Vous aimez cette page, partagez-la ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes haïkus. Merci.

Le haïku, terme créé par Masaoka Shiki (1867-1902), est une forme d’expression poétique très codifiée dont l’inventeur serait le poète japonais Bashõ Matsuo (1644-1694). Il s’agit d’un texte extrêmement concis qui vise à célébrer l’évanescence des êtres et la beauté du « Cosmos » à travers l’évocation des saisons, ces cycles, sources d’émotions, qui passent et nous émerveillent. Construit traditionnellement sur la base de 17 mores en trois segments 5-7-5, il est calligraphié sur une seule ligne verticale ou sur trois et doit obligatoirement insérer une césure sous forme de ponctuation (fin du premier vers) ou de mot (dans le second vers) en vue de mieux mettre en évidence deux images distinctes.

Introduit en Occident au début du XXème siècle, les auteurs occidentaux ont transposé le haïku japonais sous la forme d’un tercet de 3 vers de 5, 7 et 5 syllabes, soit au total 17 syllabes, modifiant profondément son essence puisqu’une de nos syllabes peut contenir jusqu’à trois mores.

Le haïku doit moins décrire la réalité que mettre en exergue le détachement de l’auteur ainsi que la fugace incongruité des choses. Il doit inciter à la réflexion en se contentant de suggérer afin de confronter le lecteur à une incohérence ou à une opposition, toujours déstabilisantes, propres à stimuler son imagination. C’est pour cette raison que le « je » est souvent absent de l’énonciation.

Cela dit, présentés depuis le 14 mars 2016, les haïkus ci-dessous sont tous construits sur la base de 17 syllabes en 3 vers (5-7-5) et d’une césure, sans pour autant renvoyer aux saisons de manière systématique. 

Philippe Parrot

Remarque : Contrairement à ce que voudrait le bon usage en matière de versification, j’ai choisi délibérément de compter le nombre de syllabes en considérant uniquement la structure formelle de chaque mot, indépendamment de sa place et de sa prononciation dans le vers. Ignorant, de ce fait, la règle des « e » muets, je les prends tous en considération, qu’ils soient placés devant une voyelle ou non, en fin de vers ou non…

Un tel parti-pris choquera sans aucun doute les puristes mais il m’a plu d’enfreindre cette sacro-sainte règle pour lui en substituer une autre, certes contestable, mais qui convenait mieux à ma tournure d’esprit et à l’idée que je me faisais d’un cadre contraignant susceptible de libérer ma créativité.

Exemple : haïku 517 du 08/07/2018

Ô-clair-de-lu-ne.  (5 syllabes)

Ta-beau-té-op-por-tu-ne  (7 syllabes)

Tue-nos-ran-cu-nes.  (5 syllabes)

Bashuo haiku 2019

Portrait de  Matsuo Bashō (1644/1694) par Yosa Buson

La vraie poésie, c’est de mener une belle vie. Vivre la poésie, c’est mieux que de l’écrire. (Bashõ Matsuo)

Mon compte Instagram

Cliquez sur la photo pour mettre une voix sur mes mots !

Haïkus : 俳句 : Année 2016 – Semestre 1

Haïkus : 俳句 : Année 2016 – Semestre 2

Haïkus : 俳句 : Année 2017 – Semestre 1

Haïkus : 俳句 : Année 2017 – Semestre 2

*      *      *      *      *

                             Haïku n°653  240519

                             Haïku n°651  180519       Haïku n°652  190519

                             Haïku n°649  120519       Haïku n°650  170519

                             Haïku n°647  100519       Haïku n°648  110519

                             Haïku n°645  040519       Haïku n°646  050519

                             Haïku n°643  280419       Haïku n°644  030519)

                             Haïku n°641  260419       Haïku n°642  270419

                             Haïku n°639  200419       Haïku n°640  210419

                             Haïku n°637  140419       Haïku n°638  190419

                             Haïku n°635  120419       Haïku n°636  130419

                             Haïku n°633  060419       Haïku n°634  070419

                            Haïku n°631  310319        Haïku n°632  050419

                            Haïku n°629  290319        Haïku n°630  300319

                            Haïku n°627  230319        Haïku n°628  240319

                            Haïku n°625  170319        Haïku n°626  220319

                            Haïku n°623  150319        Haïku n°624  160319

                            Haïku n°621  090319        Haïku n°622  100319

                            Haïku n°619  030319        Haïku n°620  080319

                           Haïku n°617  010319         Haïku n°618  020319

                          Haïku n°615  230219          Haïku n°616  240219

                          Haïku n°613  170219          Haïku n°614  220219

                          Haïku n°611  150219          Haïku n°612  160219

                          Haïku n°609  090219          Haïku n°610  100219

                          Haïku n°607  030219          Haïku n°608  080219 

                          Haïku n°605 010219         Haïku n°606  020219

                         Haïku n°603  260119          Haïku n°604  270119

                         Haïku n°601  200119          Haïku n°602  250119

                         Haïku n°599  180119 hv          Haïku n°600  190119

                         Haïku n°597  120119          Haïku n°598  130119

                         Haïku n°595  060119          Haïku n°596  110119 hp

                         Haïku n°593  040119          Haïku n°594  050119 vg

 *      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Philippe Parrot : Poème d’hier 374 : Qui et qui

C’est en me remémorant le film de Blake Edwards : « Victor, Victoria » sorti en 1982 que l’idée d’écrire ce texte m’est […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 329 : Braises ou cendres

Gilles arpentait la Place Clichy, à Pigalle, lorsqu’un rabatteur l’avait accosté pour l’inviter à découvrir une boite de strip-tease. Légèrement […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 212 : Inoubliable mâle amour

La magie, avec l’écriture, c’est qu’elle permet non seulement de « sortir de son antre » alors qu’on demeure journellement scotché […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 11 : Une si belle journée d’été

C’est le temps des vacances, de l’insouciance et des abandons. Seules, nues, main dans la main, pour échapper aux regards […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 384 : Coup de foudre

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 26 MAI 2019 Venue de New-York pour conclure une affaire, Ruth avait prévu de ne rester […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 383 : L’ultime pont

Zone tampon entre deux aires que la Nature a séparées par une rivière, un fleuve ou un bras de mer, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 382 : Métamorphose

Les libellules appartiennent à l’ordre des anisoptères. Ce sont des insectes prédateurs qui se nourrissent d’insectes (mouches, éphémères, etc). Elles […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 381 : Le chat, le pissenlit et le merle

C’était il y a peu. Un vent du Nord m’avait arraché d’un pied enraciné dans un lointain coteau. Bien arrimé […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 380 : Un coup dans l’aile

Un catalogue à la Prévert ! Des strophes sans queue ni tête ! Des propos d’alcoolo au dernier degré ! Des absurdités […]

Philippe Parrot : 1 000 000 de lecteurs ! Le seuil est franchi. Merci !

1 000 000 DE LECTEURS ! CETTE FOIS, LE CAP EST BEL ET BIEN PASSÉ. ET GRÂCE À VOUS ! […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus