Né en 1950, après avoir séjourné en Australie puis obtenu une licence de philosophie à Paris, Philippe Parrot part enseigner cette discipline en Afrique. De retour en France, il exerce plusieurs professions : commercial à la CAF de Paris, gestionnaire d’un cabinet infirmier, directeur d’une maison de retraite et, enfin, formateur.

Ces multiples activités ne l’ont jamais empêché de développer son goût de l’écriture, noircissant des pages et des pages. En 2008, après deux ans de réécriture d’un manuscrit demeuré dans un tiroir : « c’est le temps qu’il m’a fallu pour faire d’une première ébauche un vrai roman » avoue-t-il, Philippe Parrot publie Vénus a deux visages. Frappé par l’ambiguïté du sentiment amoureux qu’un homme et une femme éprouvent tôt ou tard dans leur vie, partagés entre la personne avec qui ils vivent et celle avec qui ils voudraient vivre, Philippe Parrot a fait de cet éternel dilemme un conte onirique. Son héros, Nino Lanzani, vogue en permanence entre raison et déraison, tiraillé entre l’amour qu’il porte à Hannah, ancrée dans le monde du réel et l’amour qu’il porte à Nelly, ancrée dans le monde des rêves. Jusqu’au jour où il devra faire un choix…

Ce roman à peine terminé, l’idée de rédiger un texte qui fasse contrepoids à une vision trop éthérée du monde, l’amène à publier en 2010 S COM HOM, un recueil de cinq nouvelles enracinées délibérément dans la réalité, dans ce qu’elle peut avoir de sublime mais aussi d’affligeant. Emportés par de folles passions mises au service de l’ambition, du désir, du sacrifice, du pouvoir et de l’amour : Paul, l’ambitieux sans scrupules ; Loû, la strip-teaseuse abusée ; Noémie, la funambule mystique ; Akmair, le révolutionnaire zélé ; enfin, l’Étrangère et l’Homme Bleu confrontés à une inévitable séparation, tous ces personnages révèlent les facettes de la nature humaine écartelée entre noblesse et violence des sentiments.

On comprend vite, à la lecture de Vénus a deux visages et de S COM HOM, que les contradictions de la condition humaine sont au centre des préoccupations de cet auteur. Il avoue vouloir faire partager ses interrogations en cherchant à toucher le cœur et l’esprit des lecteurs. « J’écris pour que mes personnages perdurent par-delà ma banale existence, laissant derrière eux une réflexion et une émotion en chacun ».

copiedephotoppavecdeuxlivres.jpg

Découvrez, en cliquant sur les liens ci-dessous, Sandra Savajano et Catherine Collin, deux artistes qui ont illustré, la première, Vénus a deux visages, S COM HOM et Forestius, entre ciel et terre ; la seconde, Entre deux mondes :

*      *      *      *     *

1/ Biographie de Sandra Savajano.

2/ Biographie de Catherine Collin

*      *      *      *     *

Image de prévisualisation YouTube

Découvrez ma chaîne sur YouTube où tous mes poèmes sont présentés !

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 

Philippe Parrot : Poème d’hier 374 : Qui et qui

C’est en me remémorant le film de Blake Edwards : « Victor, Victoria » sorti en 1982 que l’idée d’écrire ce texte m’est […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 329 : Braises ou cendres

Gilles arpentait la Place Clichy, à Pigalle, lorsqu’un rabatteur l’avait accosté pour l’inviter à découvrir une boite de strip-tease. Légèrement […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 212 : Inoubliable mâle amour

La magie, avec l’écriture, c’est qu’elle permet non seulement de « sortir de son antre » alors qu’on demeure journellement scotché […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 11 : Une si belle journée d’été

C’est le temps des vacances, de l’insouciance et des abandons. Seules, nues, main dans la main, pour échapper aux regards […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 384 : Coup de foudre

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 26 MAI 2019 Venue de New-York pour conclure une affaire, Ruth avait prévu de ne rester […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 383 : L’ultime pont

Zone tampon entre deux aires que la Nature a séparées par une rivière, un fleuve ou un bras de mer, […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 382 : Métamorphose

Les libellules appartiennent à l’ordre des anisoptères. Ce sont des insectes prédateurs qui se nourrissent d’insectes (mouches, éphémères, etc). Elles […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 381 : Le chat, le pissenlit et le merle

C’était il y a peu. Un vent du Nord m’avait arraché d’un pied enraciné dans un lointain coteau. Bien arrimé […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 380 : Un coup dans l’aile

Un catalogue à la Prévert ! Des strophes sans queue ni tête ! Des propos d’alcoolo au dernier degré ! Des absurdités […]

Philippe Parrot : 1 000 000 de lecteurs ! Le seuil est franchi. Merci !

1 000 000 DE LECTEURS ! CETTE FOIS, LE CAP EST BEL ET BIEN PASSÉ. ET GRÂCE À VOUS ! […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus