À l’exemple de Raymond Queneau (1903/1976) qui, dans son ouvrage « Exercice de style », réussit à raconter quatre-vingt dix neuf fois la même histoire, mais toujours écrite de façon différente, l’idée m’est venue, en avril 2016, de partir de la première strophe du poème de Charles Baudelaire « Parfum exotique » pour imaginer la soudaine passion entre un peintre et son modèle, en déclinant cent fois une seule et même structure poétique : celle créée par l’illustre poète et présentée ci-dessous.

Le pari tenu, il ne vous reste donc plus, lectrice, lecteur, qu’à juger !

Philippe Parrot

« Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,

Je respire l’odeur de ton sein chaleureux,

Je vois se dérouler des rivages heureux

Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone. »

*      *      *      *     *

Image de prévisualisation YouTube

AGNUS DEI – Sacred Choral Music – The Choir of New College, Oxford.

*      *      *      *     *

Nue

Le modèle du peintre. Photo trouvée sur internet – Auteur non identifié

Pour découvrir le début de cette romance entre un peintre et son modèle, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous qui présente les cinquante premières déclinaisons. Merci.

Exercice de style en 100 déclinaisons : Partie 1 (strophe 1 à 50)

*      *      *      *     *

MA CLEF DANS TA MAIN !

(SUITE ET FIN)

Conseil : Afin de visionner plus efficacement chaque déclinaison, cliquez sur la première pour l’agrandir, puis sur la flèche, à droite de l’image, pour faire apparaître les suivantes dans un seul et même diaporama.

Déclinaison n°51 du 26/11/2016

Déclinaison 51

*      *      *      *     *

Déclinaison n°52 du 27/11/2016

Déclinaison 52

*      *      *      *     *

Déclinaison n°53 du 03/12/2016

Déclinaison 53

*      *      *      *     *

Déclinaison n°54 du 04/12/2016

Déclinaison 54

*      *      *      *     *

Déclinaison n°55 du 10/12/2016

Déclinaison 55

*      *      *      *     *

Déclinaison n°56 du 11/12/2016

Déclinaison 56

*      *      *      *     *

Déclinaison n°57 du 17/12/2016

Déclinaison 57

*      *      *      *     *

Déclinaison n°58 du 18/12/2016

Déclinaison 58

*      *      *      *     *

Déclinaison n°59 du 24/12/2016

Déclinaison 59

*      *      *      *     *

Déclinaison n°60 du 25/12/2016

Déclinaison 60

*      *      *      *     *

Déclinaison n°61 du 31/12/2016

Déclinaison 61

 *      *      *      *     *

Déclinaison n°62 du 01/01/2017

Déclinaison 62

 *      *      *      *     *

Déclinaison n°63 du 07/01/2017

Déclinaison 63

 *      *      *      *     *

Déclinaison n°64 du 08/01/2017

Déclinaison 64

*      *      *      *     *

Déclinaison n°65 du 14/01/2017

Déclinaison 65

*      *      *      *     *

Déclinaison n°66 du 15/01/2017

Déclinaison 66

 *      *      *      *     *

Déclinaison n°67 du 21/01/2017

Déclinaison 67

 *      *      *      *     *

Déclinaison n°68 du 22/01/2017

Déclinaison 68

 *      *      *      *     *

Déclinaison n°69 du 28/01/2017

Déclinaison 69

*      *      *      *     *

Déclinaison n°70 du 29/01/2017

Déclinaison 70

*      *      *      *     *

Déclinaison n°71 du 04/02/2017

Déclinaison 71

*      *      *      *     *

Déclinaison n°72 du 05/02/2017

Déclinaison 72

*      *      *      *     *

Déclinaison n°73 du 11/02/2017

Déclinaison 73

*      *      *      *     *

Déclinaison n°74 du 12/02/2017

Déclinaison 74

*      *      *      *     *

Déclinaison n°75 du 18/02/2017

Déclinaison 75

*      *      *      *     *

Déclinaison n°76 du 19/02/2017

Déclinaison 76

*      *      *      *     *

Déclinaison n°77 du 25/02/2017

Déclinaison 77

*      *      *      *     *

Déclinaison n°78 du 26/02/2017

Déclinaison 78

*      *      *      *     *

Déclinaison n°79 du 04/03/2017

Déclinaison 79

*      *      *      *     *

Déclinaison n°80 du 05/03/2017

Déclinaison 80

*      *      *      *     *

Déclinaison n°81 du 11/03/2017

Déclinaison 81

*      *      *      *     *

Déclinaison n°82 du 12/03/2017

Déclinaison 82

*      *      *      *     *

Déclinaison n°83 du 18/03/2017

Déclinaison 83

*      *      *      *     *

Déclinaison n°84 du 19/03/2017

Déclinaison 84

*      *      *      *     *

Déclinaison n°85 du 29/04/2017

Déclinaison 85

*      *      *      *     *

Déclinaison n°86 du 30/04/2017

Déclinaison 86

*      *      *      *     *

Déclinaison n°87 du 06/05/2017

Déclinaison 87

*      *      *      *     *

Déclinaison n°88 du 07/05/2017

Déclinaison 88

*      *      *      *     *

Déclinaison n°89 du 13/05/2017

Déclinaison 89

*      *      *      *     *

Déclinaison n°90 du 14/05/2017

Déclinaison 90

*      *      *      *     *

Déclinaison n°91 du 20/05/2017

Déclinaison 91

*      *      *      *     *

Déclinaison n°92 du 21/05/2017

Déclinaison 92

*      *      *      *     *

Déclinaison n°93 du 27/05/2017

Déclinaison 93

*      *      *      *     *

Déclinaison n°94 du 28/05/2017

Déclinaison 94

*      *      *      *     *

Déclinaison n°95 du 03/06/2017

Déclinaison 95

*      *      *      *     *

Déclinaison n°96 du 04/06/2017

Déclinaison 96

*      *      *      *     * 

Déclinaison n°97 du 10/06/2017

Déclinaison 97

*      *      *      *     *

Déclinaison n°98 du 11/06/2017

Déclinaison 98

*      *      *      *     *

Déclinaison n°99 du 17/06/2017

Déclinaison 99

*      *      *      *     *

Déclinaison n°100 du 18/06/2017

Déclinaison 100

FIN

*      *      *      *     *

Retour à la page d’accueil

 

 I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

 

 

Philippe Parrot : 1 250 000 lecteurs ! Le seuil est franchi. Merci !

1 250 000 LECTEURS ! AUJOURD’HUI, UN NOUVEAU CAP EST BEL ET BIEN FRANCHI. ET GRÂCE À VOUS ! Suite […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 250 : L’envol de l’aigle

L’aigle royal est un rapace de la famille des accipitridés. D’une taille allant de 60 cm à 1 m, d’une […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 217 : L’aigle cerf-volant

Le cerf-volant est un objet plus lourd que l’air et porté par le vent qu’on manœuvre du sol à l’aide […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 145 : Divagations

Au départ, il s’agissait dans mon esprit de laisser libre cours à mon imagination et d’écrire un texte totalement déstructuré […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 3 : L’aigle et l’enfant.

Photo bouleversante, dans ce face-à-face, deux destins se croisent. Qu’il s’agisse de l’homme ou de la bête, tous deux cherchent […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 436 : Altière conquête

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 14 JUIN 2020 Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : Alexas_Fotos )

Philippe Parrot : Poème contemporain 435 : L’aigle, le Temps et l’Infini

Dans les fêlures du Temps et les failles de l’Espace qui avaient béé brusquement devant lui, ouvertes dans un fracas […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 434 : Les Oubliés du Covid

Le « 9-3 », département de la Seine-Saint-Denis situé au Nord-Est de Paris, est constitué d’une population nombreuse, jeune et pauvre. Qu’ils […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 433 : La prison, après…

Quatre, dans dix mètres carrés à peine ! Et que des mecs ! Une telle promiscuité, il ne l’avait jamais connue […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 432 : L’oreille du peintre

Un artiste obscur, barbouilleur de son état, lui devait une telle somme d’argent à consommer, en galantes compagnies, tant et […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus