En matière d’érotisme, dans la communication comme dans l’art, associer banane et gente féminine n’est jamais — et c’est bien le cas de le dire — le fruit du hasard. Plus que la pomme le fruit du pêché, sa représentation et sa mise en scène permettent d’évoquer la sexualité d’une façon certes symbolique mais néanmoins suffisamment explicite pour suggérer sans offenser et troubler sans choquer.

En effet, que ce soit par sa forme longue et incurvée qui fait penser à un phallus ou par sa manière d’être consommée qui laisse croire à un simulacre de pénétration, à rappeler tout à la fois sexe masculin et pratiques amoureuses, cet aliment ne peut susciter que de sulfureuses images ou nourrir que maints fantasmes dès lors qu’il investit un orifice buccal.

Voilà pourquoi, en ingérant une banane, une femme peut tout à loisir s’imaginer être pénétrée tandis qu’un homme à la voir l’avaler, se figurer s’enfoncer en elle…

Philippe Parrot

333 - Anne et la banane

Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( auteur : Pewasser )

*      *      *      *      *

Pour lire le poème « La banane d’Anne », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 333 – La banane d’Anne

Poème écrit par Philippe Parrot

Entre le 30 et le 31 mai 2018.

Avertissement : Ce texte licencieux pourrait éventuellement choquer certaines personnes.

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Image de prévisualisation YouTube

Visualisez la vidéo ci-dessus, en plein écran, directement sur YouTube !

Image de prévisualisation YouTube

 *      *      *      *      *

 I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, mon ancienne maison d’édition n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 216 : Ainsi séparent les différences

Ce texte témoigne de la curieuse et incompréhensible envie, apparue il y a quelques jours, d’écrire une nouvelle version de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 39 : A nos différences.

À l’opposé du principe d’égalité qui conduit à formater les hommes et à occulter leur singularité, prôner le respect de […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 353 : S’aimer

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 352 : Sales va-t-en-guerre !

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 351 : Idées noires

Pour peu qu’une peine de cœur nous abatte ou qu’une douleur au corps nous épuise, il y a toujours dans […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 350 : Faim des mots

Défait par les angoisses que génère son mode de vie ; tourmenté par la quête d’un sens à sa vie qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun de se recueillir quelques instants au passage de celle qui […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus