1 000 000 DE LECTEURS !

CETTE FOIS, LE CAP EST BEL ET BIEN

PASSÉ. ET GRÂCE À VOUS !

1 - Merci ! - 1 000 000 de lecteurs  260419

1 000 000 lecteurs - 260419

26 avril 2019 – Le cap du million de lecteurs est franchi.

Suite à ma décision de présenter dans leur intégralité mes maximes, mes poèmes, mes haïkus, mais aussi mon roman « Vénus a deux visages » et mes nouvelles, illustrés par Sandra Savajano et Catherine Collin, un véritable bouleversement s’est opéré ces derniers mois au niveau de la fréquentation du blog. Désormais, c’est en moyenne entre 400 et 600 internautes qui s’y rendent quotidiennement pour prendre connaissance de mes écrits.

Au fil des années, il s’avère donc que vous venez toujours plus nombreux et c’est un réel encouragement. Aussi, à l’occasion du franchissement de ce seuil symbolique, je tiens à vous remercier de vos apparitions quotidiennes, même si elles se matérialisent à travers un « chiffre-en-plus » au compteur de visites ce qui n’est pas forcément satisfaisant sur le fond, avouons-le…

En effet, si je suis sensible à l’attention croissante que vous témoignez à mes textes, la personne que vous êtes m’échappe totalement. Sans doute, atteignons-nous là les limites du Web à rapprocher réellement les individus. S’il facilite indéniablement les contacts, en les étendant au monde entier, il les dépersonnalise à outrance, en les rendant anonymes. À ce titre, je rêve parfois que vous cessiez de garder l’incognito, poussé par l’envie de vous faire connaître. Que vous preniez un peu plus corps, n’hésitant pas à me faire part de vos remarques, via les commentaires ou les formulaires de contact. Ainsi acquerrions-nous enfin, les uns par rapport aux autres, une réalité plus tangible, pourvue d’une sensibilité au lieu de rester des êtres purement virtuels.

Rêve inepte ! songez-vous, tant nous sommes enfermés dans des modes de vie cloisonnés, accaparés par nos activités, nos soucis, nos obligations, incapables du coup de trouver le temps de se pauser et d’échanger. Et il me faut hélas reconnaitre aujourd’hui que vous avez raison !

Dans l’attente néanmoins de vous lire, encore une fois merci de vos visites, marques de votre intérêt pour mes mots.

Oui, un grand merci à toutes et à tous !

Philippe Parrot.

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

 I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 378 : Gueule cassée, âme perdue

Lettre imaginaire d’un Poilu : « Ma Matoune. En cette aube du 13 octobre 1916, sous une pluie glaçante qui traverse […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 352 : Sales va-t-en-guerre !

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 332 : Bois Belleau

Il y a maintenant tout juste cent ans, à quelques mois de la fin de la Première Guerre Mondiale, avaient […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 99 : Mères de soldats.

Le rapport d’un père à ses enfants est essentiellement affectif. Un fort sentiment le lie certes à ses fils mais […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 408 : Qu’adviendra-t-il demain ?

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 17 NOVEMBRE 2019 Il n’y a que l’être humain pour se convaincre que son imagination et […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 407 : A l’assaut

La Première Guerre Mondiale voit la technologie bouleverser les manières de combattre. Avec le développement de l’artillerie, des mitrailleuses, des […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 406 : Pour ne jamais oublier

Heureusement que la mémoire nous permet de stocker, de hiérarchiser — voire, quand cela s’avère vital, d’évacuer — les représentations […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 405 : Mourir en exil

Au vu du réchauffement climatique qui provoquera dans les prochaines décennies une montée du niveau des mers ( à l’origine […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 404 : Manuscrit retrouvé

À l’écart des espaces de vie fréquentés journellement, le grenier est cet endroit de la maison où chacun entasse — […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 403 : Apprends à écouter la mer…

Lorsque l’on ressent le besoin de se ressourcer, épuisé par la charge mentale que représente la gestion des soucis quotidiens, […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus