Voilà trois décennies qu’ils correspondaient à l’occasion des vœux du Nouvel An, chacun dans des villes distinctes, lié par des attaches familiales et professionnelles. Mais leur amour de jeunesse, pour l’un et l’autre le premier, les avait si profondément marqués qu’il était à jamais resté enfoui dans leur cœur. Cette année passée ensemble — alors qu’ils avaient l’ardeur et l’insolence des jeunes de 20 ans — avait été certes trop brève mais si riche et intense qu’elle avait suffi à donner un sens à toute leur vie ultérieure.

Et, aujourd’hui que les hasards de l’existence les avaient libérés de toutes leurs responsabilités et obligations, ils avaient décidé de se revoir dans « leur » gare, celle-là même où ils s’étaient jadis rencontrés pour la première fois et là où, dans le passage qui donnait accès au hall d’accueil, ils s’étaient arrêtés un instant pour échanger un long baiser…

Philippe Parrot

 

Gare de Lisbonne - Photo de Nelson L

Gare de Lisbonne – Photo de Nelson L

*      *      *      *    

Pour lire le poème « Retrouvailles », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 220 – Retrouvailles

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le lundi 31 octobre 2016

Et terminé le mercredi 2 novembre 2016

Vous aimez ce poème. Partagez-le ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Ce texte est à mettre en parallèle avec :

Poème n°173 : Salle des Pas Perdus

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

Mots-clefs :, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 302 : Détention provisoire

Avare de mots et solitaire, reclus dans un appartement en compagnie de livres, il vit en marge, à la frontière […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 159 : Un homme en colère

Sous prétexte que nos gouvernants de droite comme de gauche ne parviennent pas à inverser la courbe du chômage depuis […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 17 : Réveille-toi !

Cet homme qui semble ployer sous le poids du désespoir, la poitrine déchirée de part en part, les bras levés […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 340 : Sois insoumis !

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 22 JUILLET 2018 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 339 : L’oiseau et le roseau

Un oiseau, une plante… Une cage, une berge… Un canari dans sa prison dorée, un roseau au bord d’une rivière… […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 338 : Souffle, libère nos âmes !

Le chambellan, un ange déchu condamné à demeurer dans l’antichambre de « l’Éternel Éther » pour en faciliter l’accès, avançait […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 337 : Paulette Wright… Pourquoi ?

Suite à un avis de recherche lancé le samedi 16 juin 2018, le corps inanimé de Paulette Wright a été […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 335 : La sirène et les marins

Tapie dans un abysse, confortablement allongée sur un banc de sable, elle devinait qu’à la surface de la mer, c’était […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus