Résumé de Vénus a deux visages

Boris Zakowski, détective qui ne se soucie ni des convenances ni des lois, est chargé d’une enquête. Au cours de ses investigations, il manipule Nino Lanzani qui abandonne son emploi pour suivre un cirque : « Le Balbar Circus ». La rencontre avec Hannah, une saltimbanque qui présente un numéro de traversée de miroir, va bouleverser Nino. En lui faisant découvrir que le monde s’appréhende mieux avec le cœur qu’avec l’esprit, Hannah va redonner un sens à la vie de cet homme qui ne croit plus en grand-chose. Nino tombe amoureux de la magicienne et accepte de participer à son spectacle. Dès la première représentation, il fait la connaissance de Nelly, la gardienne d’un monde qui échappe à la réalité. Séduit par la jeune fille, Nino va se trouver confronté, au fil des rencontres, à l’expérience de l’amour dans sa dualité. Jusqu’au jour où, tiraillé entre ces deux femmes, d’ici et d’ailleurs, de chair et de rêve, il devra faire un choix, poussé par un événement imprévu : l’irruption d’un étranger dans la vie d’Hannah…

Autant dire que mon roman est réservé exclusivement aux doux dingues rêveurs !

Philippe Parrot

Pour lire dans son intégralité ce livre, illustré par Sandra Savajano, veuillez cliquer sur le lien suivant : « Vénus a deux visages ». Bonne lecture à vous !

EXTRAIT DU CHAPITRE « LE BAL »

« Nino sentait depuis quelques instants un courant d’air lui glacer le dos tandis qu’elle parlait. Il ferma les yeux et s’aban­donna à la danse pour échapper à ses paroles comme au fris­son. Mieux valait tout oublier et ne plus penser. Même s’il devinait qu’en experte de la séduction elle jouait avec adresse de sa féminité ! Il se laissait guider, emporté par la musique qui les enchantait, grisé par les tourbillons de la valse qui les soûlaient. Un sourire s’esquissait sur ses lèvres lorsqu’il sentit, au raidissement de sa compagne, le charme se rompre. Il tressaillit et ouvrit les yeux. Le visage de sa compagne était si pâle qu’il s’arrêta de peur de la voir s’évanouir. Elle qui le regardait un instant plus tôt avec effronterie fixait mainte­nant ses escarpins sans oser lui parler. Nino allait saisir son menton et la forcer à sourire quand une exclamation le saisit. Il se retourna.

L’homme à la faux lui faisait face, caché sous sa pèlerine qui l’enveloppait de la tête aux pieds. Il agitait en l’air sa lame et les éblouissait avec ses reflets. Les danseurs ne bou­geaient plus, hypnotisés par l’éclat du métal. Il brandissait de plus en plus haut son arme. Le drame était imminent quand il disparut en ponctuant sa retraite de ricanements. Le tintement de grelots venait de l’obliger à fuir.

C’était le Fou !

— Allez, les amoureux, un sourire ! Je vous le dis, la vie est tout à vous ! Quant à l’épouvantail, laissez-le donc pousser ses cris d’orfraie. Mieux ! Riez comme vous faisiez jadis quand vous étiez enfants s’il se pend encore à vos basques ! Alors, vous verrez ! Votre gaieté empêchera les machinations du vagabond. Opposez un chant de vie à ses oraisons fu­nèbres ! Opposez la pureté de votre cœur à la noirceur de son âme et adviendra l’incroyable ! Comble de la dérision, le faucheur sera mortifié.

Le bouffon s’animait, grisé par ses propos, et ébauchait peu à peu les mouvements d’une danse désopilante. La jubilation gagnait ses membres et un frisson parcourait son corps. Il balançait la tête et déclenchait un concert de clochettes, le visage illuminé par deux yeux qui ribouldin­guaient. Les grelots suspendus aux appendices de son bonnet hochaient et tintaient à chaque soubresaut. C’était un concert de sonorités discordantes mais elles n’incommodaient personne. Au contraire, le tintinnabulement ravissait l’auditoire puisqu’il signifiait la venue de félicités. Même les clo­chettes fixées à ses poulaines, à ses bracelets, à sa ceinture participaient à la fête. Le bouffon, sourire aux lèvres, levait tantôt une jambe, tantôt une autre; tantôt un bras, tantôt un autre, de manière à provoquer l’hilarité. Nino et la catin pouf­faient, conquis par la cocasserie du joyeux drille.

— Ah quand même ! Vous voilà enfin comme j’aime: HEU… REUX ! Et moi qui parle quand vous n’avez que faire de mes boniments. Au diable les élucubrations d’un guignol, pensez-vous ! Comme je vous comprends. Allez ! Profitez de la soirée. Moi, je vais porter ailleurs la bonne parole. Ah, encore un mot ! Cher élu, vous êtes-vous parfois demandé où se trouvait la vraie vie : chez vous ou chez nous ? Là d’où vous venez, mille obstacles se glissent entre vous et les choses. Comment trouver le bonheur dans ces conditions s’il faut en permanence batailler pour atteindre un but ? Votre existence est une caricature de la vraie, croyez-moi ! Vous ne pourrez jamais assouvir vos passions, faute de moyens et de temps. Votre esprit vous berne s’il prétend le contraire. Alors, écoutez-moi. On grandit là où il n’y a aucune médiation entre le désir et sa réalisation, aucune entrave entre l’objet et sa possession. Ce monde existe, c’est l’au-delà ! Vous êtes dans son antichambre: le Pays-des-Rêves ! Alors, profitez-en avec Madame… ou avec une autre. A bon entendeur, salut !

Il cria soudain à la cantonade :

— Attention, le Fou arrive !

Il tira sa révérence à Nino et s’élança en alternant roues et sauts périlleux, des figures qui époustouflaient le public. Les danseurs s’arrêtaient et ovationnaient leur mascotte pen­dant l’exhibition, s’écartant à l’instant de son passage. La liesse était indescriptible au milieu du tintamarre des clo­chettes, des applaudissements, des exclamations. Nino et sa compagne, ravis de reprendre le cours de leur aventure, le re­gardaient s’éloigner quand il disparut derrière des couples en­lacés sur la piste. La musique rappelait chacun à ses devoirs. L’heure était à la fête, à la danse, à l’amour. La catin se serra contre Nino qui rougit de voir, sous la pression de l’étreinte, deux seins s’épanouir hors du décolleté. »  

*       *       *       *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Blog créé le 3 janvier 2011 — Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

 

Philippe Parrot : Poème d’hier 213 : La mer et la mourante

Dans la chambre impersonnelle de l’hôpital où elle séjournait depuis des semaines, avec, comme seul horizon, des murs écrus et […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 207 : Pèlerinage en bord de mer

L’après-midi était bien avancée et, à l’approche de la fin de l’été, elle voulait absolument profiter de ce jour ensoleillé […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 124 : Voir la mer

Perdus dans la frénétique agitation des cités, las du regard jugeant des foules comme de la bêtise sans fond de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 45 : Couple en bord de mer

Chaque année, en juillet et en août, nous ne songeons plus qu’aux vacances. Congés et été deviennent alors deux mots […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 392 : Féminicides

Le terme « féminicide » commença à être juridiquement utilisé en Amérique Latine (notamment après les meurtres des sœurs Mirabal, toutes trois […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 391 : Sous nos pas, la vie s’en va…

La sensation d’écoulement du Temps est une perception très subjective. Selon son âge, son état d’esprit et ses priorités du […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 390 : L’homme au tatouage

Il avait très vite eu la certitude qu’elle allait littéralement le « posséder », envoûté qu’il était par sa beauté, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 389 : Déconnade

Des images — toutes plus absurdes les unes que les autres — qui s’enchaînent : des virgules dragueuses de points ; des diables […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 388 : Embrouillamini

Une nouvelle fois l’envie m’a pris de m’imposer une kyrielle de contraintes en vue d’écrire un texte a priori absurde […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 387 : Deux araignées

Sœurs jumelles, elles ne s’étaient jamais séparées, ne concevant pas un seul instant de faire quoi que ce soit sans […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus