De l’autre côté de l’horizon, il y aura toujours maints continents où vivent des êtres que nous ne connaîtrons jamais… De l’autre côté des frontières, il y aura toujours maints pays où séjournent des étrangers que nous ne connaîtrons jamais… De l’autre coté de la ville, il y aura toujours maintes campagnes où travaillent des paysans que nous ne connaîtrons jamais… De l’autre côté de la rue, il y aura toujours maints quartiers où s’entassent des citadins que nous ne ne connaîtrons jamais…

De l’autre côté de l’apparence de l’autre, il y aura toujours maintes ténèbres où évolue une part d’eux-mêmes que nous ne connaîtrons jamais… De l’autre côté de la conscience de soi, il y aura toujours maints inaccessibles états où grouillent de sourds ressentis que nous ne connaîtrons jamais…

Ainsi, ce « de-l’autre-côté » — de quelque nature qu’il soit —, c’est toujours du mystère et de la fascination, des envies et des rêves qu’il suscite. En fait, que de vaines échappées !

Philippe Parrot

288 - De l'autre côté

Photo trouvée sur internet – Auteur non identifié

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « De l’autre côté », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 288 – De l’autre côté

Poème écrit par Philippe Parrot

Entre le 23 et le 24 août 2017

 Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Pour visualiser le poème en même temps qu’il est lu, cliquez simultanément sur le fichier pdf et sur la vidéo !

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, mon ancienne maison d’édition n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

2 Réponses à “Philippe Parrot : Poème contemporain 288 : De l’autre côté…” Subscribe

  1. Philippe Parrot 24 août 2017 à 18:30 #

    Bonsoir. Votre interprétation est pertinente d’autant que vous présentez deux options distinctes, laissant à chacun le soin de choisir celle qui correspond le mieux à sa sensibilité. J’ajouterai pour ma part qu’on s’accroche souvent à l’illusoire sentiment que « de-l’autre-côté », l’herbe est forcément plus verte… Ce qui est bien sûr une hérésie ! Bonne continuation à vous et merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire. P.P

  2. lamy 24 août 2017 à 18:17 #

    on a le sentiment d’une grande solitude mais que de l’autre côté, la vie grouille de choses et d’êtres..? et vice et versa..?

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 352 : Sales va-t-en-guerre !

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 99 : Mères de soldats.

Le rapport d’un père à ses enfants est essentiellement affectif. Un fort sentiment le lie certes à ses fils mais […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 47 : Sniper

Alors qu’à cette heure, à des milliers de kilomètres de l’Europe, soldats et miliciens s’entre-tuent avec acharnement, les uns pour […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 371 : Trace s’efface

MON PROCHAIN POÈME DEMAIN DIMANCHE 24 FÉVRIER 2019 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 370 : Pensées en vrille

Il arrive parfois que l’on ait brusquement envie de lâcher prise et de n’en faire qu’à sa tête, sans se […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 369 : Trop les boules…

À devoir faire face à nos obligations et soucis quotidiens, nous occultons l’essentiel. Quel que soit notre âge : jeune, adulte ou […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 368 : Guerres de religion

Dans bien des religions, sous couvert de Livres « Sacrés » censés transcrire les paroles d’un dieu omniscient et omnipotent, les Fidèles […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 367 : Pensées ou jouissances ?

Aujourd’hui que la toute-puissante Raison, par le biais de la Technique et, plus récemment encore, de l’Intelligence Artificielle, s’immisce dans […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 366 : Trahison de printemps

Elle était l’unique fleur alentour et nulle vie, autre que la sienne, n’existait en ces lieux. Haut perchée sur sa […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus