Nino n’est personne sinon qu’un citadin à la dérive qui se cherche, en vain, depuis des décennies… Un jour, manipulé pour la bonne cause par un détective cynique, le voilà embauché par Balbar, un grand noir épicurien, directeur de cirque. À ne savoir vivre que dans le Présent, trop occupé à jouir de l’instant, ce Roi-de-la-Palabre venu tout droit de la lointaine Afrique — joueur de saxophone de surcroît — est ainsi aux yeux des saltimbanques l’incarnation même de la joie de vivre. Tous sont sous son charme…

Jusqu’au jour où Nino, lui aussi, à suivre ses conseils, finira par s’ouvrir à des dimensions de l’existence qu’il n’avait jamais jusqu’alors explorées, secondé, il est vrai, par Hannah, une bien étrange femme…

Philippe Parrot

Pour faire plus ample connaissance avec Balbar, lisez mon roman : Vénus a deux visages  ( english version : Venus has two faces, and  so many more… )

357 - Balbar

Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( auteur : Clker-Free-Vector-Images )

*      *      *      *     *

Pour lire le poème « Balbar », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdf P 357 – Balbar

Poème écrit par Philippe Parrot

Entre le 13 et le 15 novembre 2018

Image de prévisualisation YouTube

Visualisez la vidéo ci-dessus, en plein écran, directement sur YouTube !

Image de prévisualisation YouTube

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

 I need you

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 388 : Embrouillamini

Une nouvelle fois l’envie m’a pris de m’imposer une kyrielle de contraintes en vue d’écrire un texte a priori absurde […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 343 : Sens, colonnes et lignes

À la manière d’un saltimbanque sur une piste de cirque, jongler avec les mots comme avec des balles. Les lancer […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 435 : L’aigle, le Temps et l’Infini

Dans les fêlures du Temps et les failles de l’Espace qui avaient béé brusquement devant lui, ouvertes dans un fracas […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 434 : Les Oubliés du Covid

Le « 9-3 », département de la Seine-Saint-Denis situé au Nord-Est de Paris, est constitué d’une population nombreuse, jeune et pauvre. Qu’ils […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 433 : La prison, après…

Quatre, dans dix mètres carrés à peine ! Et que des mecs ! Une telle promiscuité, il ne l’avait jamais connue […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 432 : L’oreille du peintre

Un artiste obscur, barbouilleur de son état, lui devait une telle somme d’argent à consommer, en galantes compagnies, tant et […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 431 : Covid, quand tu nous tiens !

Rex, le lion, Babar, l’éléphant et King-Kong, le singe, déambulaient dans les rues vides de la ville, là où, quelques […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 430 : Le Monde-d’Après

Inspirer longuement… lentement… profondément… régulièrement… Et toujours par le nez pour obliger cet air qui me manque tant à pénétrer […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus