Elle était l’unique fleur alentour et nulle vie, autre que la sienne, n’existait en ces lieux. Haut perchée sur sa tige, par la délicatesse de ses pétales et la puissance de son parfum, elle incarnait étrangement la beauté sur cette aire inhabitée, aussi sinistre qu’un paysage lunaire. Elle vivait là depuis des temps immémoriaux, dans une solitude extrême, sans qu’elle-même ne sache d’où elle venait et comment elle avait bien pu arriver là. Questions sans réponse, elle avait cessé de se les poser, finissant par accepter son étrange destin.

Un matin d’été cependant, un vent chaud se leva, l’enveloppant avec tant de douceurs qu’elle succomba à ses tournoiements. Elle s’en éprit et se réjouit qu’il s’occupa d’elle avec constance, lui apportant la fraîcheur de la rosée pour faire face aux torrides chaleurs estivales ; la douceur de ses brises pour contrecarrer les premières gelées de l’automne ; enfin, la force de son souffle pour chasser l’épaisse neige dès qu’elle tombait les soirs d’hiver. Ainsi, à le voir veiller sur elle avec amour, elle se convainquit, émerveillée par ses prouesses, qu’il la protégerait toujours.

Hélas, avec la venue du printemps, de par sa nature volage et inconstante, légère et insouciante, en quête d’autres émotions, il disparut, séduit par un printanier rayon de soleil, la laissant affronter seule les vicissitudes de sa terne existence…

Philippe Parrot

366 - Trahison de printemps

Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : 3938030 )

*      *      *      *     *

Pour lire le poème « Trahison de printemps », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdfP 366 – Trahison de printemps

Poème écrit par Philippe Parrot

Entre le 16 et le 18 janvier 2019

Image de prévisualisation YouTube

Visualisez la vidéo ci-dessus, en plein écran, directement sur YouTube !

Image de prévisualisation YouTube

Vous aimez ce poème. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

 I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 195 : Le lys et l’abeille

Si l’organisation interne d’une ruche est complexe, la recherche du pollen nécessaire à la production du miel, l’est tout autant. […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 184 : La libellule

Elle était pourtant sacrément tranquille dans son coin, la libellule ! Larve dans une mare aménagée au milieu du jardin d’une […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 179 : Au pays d’Alice

Si, au Pays des Merveilles, Alice rencontre des créatures hautement improbables, au cours d’aventures vraiment surréalistes, dans des lieux totalement […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 18 : Belle iroquoise

Au cours d’une promenade dans une cité médiévale, un homme fait la connaissance d’un joueur de djembé et d’une jeune […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 411 : Haïkus à la fête

Un exercice de style écrit à la va-vite, purement ludique ! Enchaîner quelques haïkus comme l’on enfile des perles, pour, au […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 410 : L’oeil

Plus qu’un organe, l’œil est un point de tangence. Trait d’union entre la subjectivité de l’homme et l’objectivité des choses, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 409 : Égorgement

Pour tant est qu’il existe — et quelle que soit la dénomination qu’on lui donne en fonction de sa culture […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 408 : Qu’adviendra-t-il demain ?

Il n’y a que l’être humain pour se convaincre que son imagination et sa pensée peuvent discerner ce qui va « nécessairement » […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 407 : A l’assaut

La Première Guerre Mondiale voit la technologie bouleverser les manières de combattre. Avec le développement de l’artillerie, des mitrailleuses, des […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 406 : Pour ne jamais oublier

Heureusement que la mémoire nous permet de stocker, de hiérarchiser — voire, quand cela s’avère vital, d’évacuer — les représentations […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus