Archives des tags : tristesse

Philippe Parrot : Poème contemporain 337 : Paulette Wright… Pourquoi ?

Paulette wright

Suite à un avis de recherche lancé le samedi 16 juin 2018, le corps inanimé de Paulette Wright a été retrouvé le soir même, vers 18 h 30, foudroyé, au pied d’un pylône à haute tension, rue de la Victoire, à Reims (51000). Selon les premières constatations de la Gendarmerie, il semblerait qu’elle l’ait volontairement […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 181 : Recherche désespérément !

181 - Recherche désespérément 1

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, des médias et de la téléphonie mobile, nous ne cessons plus de communiquer en permanence. Hélas, si ces supports ont permis de développer considérablement le sentiment de proximité entre les personnes, ils ont tué, en contrepartie, l’intimité entre les êtres. En effet, enfermés dans nos bulles virtuelles, emprisonnés dans un […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 173 : Salle des Pas Perdus

173 - Salle des Pas Perdus

S’asseoir sur un banc, dans la Salle des Pas Perdus d’une gare, c’est comme aller au théâtre, sauf que la scène qui vous fait face, ne surplombe pas le parterre… Au beau milieu des voyageurs, nonchalants ou non, détendus ou non, heureux ou non, vous êtes bel et bien sur les planches, participant au même […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 170 : Larmes de femme

170 - Larmes de femme

Vivre avec un dépressif n’est vraiment pas une sinécure… À devoir côtoyer journellement ces « broyeurs-de-noir » patentés, il est évident qu’il faut un sacré courage pour affronter les aléas de la vie quotidienne, enchaîné à un tel « boulet » qui ne vous en est d’ailleurs nullement reconnaissant. À se terrer dans son coin, mutique et sombre, coupé du […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 120 : Grand vide

Munch-mélancolie 1891

Qui, mieux que le peintre Edvard Munch (1863/1944), sut rendre compte de cette angoisse qui nous assaille tous à des moments-clés de l’existence, voire à tout instant du quotidien ? Personne ! Son célèbre tableau « Le cri » exprime en effet cette poignante émotion d’une façon si saisissante que son personnage central est presque devenu l’allégorie du désespoir […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 101 : Passante endeuillée.

Passante endeuillée

Il y a plus de quarante ans maintenant, je m’étais assis sur un banc, boulevard Edgar Quinet, à Paris, tout près du cimetière Montparnasse quand j’ai soudain aperçu une jeune femme, tout de noir vêtue, en larmes, se diriger vers l’entrée de la nécropole. Elle s’avançait vers moi, sans prêter attention à quiconque, accablée par […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 67 : Viaduc

Viaduc Néris-les-Bains Montluçon

La « voie verte » aménagée entre Néris-les-Bains et Montluçon, dans l’Allier, suit le tracé de l’ancienne ligne de chemin de fer qui reliait Montluçon à Gouttières par la gare de Néris. Suite à la signature d’une convention entre le Ministère des Travaux Publics et La Compagnie du Chemin de Fer de Paris à Orléans, cette dernière […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 65 : Adieux

Adieux

Qu’il s’agisse d’une rupture amoureuse ou d’un décès, la séparation d’avec un être cher nous plonge dans un état de sidération profond. Sous le choc, il nous faut brutalement faire le deuil de celui ou de celle qui contribuait à notre bonheur en donnant journellement du sens à nos mots et à nos actions et […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème contemporain 37 : Amère vision

37 - Amère vision

Il n’y a qu’un port pour véhiculer dans notre imaginaire autant de rêves et d’espérances. Ligne de démarcation adossée à la côte, c’est un espace « sacré » qui fascine parce que — s’il est cette frontière qui sépare irrémédiablement les hommes des océans, la terre de la mer — il est aussi ce lieu, […]

Lire la suite... 0 commentaires

Philippe Parrot : Poème d’hier 336 : Baisers volés en gare

Comme chaque matin, leur train de banlieue respectif s’engageait, en même temps, de part et d’autre du quai 13. Aussitôt […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 220 : Retrouvailles

Voilà trois décennies qu’ils correspondaient à l’occasion des vœux du Nouvel An, chacun dans des villes distinctes, lié par des […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 173 : Salle des Pas Perdus

S’asseoir sur un banc, dans la Salle des Pas Perdus d’une gare, c’est comme aller au théâtre, sauf que la […]

Philippe Parrot : Poème d’hier 46 : Quai de gare

Une gare n’est rien d’autre qu’une immense « Salle des Pas Perdus » où des centaines de voyageurs transitent quotidiennement par […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 349 : L’hétaïre

MON PROCHAIN POÈME DIMANCHE 23 SEPTEMBRE 2018 DANS LA MATINÉE Le corbillard roulait à faible allure pour permettre à chacun […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 348 : Yasmine

Initialement, il y avait l’envie d’écrire un énième exercice de style en jouant sur des rimes en « ine », en « ité », […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 347 : Le tiroir du secrétaire

Cela avait été, jadis, le vœu de sa grand-mère sur son lit de mort. Que les objets contenus dans son […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 346 : L’étoile et le funambule

Giorgio n’avait jamais eu de cesse, tout au long de sa carrière de funambule, de tendre son filin d’acier toujours […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 345 : La femme au fusain

Avec la fin des vacances, un troisième et dernier exercice de style ! Avant les suivants (ou non) dans les […]

Philippe Parrot : Poème contemporain 344 : Par pleine lune…

« Par pleine lune, l’empreinte de ton âme dans la nuit de mon cœur se perçoit ». Encore un formel exercice de […]

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus