Vous aimez cette page, partagez-la ! Vous contribuerez ainsi à la diffusion de mes haïkus. Merci.

Le haïku, terme créé par Masaoka Shiki (1867-1902), est une forme d’expression poétique très codifiée dont l’inventeur serait le poète japonais Bashõ Matsuo (1644-1694). Il s’agit d’un texte extrêmement concis qui vise à célébrer l’évanescence des êtres et la beauté du « Cosmos » à travers l’évocation des saisons, ces cycles, sources d’émotions, qui passent et nous émerveillent. Construit traditionnellement sur la base de 17 mores en trois segments 5-7-5, il est calligraphié sur une seule ligne verticale ou sur trois et doit obligatoirement insérer une césure sous forme de ponctuation (fin du premier vers) ou de mot (dans le second vers) en vue de mieux mettre en évidence deux images distinctes.

Introduit en Occident au début du XXème siècle, les auteurs occidentaux ont transposé le haïku japonais sous la forme d’un tercet de 3 vers de 5, 7 et 5 syllabes, soit au total 17 syllabes, modifiant profondément son essence puisqu’une de nos syllabes peut contenir jusqu’à trois mores.

Le haïku doit moins décrire la réalité que mettre en exergue le détachement de l’auteur ainsi que la fugace incongruité des choses. Il doit inciter à la réflexion en se contentant de suggérer afin de confronter le lecteur à une incohérence ou à une opposition, toujours déstabilisantes, propres à stimuler son imagination. C’est pour cette raison que le « je » est souvent absent de l’énonciation.

Cela dit, présentés depuis le 14 mars 2016, les haïkus ci-dessous sont tous construits sur la base de 17 syllabes en 3 vers (5-7-5) et d’une césure, sans pour autant renvoyer aux saisons de manière systématique.

Philippe Parrot

Remarque : Contrairement à ce que voudrait le bon usage en matière de versification, j’ai choisi délibérément de compter le nombre de syllabes en considérant uniquement la structure formelle de chaque mot, indépendamment de sa place et de sa prononciation dans le vers. Ignorant, de ce fait, la règle des « e » muets, je les prends tous en considération, qu’ils soient placés devant une voyelle ou non, en fin de vers ou non…

Un tel parti-pris choquera sans aucun doute les puristes mais il m’a plu d’enfreindre cette sacro-sainte règle pour lui en substituer une autre, certes contestable, mais qui convenait mieux à ma tournure d’esprit et à l’idée que je me faisais d’un cadre contraignant susceptible de libérer ma créativité.

Exemple : haïku 517 du 08/07/2018

Ô-clair-de-lu-ne.  (5 syllabes)

Ta-beau-té-op-por-tu-ne  (7 syllabes)

Tue-nos-ran-cu-nes.  (5 syllabes)

Bashuo haiku 2019

Portrait de  Matsuo Bashō (1644/1694) par Yosa Buson

La vraie poésie, c’est de mener une belle vie. Vivre la poésie, c’est mieux que de l’écrire. (Bashõ Matsuo)

Mon compte Instagram

Cliquez sur la photo pour mettre une voix sur mes mots !

Haïkus : 俳句 : Année 2016 – Semestre 1

Haïkus : 俳句 : Année 2016 – Semestre 2

Haïkus : 俳句 : Année 2017 – Semestre 1

Haïkus : 俳句 : Année 2017 – Semestre 2

Haïkus : 俳句 : Année 2018 – Semestre 1

Haïkus : 俳句 : Année 2018 – Semestre 2

Haïkus : 俳句 : Année 2019 – Semestre 1

*      *      *      *      *

                         Haïku n°679  210719

                         Haïku n°677  190719         Haïku n°678  200719

                         Haïku n°675  130719         Haïku n°676  140719

                        Haïku n°673  070719          Haïku n°674  120719

                        Haïku n°671  050719          Haïku n°672  060719

Retour à la page d’accueil

 *      *      *      *      *

 I need you

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes classés par ordre chronologique et thématique, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous :

Tous mes poèmes de 1 à 100        0 - Tous mes poèmes  De 101 à 200 bf

Tous mes poèmes de 201 à 300        Tous mes poèmes de 301 à 400

0 - Tous mes poèmes  De 401 à 500        Tous mes poèmes par thèmes

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Tout droit réservé.

Par ailleurs, si vous souhaitez vous procurer mes livres, passez votre commande par mon intermédiaire, via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                     A - couverture VA2V -  2013

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Philippe Parrot : Poème d’hier 213 : La mer et la mourante

Dans la chambre impersonnelle de l’hôpital où elle séjournait depuis des semaines, avec, comme seul horizon, des murs écrus et […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 207 : Pèlerinage en bord de mer

L’après-midi était bien avancée et, à l’approche de la fin de l’été, elle voulait absolument profiter de ce jour ensoleillé […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 124 : Voir la mer

Perdus dans la frénétique agitation des cités, las du regard jugeant des foules comme de la bêtise sans fond de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 45 : Couple en bord de mer

Chaque année, en juillet et en août, nous ne songeons plus qu’aux vacances. Congés et été deviennent alors deux mots […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 393 : Amours d’été

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 28 JUILLET 2019 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 392 : Féminicides

Le terme « féminicide » commença à être juridiquement utilisé en Amérique Latine (notamment après les meurtres des sœurs Mirabal, toutes trois […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 391 : Sous nos pas, la vie s’en va…

La sensation d’écoulement du Temps est une perception très subjective. Selon son âge, son état d’esprit et ses priorités du […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 390 : L’homme au tatouage

Il avait très vite eu la certitude qu’elle allait littéralement le « posséder », envoûté qu’il était par sa beauté, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 389 : Déconnade

Des images — toutes plus absurdes les unes que les autres — qui s’enchaînent : des virgules dragueuses de points ; des diables […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 388 : Embrouillamini

Une nouvelle fois l’envie m’a pris de m’imposer une kyrielle de contraintes en vue d’écrire un texte a priori absurde […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus