Archive | octobre 2016

Philippe Parrot : Poème contemporain 218 : Le ballon rouge

P 218 - Le ballon rouge

« Le Ballon rouge » est un court métrage réalisé par Albert Lamorisse. Sorti en 1956, il reçoit la même année la Palme d’Or au Festival de Cannes. Ce film raconte l’histoire d’un petit garçon qui trouve un ballon rouge accroché à un réverbère dans une rue de Ménilmontant (Paris – 20ème arrondissement). Dès lors, on ne […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 217 : L’aigle cerf-volant

217 - Le cerf-volant

Le cerf-volant est un objet plus lourd que l’air et porté par le vent qu’on manœuvre du sol à l’aide de fils. Il est constitué d’une armature rigide sur laquelle est fixée une toile assurant sa portance. L’origine du mot viendrait de « sèrp-volanta », expression qui désigne en Occitan un serpent-volant. Cette appellation s’explique […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 216 : Ainsi séparent les différences

P 216 - Ainsi tuent nos différences

Ce texte témoigne de la curieuse et incompréhensible envie, apparue il y a quelques jours, d’écrire une nouvelle version de mon poème n°39 « À nos différences », désireux d’en reprendre l’exact déroulé des idées mais sous un autre angle. Car rien n’est plus affligeant que de constater combien les différences entre deux êtres peuvent apparaître, dans les […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 215 : Ainsi sombrent les amours

P 215 - Ainsi meurent nos amours

Au milieu des gens agglutinés sur le quai, aux têtes toutes levées en direction du pont du navire où s’alignaient les voyageurs, les passerelles ôtées, les amarres larguées, le paquebot tracté par deux remorqueurs, dieu qu’il se sentait petit et désespéré face à ce mastodonte qui s’apprêtait à gagner la haute mer ! Car il y […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 214 : Sous le feuillage d’une treille

214 - Sous la treille

Les nuits d’été seraient-elles faites pour cela ? Si vivifiantes après les fortes chaleurs de la journée, traversées par un vent caressant qui réveille les corps et exalte les cœurs sous le regard d’une lune impavide, par le sentiment de quiétude qu’elles dégagent — invite à l’abandon — elles poussent les amants à chercher un coin […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 213 : La mer et la mourante

213 - La mer et la jeune femme

Dans la chambre impersonnelle de l’hôpital où elle séjournait depuis des semaines, avec, comme seul horizon, des murs écrus et nus, une chaise et une table inutiles et laides, un lavabo minuscule dans un coin, elle gisait sur le lit dans un état de semi-conscience, décryptant choses et sensations de loin, de très loin, comme […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 212 : Inoubliable mâle amour

212 - Inoubliable mâle amour

La magie, avec l’écriture, c’est qu’elle permet non seulement de « sortir de son antre » alors qu’on demeure journellement scotché au fauteuil de son bureau mais aussi et surtout de « sortir de soi » alors que l’on se sent chaque jour enfermé dans les limites désespérantes de son corps. En effet, par la puissance des images […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 211 : Rue Mouffetard

Rue Mouffetard

La rue Mouffetard, située dans le Vème arrondissement, est l’une des rues les plus anciennes de Paris. Tracée par les Romains au Ier siècle pour aller de Lutèce à ce qui est aujourd’hui Ivry-sur-Seine, longue de 650 mètres et large de 7 mètres, elle descend en pente douce de la montagne Sainte-Geneviève vers l’église Saint-Médard. Son nom […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 220 : Retrouvailles

Voilà trois décennies qu’ils correspondaient à l’occasion des vœux du Nouvel An, chacun dans des villes distinctes, lié par des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 173 : Salle des Pas Perdus

S’asseoir sur un banc, dans la Salle des Pas Perdus d’une gare, c’est comme aller au théâtre, sauf que la […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 46 : Quai de gare

Une gare n’est rien d’autre qu’une immense « Salle des Pas Perdus » où des centaines de voyageurs transitent quotidiennement par […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun de se recueillir quelques instants au passage de celle qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 347 : Le tiroir du secrétaire

Cela avait été, jadis, le vœu de sa grand-mère sur son lit de mort. Que les objets contenus dans son […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 346 : L’étoile et le funambule

Giorgio n’avait jamais eu de cesse, tout au long de sa carrière de funambule, de tendre son filin d’acier toujours […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus