Quand un être disparaît pour quelque raison que ce soit : décès, séparation, éloignement ne reste plus à celles et ceux qui le connurent, l’apprécièrent, voire l’aimèrent, qu’à se nourrir des brûlants souvenirs qu’il laisse. Transformé peu à peu par la mémoire en une chimère qui hante l’esprit et étreint le cœur, il devient au fil du Temps une étrange « présence » tout à la fois prégnante et surnaturelle, incontournable et magique, avec laquelle il faut composer journellement tant elle s’impose à soi.

Autant dire qu’à ce stade, il devient urgent d’exorciser les sortilèges de ce fantôme avec des mots, sous peine d’être irrémédiablement possédé par lui…

Philippe Parrot

242 - Femme brossant ses cheveux”, par Wladyslaw Slewinski, 1897

« Femme brossant ses cheveux » par Wladyslaw Slewinski (1897)

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « Sous ton évanescente emprise », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdfP 242 – Sous ton évanescente emprise

Poème écrit par Philippe Parrot

Commencé le mercredi 1 février 2017

Et terminé le jeudi 2 février 2017

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, mon ancienne maison d’édition n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Mots-clefs :, , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 125 : Femmes sur la plage

Sur un coup de tête, tout à fait conscientes que cette journée resterait à jamais gravée dans leur mémoire, elles […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 44 : Une vie en soi

Bien qu’elle soit agenouillée sur un banal canapé, placé au beau milieu d’une pièce tout à fait quelconque, cette mystérieuse […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 403 : Vagues, écume et galets

UN NOUVEAU POÈME DIMANCHE 06 OCTOBRE 2019 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : Imordaf )

Philippe Parrot : Poème contemporain 402 : Ecoute le chant du vent

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 29 SEPTEMBRE 2019 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : OpenClipart-Vectors )

Philippe Parrot : Poème contemporain 401 : Fin des faims

Jean détestait venir en ce lieu où son frère avait été placé d’office… Lui qui l’avait connu jadis débordant d’enthousiasme, […]

Philippe Parrot : Tous mes poèmes contemporains par ordre chronologique (401 à 500)

Vous aimez mes poèmes, partagez cette page ! Vous contribuerez ainsi à leur diffusion. Merci. Le 21 mars dernier, c’était […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 400 : Chiens de garde

Dans nos sociétés de consommation où le mode de production capitaliste est le principe fondateur de notre économie, indépendamment des […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 399 : Dichotomie

S’il n’est jamais évident de définir avec précision ce qu’est la pensée, il s’avère plus difficile encore de cerner ce […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus