L’enfance à Belleville : 1936/1941

Dans les années 1920, son père, Icek Peretz (1909/1940), et sa mère, Cyrla Szulewicz (1913/1943), tous deux juifs polonais, émigrent en France. Ils se marient en août 1934 à Paris. Leur fils, Georges Peretz, né le 7 mars 1936, passera sa petite enfance au 24 rue Vilin à Belleville.

La seconde guerre mondiale et la mort de ses parents : 1942/1945

Engagé volontaire dans l’armée française au début de la seconde guerre mondiale, Icek Peretz, son père, est mortellement blessé. Il décède en juin 1940.

Au printemps 1942, sa mère l’envoie par un train de la Croix-Rouge à Villard-de-Lans, chez son oncle et sa tante paternelle, David et Esther Bienenfeld qui se sont réfugiés là, après avoir quitté Paris. Georges restera dans cette ville durant toute la guerre. Il y sera baptisé et son nom sera francisé en Perec.

En janvier 1943, Cyrla Peretz, est arrêtée et internée à Drancy, avant d’être déportée en février 1943, par le convoi n°47, à Auschwitz où elle mourra.

En 1945, à la fin de guerre, Esther et David Bienenfeld reviennent vivre à Paris avec Georges Perec qu’ils adoptent.

Les années d’étude : 1946-1956

De retour à Paris, il s’inscrit au Lycée Claude-Bernard avant d’aller au Collège Geoffroy-Saint-Hilaire d’Étampes où il aura comme professeur Jean Duvignaud avec qui il fondera, en 1972, la revue « Cause commune ».

C’est au cours de cette période (1949/1952) qu’il entreprendra une psychothérapie avec Françoise Dolto, profondément marqué par la disparition de ses parents.

En octobre 1954, il intègre Hypokhâgne au Lycée Henri IV de Paris puis commence des études d’Histoire à la Sorbonne qu’il abandonnera vite (octobre 1955/juillet1956).

Les années d’engagements : 1957/1964

Au cours des années 1956/1957, il entame une psychanalyse avec Michel de M’Uzan. Il fait son service militaire comme parachutiste à Pau entre 1958 et 1959.

En octobre 1960, il se marie avec Paulette Pétras avec qui il vivait depuis plusieurs mois au 5, rue des Quatrefages (5ème arrondissement de Paris) puis part, de novembre 1960 à juillet 1961, à Sfax en Tunisie.

En 1962, il travaille comme documentaliste dans le laboratoire de neurophysiologie du CNRS.

Le temps de la notoriété : 1965/1982

En 1965, il remporte le Prix Renaudot avec son roman Les choses qui connaît immédiatement un vif succès. Il rentre, en 1967, à l’Oulipo. C’est un engagement important car l’écriture de ses oeuvres sera désormais soumise aux règles oulipiennes. « L’Ouvroir de Littérature Potentielle », plus connu sous son acronyme « Oulipo » est un groupe créé en 1960. Il est constitué de littéraires dont Raymond Queneau (1903/1976) qui en fut le co-fondateur et de mathématiciens qui réfléchissent notamment sur la notion de « contrainte » afin d’élaborer des structures novatrices qui contribueraient au développement de la création. C’est, dans cet esprit, que Georges Perec écrira en 1969 un roman policier intitulé La disparition soumis à une obligation formelle: bannir la lettre « e » !

De 1971 à 1975, il suit une psychanalyse avec Jean-Bertrand Pontalis. En 1978, il publie ce qui est certainement son chef d’œuvre : La Vie, mode d’emploi qui obtient le Prix Médicis. Le succès de cet ouvrage va lui permettre de démissionner du CNRS pour se consacrer uniquement à la littérature.

Il meurt le 3 mars 1982, à l’âge de 46 ans, d’un cancer à l’hôpital d’Ivry. Ses cendres reposent aujourd’hui au columbarium du Père-Lachaise à Paris.

Philippe Parrot

Dans un tout autre registre, découvrez l’œuvre du peintre américain Edward Hopper en cliquant sur le lien ci-dessous :

*      *      *      *      * 

Biographie d’Edward Hopper.

*      *      *      *      *

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc.

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Philippe Parrot : Poème d’hier 407 : A l’assaut

La Première Guerre Mondiale voit la technologie bouleverser les manières de combattre. Avec le développement de l’artillerie, des mitrailleuses, des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 378 : Gueule cassée, âme perdue

Lettre imaginaire d’un Poilu : « Ma Matoune. En cette aube du 13 octobre 1916, sous une pluie glaçante qui traverse […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 332 : Bois Belleau

Il y a maintenant tout juste cent ans, à quelques mois de la fin de la Première Guerre Mondiale, avaient […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 419 : Retour au port

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 02 FÉVRIER 2020 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur :  Three-shots )

Philippe Parrot : Poème contemporain 418 : Canaris et monde à la masse

Y a un loup, dans l’ bois, qu’est vorace ! Heureusement qu’ Fatou, aux abois, est véloce ! C’est pas l’ tout, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 417 : L’Ange déchu

Il avait eu pour mission, mandaté par le Maître-des-Cieux, d’aller observer, sans parti pris, le mode de vie des « Ceux-d’en-bas », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 416 : Sauter dans le cercle

À l’aube d’une décennie où chacun constate, avec colère et effroi, que les démocraties trahissent leurs principes ; que les économies […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 415 : C’était il y a longtemps

Penses-tu parfois à moi ? Es-tu même encore de ce monde ? Tu étais tout juste bachelière et, l’envie tenaillée au corps […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 414 : Le lac-aux-âmes

Aériennes et évanescentes, ballottées entre les champs magnétiques qui sillonnent l’Espace, les courants qui traversent les océans, enfin, les secondes […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus