Archive | septembre 2018

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

349 - L'hétaïre

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 2018 DANS LA MATINÉE Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun de se recueillir quelques instants au passage de celle qui fut si longtemps la confidente et la maîtresse des hommes de la ville, qu’ils soient père, époux ou frère. Aucun véhicule ne suivait néanmoins le […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

348 - Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », en « tude » et  en « ir » sans savoir de prime abord où une telle lubie pourrait bien me mener. Mais quand, faute de ne plus trouver de mots en « ine », le prénom de Yasmine surgit dans […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 347 : Le tiroir du secrétaire

347 - Le tiroir du secrétaire 2

Cela avait été, jadis, le vœu de sa grand-mère sur son lit de mort. Que les objets contenus dans son secrétaire Louis XVI soient transmis à sa petite-fille le jour de sa majorité, sa mère lui remettant la clef de l’abattant qu’elle-même, pour d’obscures raisons, n’avait jamais voulu ouvrir… Une aussi grande réserve avait toujours […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 346 : L’étoile et le funambule

346 - Le funambule et l'étoile

Giorgio n’avait jamais eu de cesse, tout au long de sa carrière de funambule, de tendre son filin d’acier toujours plus haut : entre des poteaux, entre des maisons, entre des buildings, entre des gratte-ciels, entre des collines, enfin, aujourd’hui, entre les deux sommets les plus élevés du monde… Bien qu’à cette occasion, il marchât au […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 220 : Retrouvailles

Voilà trois décennies qu’ils correspondaient à l’occasion des vœux du Nouvel An, chacun dans des villes distinctes, lié par des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 173 : Salle des Pas Perdus

S’asseoir sur un banc, dans la Salle des Pas Perdus d’une gare, c’est comme aller au théâtre, sauf que la […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 46 : Quai de gare

Une gare n’est rien d’autre qu’une immense « Salle des Pas Perdus » où des centaines de voyageurs transitent quotidiennement par […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 2018 DANS LA MATINÉE Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 347 : Le tiroir du secrétaire

Cela avait été, jadis, le vœu de sa grand-mère sur son lit de mort. Que les objets contenus dans son […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 346 : L’étoile et le funambule

Giorgio n’avait jamais eu de cesse, tout au long de sa carrière de funambule, de tendre son filin d’acier toujours […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus