EXTRAIT DE S COM HOM – LES TRIBULATIONS DE PAUL

« Paul se laissait porter par le flux des voyageurs qui drai­nait chaque soir son lot de banlieusards, obnubilé par le projet qu’il peaufinait depuis quelques jours. L’audace de son plan le stupéfiait, mais il savourait l’indécence qu’il y avait à le formuler, convaincu, au rappel de la décision qu’il avait prise, qu’il jouait là son va-tout.

Il suivait un couloir où des relents de frites se mêlaient à l’âcreté des odeurs d’urine ventilées par les courants d’air. Encore quelques mètres et il allait devoir, comme tous les jours depuis sept ans, extirper sa main droite de la poche, présenter son billet et franchir le tourniquet avant de retrouver, en haut des escaliers, l’esplanade encadrée par les barres de la cité. Sept ans et toujours la même an­goisse ! Cette main droite déchiquetée par une grenade en plein djébel, avec un pouce miraculeusement sauvé, il de­vait s’en servir quotidiennement et l’exhiber à toute heure. Au bureau, devant les collègues qui détournaient les yeux ; en visite, auprès des amis qui frissonnaient à son contact ; à l’improviste, devant l’agent qui vérifiait les titres de transport…

Il délaissa un instant ses pensées pour observer les vi­sages des voyageurs, sans songer une seconde que nul ne pouvait, dans la cohue, prêter attention à son infirmité. Il s’enhardit lorsqu’il constata qu’aucun regard n’était tourné vers lui. Il dégagea son avant-bras, passa le contrôle puis enfonça de nouveau sa paume dans son veston, soulagé de se fondre dans l’anonymat sécurisant de la normalité.

— Aujourd’hui encore, ils n’y ont vu que du feu !

Ses réflexions reprenaient leur cours fiévreux, axé sur sa préoccupation du moment. Il était parvenu à la sortie et gravissait les marches, en fixant chacune d’elles au fur et à mesure qu’elle se présentait. Il notait les renforts métal­liques aussi lisses et brillants qu’un rail, les mille et une paillettes de mica incrustées dans la foulée, mais guettait surtout — habitué à le voir surgir en plans successifs au rythme de la montée — deux pieds enfouis dans des ba­bouches, puis une vieille djellaba effilochée, enfin, le vi­sage de Moh’arki coiffé de son éternelle chéchia. Il aimait retarder le retour dans son trois-pièces et discuter quelques minutes avec le mendiant, un ancien harki relégué au rang de paria.

Paul s’était toujours apitoyé sur cette existence qui s’achevait au fond d’une cave — tandis que sa famille vi­vait dans un appartement de la cité —, touché par cet homme qui supportait sa relégation depuis des années sans jamais se rebeller. Mais il n’éprouvait plus à cette heure de pitié pour le vieil Arabe banni par sa communauté d’ori­gine et sa patrie d’adoption. Il ressentait au contraire du mépris pour tous les Moh’arki du monde, victimes de leur destin. »

*      *      *      *      *

Pour lire dans son intégralité cette nouvelle, illustrée par Sandra Savajano, veuillez cliquer sur le lien suivant : « Les tribulations de Paul ». Bonne lecture à vous !

*      *      *      *      *

Notification : Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n°57-298 du 11 mars 1957), il est interdit d’utiliser et/ou de reproduire et/ou de modifier et/ou de traduire et/ou de copier le texte ci-dessus, de façon intégrale ou partielle, sur quelques supports que ce soit : électronique, papier ou autre, sans l’autorisation expresse et préalable de l’auteur. Blog créé le 3 janvier 2011 — Tout droit réservé.

Pour vous procurer mes livres, vous pouvez cliquer sur les couvertures ci-dessous. Toutefois, les Éditions Qui Lit Vit n’en ayant plus en stock aujourd’hui, suite à la cessation du contrat liant les deux parties, elles s’adresseront à moi qui possède encore des exemplaires. Aussi, si vous souhaitez les avoir au plus vite, envoyez-moi directement votre demande via le formulaire de contact ci-dessous. Je vous les enverrai dans les meilleurs délais, dédicacés qui plus est.

À bientôt donc…

Couverture SCH                                              Couverture VA2V

*      *      *      *      *

Pour accéder à la totalité de mes poèmes, ou mieux vous procurer mon recueil de poésie, veuillez cliquer sur l’une des bannières ci-dessous. Merci de me lire.

Tous mes poèmes                                      Le livre Corps et âme, au diable !

     Découvrir tous mes poèmes                                                        Commander mon recueil de poésie.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Philippe Parrot : Poème d’hier 213 : La mer et la mourante

Dans la chambre impersonnelle de l’hôpital où elle séjournait depuis des semaines, avec, comme seul horizon, des murs écrus et […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 207 : Pèlerinage en bord de mer

L’après-midi était bien avancée et, à l’approche de la fin de l’été, elle voulait absolument profiter de ce jour ensoleillé […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 124 : Voir la mer

Perdus dans la frénétique agitation des cités, las du regard jugeant des foules comme de la bêtise sans fond de […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 45 : Couple en bord de mer

Chaque année, en juillet et en août, nous ne songeons plus qu’aux vacances. Congés et été deviennent alors deux mots […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 393 : Amours d’été

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 28 JUILLET 2019 DANS LA MATINÉE Photo libre de droit trouvée sur Pixabay.com ( Auteur : […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 392 : Féminicides

Le terme « féminicide » commença à être juridiquement utilisé en Amérique Latine (notamment après les meurtres des sœurs Mirabal, toutes trois […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 391 : Sous nos pas, la vie s’en va…

La sensation d’écoulement du Temps est une perception très subjective. Selon son âge, son état d’esprit et ses priorités du […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 390 : L’homme au tatouage

Il avait très vite eu la certitude qu’elle allait littéralement le « posséder », envoûté qu’il était par sa beauté, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 389 : Déconnade

Des images — toutes plus absurdes les unes que les autres — qui s’enchaînent : des virgules dragueuses de points ; des diables […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 388 : Embrouillamini

Une nouvelle fois l’envie m’a pris de m’imposer une kyrielle de contraintes en vue d’écrire un texte a priori absurde […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus