Né en 1950, après avoir séjourné en Australie puis obtenu une licence de philosophie à Paris, Philippe Parrot part enseigner cette discipline en Afrique. De retour en France, il exerce plusieurs professions : commercial à la CAF de Paris, gestionnaire d’un cabinet infirmier, directeur d’une maison de retraite et, enfin, formateur.

Ces multiples activités ne l’ont jamais empêché de développer son goût de l’écriture, noircissant des pages et des pages. En 2008, après deux ans de réécriture d’un manuscrit demeuré dans un tiroir : « c’est le temps qu’il m’a fallu pour faire d’une première ébauche un vrai roman » avoue-t-il, Philippe Parrot publie Vénus a deux visages. Frappé par l’ambiguïté du sentiment amoureux qu’un homme et une femme éprouvent tôt ou tard dans leur vie, partagés entre la personne avec qui ils vivent et celle avec qui ils voudraient vivre, Philippe Parrot a fait de cet éternel dilemme un conte onirique. Son héros, Nino Lanzani, vogue en permanence entre raison et déraison, tiraillé entre l’amour qu’il porte à Hannah, ancrée dans le monde du réel et l’amour qu’il porte à Nelly, ancrée dans le monde des rêves. Jusqu’au jour où il devra faire un choix…

Ce roman à peine terminé, l’idée de rédiger un texte qui fasse contrepoids à une vision trop éthérée du monde, l’amène à publier en 2010 S COM HOM, un recueil de cinq nouvelles enracinées délibérément dans la réalité, dans ce qu’elle peut avoir de sublime mais aussi d’affligeant. Emportés par de folles passions mises au service de l’ambition, du désir, du sacrifice, du pouvoir et de l’amour : Paul, l’ambitieux sans scrupules ; Loû, la strip-teaseuse abusée ; Noémie, la funambule mystique ; Akmair, le révolutionnaire zélé ; enfin, l’Étrangère et l’Homme Bleu confrontés à une inévitable séparation, tous ces personnages révèlent les facettes de la nature humaine écartelée entre noblesse et violence des sentiments.

On comprend vite, à la lecture de Vénus a deux visages et de S COM HOM, que les contradictions de la condition humaine sont au centre des préoccupations de cet auteur. Il avoue vouloir faire partager ses interrogations en cherchant à toucher le cœur et l’esprit des lecteurs. « J’écris pour que mes personnages perdurent par-delà ma banale existence, laissant derrière eux une réflexion et une émotion en chacun ».

copiedephotoppavecdeuxlivres.jpg

Découvrez, en cliquant sur les liens ci-dessous, Sandra Savajano et Catherine Collin, deux artistes qui ont illustré, la première, Vénus a deux visages, S COM HOM et Forestius, entre ciel et terre ; la seconde, Entre deux mondes :

*      *      *      *     *

1/ Biographie de Sandra Savajano.

2/ Biographie de Catherine Collin

*      *      *      *     *

Image de prévisualisation YouTube

Découvrez ma chaîne sur YouTube où tous mes poèmes sont présentés !

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Philippe Parrot : Poème d’hier 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 220 : Retrouvailles

Voilà trois décennies qu’ils correspondaient à l’occasion des vœux du Nouvel An, chacun dans des villes distinctes, lié par des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 173 : Salle des Pas Perdus

S’asseoir sur un banc, dans la Salle des Pas Perdus d’une gare, c’est comme aller au théâtre, sauf que la […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 46 : Quai de gare

Une gare n’est rien d’autre qu’une immense « Salle des Pas Perdus » où des centaines de voyageurs transitent quotidiennement par […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 2018 DANS LA MATINÉE Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 347 : Le tiroir du secrétaire

Cela avait été, jadis, le vœu de sa grand-mère sur son lit de mort. Que les objets contenus dans son […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 346 : L’étoile et le funambule

Giorgio n’avait jamais eu de cesse, tout au long de sa carrière de funambule, de tendre son filin d’acier toujours […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus