Nos existences sont si fragiles qu’il faut savoir profiter pleinement des rares moments de liesse ou d’abandons que nous offre parfois le hasard, à l’occasion d’inattendues rencontres. En effet, pris dans un maillage d’innombrables tâches et obligations — qu’elles soient d’ordre professionnel ou familial — nos vies s’avèrent le plus souvent routinières et monotones, tenus que nous sommes de reproduire chaque jour les tâches de la veille, quand bien même seraient-elles le prix à payer pour atteindre nos buts…

Aussi, à l’instar de jeunes amants, portés par la fougue de leur jeunesse, la candeur de leur insouciance et l’aveuglement de leur passion, n’hésitons jamais à nous abandonner à l’ivresse de nos émois passagers, quel qu’en soit leur nature !

La vie est trop courte !

Philippe Parrot

268 - Profite !

Photo de Henri Cartier-Bresson (1908/2004)

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « Jouissez sans entraves ! », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 269 – Jouissez sans entraves !

Poème écrit par Philippe Parrot

Entre le 17 et le 18 juin 2017

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, mon ancienne maison d’édition n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 177 : Elle se donne à la mer

Elle avait attendu la nuit pour prendre le chemin longeant les Calanques et surplombant d’une centaine de mètres la mer, […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 126 : Le galet

Elle avait gagné à pied la plage qui descendait en pente douce vers la mer, d’un bleu si limpide que […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 125 : Femmes sur la plage

Sur un coup de tête, tout à fait conscientes que cette journée resterait à jamais gravée dans leur mémoire, elles […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 38 : Baignade

Cette jeune femme qui joue avec un dauphin, semble ravie. Comme si — à batifoler dans l’eau avec cet animal […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 389 : Déconnade

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 30 JUIN 2019 DANS LA MATINÉE Des images — toutes plus absurdes les unes que les autres […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 388 : Embrouillamini

Une nouvelle fois l’envie m’a pris de m’imposer une kyrielle de contraintes en vue d’écrire un texte a priori absurde […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 387 : Deux araignées

Sœurs jumelles, elles ne s’étaient jamais séparées, ne concevant pas un seul instant de faire quoi que ce soit sans […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 386 : Viens en moi !

Je t’attends sous le drap, nue. Glisse-toi dans la soie et pose tes mâles mains sur ma peau ! Voyageuses, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 385 : Rap d’enragé

Comme le SMS l’indiquait, Marmoud devait rejoindre l’arrière-salle du café « Au croissant chaud », en plein cœur de Barbés. Parti du […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 384 : Coup de foudre

Venue de New-York pour conclure une affaire, Ruth avait prévu de ne rester à Paris que le temps de la […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus