Archive | mai 2017

Philippe Parrot : Poème contemporain 264 : Sans domicile fixe

264 - Sans domicile fixe

Lorsque nous évoquons la pauvreté, la désocialisation, voire l’exclusion, l’image du Sans Domicile Fixe (SDF) nous vient naturellement à l’esprit. Présent dans nos villes, le « clochard » s’approprie les rues d’une manière si « dérangeante » qu’il suscite de la part des citadins comme des autorités des réactions diverses (compassion, rejet, prises en charges publiques, etc). Si […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 263 : Femmes sous le joug

263 - Femmes sous le joug

À chaque fois, ce sont toujours les mêmes qui font les frais des guerres : d’abord les morts, ensuite les vaincus, enfin les civils. Et parmi ces derniers, trop souvent les femmes… En effet, impliquées d’office dans des conflits orchestrés par les hommes sans qu’elles aient voix au chapitre, elles sont tout à la fois victimes […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 262 : Trop pressée de le revoir !

262 - Trop pressée de la voir

Justine empruntait si souvent cette route sinueuse pour rejoindre la ville où elle poursuivait ses études qu’elle roulait à vive allure, songeant qu’elle pourrait presque conduire les yeux fermés. D’autant qu’elle avait ce soir une autre bonne raison pour foncer en direction du col : elle avait décidé de ne pas rejoindre le studio où elle […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 261 : Voir partir sa fille

261 - Voir partir sa fille

Être veuf et père — d’une unique fille qui plus est — est sans doute une expérience de l’amour paternel singulière et douloureuse. En effet, pour peu qu’en grandissant l’homme retrouve dans les traits de sa fille les lignes du visage de son épouse disparue, il ne cessera jamais d’avoir à ses côtés ce « double », […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 260 : Sale temps

260 - Sale temps

S’il est, dans l’enfance et la force de l’âge, ce cadre incontournable qui permet à chacun de vivre des expériences multiples et variées, sources d’épanouissement et d’enrichissement, il est aussi, à l’aube de la vieillesse, ce destructeur flux qui érode avec une force et une patience confondantes nos corps et nos esprits… Sur le tard, […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 259 : Fatal départ

259 - Fatal départ 2

Une femme qui prend ses cliques et ses claques un beau matin de printemps, avec un chat en bandoulière, tout gris et angora… un mec déboussolé qui geint et désespère d’avoir perdu celle qui vivait sous son toit et qui, l’été venu, ne s’en remet décidément pas… un oiseau qui prend peur et panique aux coups […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 258 : Si elle t’était contée…

258 - Si elle t'était contée...

Si — yeux fermés ! — tu la « vois » néanmoins s’avancer vers toi, aimante et rieuse dans ses tenues soignées, alors qu’elle est ailleurs et avec d’autres ; si — oreilles bouchées ! — tu « entends » pourtant les mots doux qu’elle te susurre, hélas nullement plaquée contre toi ; si — lèvres serrées ! — tu « discernes » cependant son […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 257 : Effets des mots

257 - Effets des mots

Qu’il cherche à énoncer des vérités ou au contraire à les masquer ; qu’il cherche à dévoiler des émotions ou au contraire à les cacher, le langage est essentiel à qui veut tisser des liens avec les autres et lui-même. Signes porteurs de significations et d’images diverses et variées, les mots forgent donc notre identité, contribuant […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 220 : Retrouvailles

Voilà trois décennies qu’ils correspondaient à l’occasion des vœux du Nouvel An, chacun dans des villes distinctes, lié par des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 173 : Salle des Pas Perdus

S’asseoir sur un banc, dans la Salle des Pas Perdus d’une gare, c’est comme aller au théâtre, sauf que la […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 46 : Quai de gare

Une gare n’est rien d’autre qu’une immense « Salle des Pas Perdus » où des centaines de voyageurs transitent quotidiennement par […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun de se recueillir quelques instants au passage de celle qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 347 : Le tiroir du secrétaire

Cela avait été, jadis, le vœu de sa grand-mère sur son lit de mort. Que les objets contenus dans son […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 346 : L’étoile et le funambule

Giorgio n’avait jamais eu de cesse, tout au long de sa carrière de funambule, de tendre son filin d’acier toujours […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus