

En Occident, le critère social de la vieillesse est essentiellement le passage à la retraite entre 60 et 65 ans qui, en sortant l’individu du monde du travail, lui donne l’opportunité de s’impliquer dans des activités choisies, de loisirs ou de bénévolat. Quant aux signes cliniques, ce sont le plus souvent l’apparition des rides sur le visage, des taches brunes sur la peau et la venue de cheveux blancs, voire la perte des cheveux, partielle ou non. Après 80 ans, la sénilité prend la forme d’une perte d’autonomie chronique, consécutive à l’altération des capacités physiologiques, à l’irruption de dérèglements organiques et à la dégradation de la mémoire.

Sur le plan politique, la part grandissante des « senior », jouissant d’un pouvoir d’achat et de temps libre, posera dans les années à venir un sérieux problème sociétal dans la mesure où cette catégorie sociale privilégiée verra ses intérêts spécifiques, voire catégoriels, s’opposer frontalement à ceux des travailleurs encore dans la vie active, ces derniers subissant seuls les aléas économiques (stress, productivité, paupérisation, chômage) alors qu’ils contribuent au financement des retraites de « leurs vieux en villégiature ».

Philippe Parrot

Vers la vieillesse

Photo trouvée sur internet – Auteur non identifié

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « Accepter de vieillir ? », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous. Merci.

fichier pdf P 204 – Accepter de vieillir ?

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le mardi 6 septembre 2016

Et terminé le jeudi 8 septembre 2016

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier n°249 : Mes mains sur tes seins

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci ! Ils s’étaient rencontrés […]

Philippe Parrot : Poème d’hier n°152 : Au chaud contre son sein

Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Jeune et pimpante, avec […]

Philippe Parrot : Poème n°306 : Jouir de sa jeunesse

UN NOUVEAU POÈME LE DIMANCHE 26 NOVEMBRE 2017 VERS 14 HEURES Photo trouvée sur Internet – Auteur non identifié

Philippe Parrot : Poème n°305 : Affronter sa vieillesse

  Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Une fois encore, […]

Philippe Parrot : Poème n°304 : Mort du cygne

  Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Gracieux solitaire qui […]

Philippe Parrot : Poème n°303 : Ensorcelante chimère

  Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. À force de […]

Philippe Parrot : Poème n°302 : Détention provisoire

  Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Avare de mots […]

Philippe Parrot : Poème n°301 : Anne Bert

  Vous aimez ce poème, partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots. Merci. Née à Bordeaux […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus