Né en 1950, après avoir séjourné en Australie puis obtenu une licence de philosophie à Paris, Philippe Parrot part enseigner cette discipline en Afrique. De retour en France, il exerce plusieurs professions : commercial à la CAF de Paris, gestionnaire d’un cabinet infirmier, directeur d’une maison de retraite et, enfin, formateur.

Ces multiples activités ne l’ont jamais empêché de développer son goût de l’écriture, noircissant des pages et des pages. En 2008, après deux ans de réécriture d’un manuscrit demeuré dans un tiroir : « c’est le temps qu’il m’a fallu pour faire d’une première ébauche un vrai roman » avoue-t-il, Philippe Parrot publie Vénus a deux visages. Frappé par l’ambiguïté du sentiment amoureux qu’un homme et une femme éprouvent tôt ou tard dans leur vie, partagés entre la personne avec qui ils vivent et celle avec qui ils voudraient vivre, Philippe Parrot a fait de cet éternel dilemme un conte onirique. Son héros, Nino Lanzani, vogue en permanence entre raison et déraison, tiraillé entre l’amour qu’il porte à Hannah, ancrée dans le monde du réel et l’amour qu’il porte à Nelly, ancrée dans le monde des rêves. Jusqu’au jour où il devra faire un choix…

Ce roman à peine terminé, l’idée de rédiger un texte qui fasse contrepoids à une vision trop éthérée du monde, l’amène à publier en 2010 S COM HOM, un recueil de cinq nouvelles enracinées délibérément dans la réalité, dans ce qu’elle peut avoir de sublime mais aussi d’affligeant. Emportés par de folles passions mises au service de l’ambition, du désir, du sacrifice, du pouvoir et de l’amour : Paul, l’ambitieux sans scrupules ; Loû, la strip-teaseuse abusée ; Noémie, la funambule mystique ; Akmair, le révolutionnaire zélé ; enfin, l’Étrangère et l’Homme Bleu confrontés à une inévitable séparation, tous ces personnages révèlent les facettes de la nature humaine écartelée entre noblesse et violence des sentiments.

On comprend vite, à la lecture de Vénus a deux visages et de S COM HOM, que les contradictions de la condition humaine sont au centre des préoccupations de cet auteur. Il avoue vouloir faire partager ses interrogations en cherchant à toucher le cœur et l’esprit des lecteurs. « J’écris pour que mes personnages perdurent par-delà ma banale existence, laissant derrière eux une réflexion et une émotion en chacun ».

copiedephotoppavecdeuxlivres.jpg

Découvrez, en cliquant sur les liens ci-dessous, Sandra Savajano et Catherine Collin, deux artistes qui ont illustré, la première, Vénus a deux visages, S COM HOM et Forestius, entre ciel et terre ; la seconde, Entre deux mondes :

*      *      *      *     *

1/ Biographie de Sandra Savajano.

2/ Biographie de Catherine Collin

*      *      *      *     *

Image de prévisualisation YouTube

Découvrez ma chaîne sur YouTube où tous mes poèmes sont présentés !

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Philippe Parrot : Poème d’hier 211 : Rue Mouffetard

La rue Mouffetard, située dans le Vème arrondissement, est l’une des rues les plus anciennes de Paris. Tracée par les […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 199 : Crazy Horse

Le « Crazy Horse » est un cabaret de strip-tease créé par Alain Bernardin en 1951. Situé dans le quartier des Champs-Elysées, […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 189 : Le zinc

À l’heure où chacun d’entre nous s’affiche sur les réseaux sociaux, prêt à se livrer corps et âme, il résulte […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 187 : Rêver d’amour dans le métro

La RATP lançait en mars dernier son concours du Grand Prix Poésie 2016 — présidé cette année par Zabou Breitman […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 357 : Balbar

Nino n’est personne sinon qu’un citadin à la dérive qui se cherche, en vain, depuis des décennies… Un jour, manipulé […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 356 : Envoûtements et anatomie

Quelle que soit la profondeur des liens qui unissent deux êtres — faits le plus souvent d’amour, d’admiration, de respect […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 355 : Moustic

Aujourd’hui, les chevaux sont abattus soit pour des raisons économico-financières, leur propriétaire n’ayant plus les moyens de les entretenir ou […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 354 : Amer pressentiment

Quand une personne qui nous est chère disparaît, il est réconfortant de croire qu’elle continuera de « vivre » aussi longtemps que […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 353 : S’aimer

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 352 : Sales va-t-en-guerre !

De nouveau, un exercice de style ! Prenant un réel plaisir à alterner les formes poétiques — tantôt codifiée, tant libre […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus