Hospitalisé en service de gériatrie, suite à un malaise qu’il avait fait en pleine rue alors qu’il se rendait au cimetière, Jacques pressentait qu’il ne retournerait plus jamais à son domicile. Vivre seul durant tant d’années — après la mort de sa fille et de son épouse — avait été une longue épreuve qu’il avait assumé avec dignité, mettant un point d’honneur à aller fleurir chaque jour la tombe de celles qu’il avait aimées. Particulièrement leur fille unique que la mort avait fauchée si jeune…

Cependant ces derniers mois — au fur et à mesure que son état de santé s’était dégradé — le pèlerinage s’était avéré de plus en plus difficile tant marcher devenait douloureux. De toute évidence, Jacques devinait qu’il ne pourrait bientôt plus l’accomplir, ses forces déclinant. Quand il en arriverait là, il serait grand temps d’aviser.

Sur son lit d’hôpital, dans une chambre impersonnelle, froide et fonctionnelle, il sentait obscurément que, cette fois, son heure était bel et bien venue. Ce n’était plus qu’une question de jours, voire d’heures.

Il s’en réjouissait, si faible et las.

Philippe Parrot.

P 422 - Fin des visites

Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : PublicDomainPictures )

 *      *      *      *      *

Pour lire le poème « Fin des visites », veuillez cliquer sur le fichier ci-dessous.

fichier pdfP 422 – Fin des visites

Poème écrit par Philippe Parrot

Entre le 18 et le 21 février 2020

Image de prévisualisation YouTube

Visualisez la vidéo ci-dessus, en plein écran, directement sur YouTube !

Image de prévisualisation YouTube

Vous aimez ce texte. Partagez l’article ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes mots.

À lire aussi sur le thème de la perte d’un être cher !

Poème 98 : Du fard sur ses cils et Poème 103 : Enfance assassinée

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

 I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Philippe Parrot : Poème d’hier 22 : Lumières d’une vie – Yang.

Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux essences indissociables et distinctes qui, insérées au cœur de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 21 : Ténèbres d’une vie – Yin.

Dans la philosophie chinoise, le Yin et le Yang sont deux essences indissociables et distinctes qui, insérées au cœur de […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 442 : Quand le chat s’en va…

UN NOUVEAU POÈME DIMANCHE 19 JUILLET 2020 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : Daniel Nebreda ) […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 441 : Bientôt femme

MON PROCHAIN POÈME DEMAIN DIMANCHE 12 JUILLET 2020 Gladys émergeait lentement du sommeil, après une longue et délicieuse nuit à […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 440 : Aladin et l’albatros

Altéas, l’albatros, s’ennuyait ferme. À devoir demeurer toute sa vie dans l’anfractuosité de la falaise squattée depuis des lustres par […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 439 : George Floyd – I can’t breathe

Le lundi 25 mai 2020, en début de soirée, à Minneapolis (Minnesota, USA) George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 438 : Un jour gris…

Un déménagement est toujours l’occasion de faire le tri, surtout quand le nouveau domicile s’avère plus petit que l’ancien. Alors, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 437 : Le batteur cubain

Une fois de plus, le spectacle terminé, après avoir fait danser des couples toute la nuit au rythme trépidant du […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus